Course aux énergies propres entre la Chine les USA

Pour l’instant, il y a encore beau de boulot quand à l’utilisation d’énergie propre, mais il reste toujours l’espoir… La Chine veut donc un générateur fonctionnant à l’électricité statique, quand aux américains, c’est plutôt le panneau solaire récupérant les infra-rouges et donc pouvant fonctionner même la nuit.

electriciteProduire de l’électricité bon marché à partir d’un simple mouvement du corps, d’un souffle de vent ou d’un robinet ? Cela pourrait devenir une réalité grâce à un prototype de générateur qui exploite l’électricité statique, présenté mardi par des chercheurs chinois.

Le fonctionnement de ce générateur repose sur la « triboélectricité« , l’électricité produite par le frottement de deux matériaux, qui permet par exemple à un ballon de se charger électriquement pour adhérer à un mur après avoir été frotté contre un pull en laine.

Zhong Lin Wang, de l’Institut pour la nano-énergie et les nanosystèmes de Pékin, et son équipe ont conçu un système capable de créer une telle charge électro-statique et de la collecter. Un assemblage de plusieurs petits disques composés de matériaux différents dont l’un, doté de rayons à la manière d’une roue de vélo, entre en rotation par rapport aux autres pour créer un courant électrique recueilli ensuite par des électrodes.

Dans leur laboratoire, les ingénieurs ont réussi à produire ainsi du courant à partir de l’eau coulant d’un robinet, du souffle d’un ventilateur ou du mouvement de va-et-vient de la main, pour alimenter au choix des ampoules électriques, un réveil digital ou recharger un téléphone portable…

Article complet sur rtbf.be

Idée réellement intéressante donc, c’est une amélioration du panneau solaire qui est présentée:

Le problème de l’énergie solaire, c’est que les équipements sont encore chers, trop fragiles, et que le rendement des cellules solaires est encore loin d’être optimal. Et puis, bien sûr, il y a le gros inconvénient : ça ne marche pas la nuit.

Concernant les premiers éléments, la solution a peut-être été présentée lundi lors de l’assemblée de la société américaine de physique, à Denver. Fei Yu, un doctorant en énergie des matériaux de l’université de Cincinatti, a en effet trouvé le moyen de rendre les cellules solaires plus légères, plus flexibles (et donc moins fragiles), d’un meilleur rendement et… moins chères.

Son secret? Ajouter du graphène aux polymères utilisés pour fabriquer des cellules solaires en plastique, afin qu’elles puissent à terme remplacer celles en silicone, plus lourdes, plus épaisses,  plus rigides et plus coûteuses. L’ajout de graphène remédierait en effet au principal défaut des cellules en plastique, leur manque de rentabilité énergétique. Cet ajout multiplierait en effet par trois l’efficacité des cellules solaires.

On peut récupérer de l’infrarouge pendant la nuit

Et quand il fait nuit? La réponse proviendrait d’un très respecté professeur de physique appliquée de  l’école d’ingénierie et de sciences appliquées de l’université de Harvard (SEAS). Federico Capasso propose en effet, comme le relate le site de Forbes, d’utiliser le rayonnement infrarouge que la Terre émet en direction de l’espace pendant la nuit.

Dans un article publié sur le site de l’académie des sciences américaine, le professeur Capasso et deux de ses collègues expliquent que l’énergie renouvelable peut être générée chaque fois que de la chaleur circule d’un corps chaud vers un corps froids. Un tel flux existe entre la surface chaude de la terre et le froid de l’espace, composé de radiations thermiques infrarouges. Ils proposent donc deux moyens de réaliser un « collecteur d’énergie émise » pour la récupérer : l’un thermique (analogue à la génération d’énergie solaire thermique) et un opto-électronique, parent du système utilisé pour fabriquer les cellules photovoltaïques.

Source et article complet: espace-temps.blogs.nouvelobs.com

6 commentaires