Zohydro, l’anti-douleur qui fait peur aux médecins

media_xll_6552056© thinkstock.

La mise sur le marché d’un nouvel anti-douleur puissant par les autorités américaines mobilise médecins et groupes de défense du public qui estiment que cette décision va aggraver l’épidémie de dépendance à ces opioïdes responsables de 125.000 morts par surdose depuis dix ans aux Etats-Unis.

Ce médicament, le Zohydro du laboratoire Zogdnix, a été approuvé par la Food and Drug Adminstration (FDA), l’agence américaine des médicaments, en octobre 2013.

Fait très inhabituel, ce feu vert a été donné malgré un vote de onze voix contre deux d’un comité d’experts indépendants consulté par la FDA dix mois plus tôt recommandant de ne pas approuver cet anti-douleur.

L’agence entérine généralement les avis de ces comités bien qu’elle n’y soit pas tenue.


Cette décision a mobilisé de nombreux médecins et organisations de lutte contre l’abus de ces analgésiques regroupé dans le cadre de la coalition « Fed Up » (assez) « pour mettre fin à l’épidémie opioïde » qui demande dans une lettre adressée à la directrice générale de la FDA, le Dr Margaret Hamburg, de revenir sur cette autorisation pour suivre la recommandation du comité d’experts.

Un groupe de ministres de la justice de vingt-neuf Etats et territoires américains dont l’Illinois, le Maryland, le Michigan et la Pennsylvanie, a également pressé la responsable de la FDA d’annuler cette décision.

« Nous pensons que l’autorisation de commercialiser le Zohydro ER (effet prolongé ndlr) a le potentiel d’exacerber notre épidémie nationale d’usage excessif de ces médicaments – dont une partie est illicite – car cet anti-douleur sera le seul à ne contenir que de l’hydrocodone pur, un narcotique opioïde cinq à dix fois plus puissant que les analgésiques actuellement sur le marché contenant cette substance », écrivent-ils.

« Approuver un médicament qui va aggraver le problème de la dépendance est assez choquant », estime le Dr Andrew Kolodny, président de l’association « des médecins pour prescrire des opioïdes de façon responsable », qui s’est joint à la pétition « Fed Up » transmise à la FDA.

Interrogé par l’AFP, une porte parole de la FDA, a indiqué dans un courrier électronique que « l’agence avait déterminé que le Zohydro ER respectait nos exigences réglementaires et que les bienfaits de ses bienfaits excédaient les risques quand il est utilisé comme il se doit ».

Les anti-douleurs comme le Zohydro sont parfaits pour traiter des douleurs quelques jours après une intervention chirurgicale ou pour les malades en fin de vie, atteint d’un cancer et qui souffrent, explique à l’AFP le Dr Kolodny.

Article complet sur 7sur7.be

5 commentaires

  • Thierry92 Thierry92

    Il suffit de voir les vote positifs . on saura qui a payé le plus.

  • Le Russe Le Russe

    La « guerre » est à tous les niveaux.
    Favoriser l’abrutissement des masses par voie chimique est un des vecteurs (et non des moindre) du vaste plan d’asservissement.

  • Jujusmart

    Les armes de destructions ont plusieurs visages !
    Il faut espérer que les consommateurs de médicaments aient un peu de discernement quant à savoir ce qu’ils ingurgitent. On est dans une époque où la confiance aveugle que l’on pouvait avoir en les médecins et en toute autorité reconnue est complètement dépassée ! Les gens doivent à tout prix arrêter de croire en ces Autorités.

  • Maverick Maverick

    Aldous Huxley appelait ça le « Soma » …