Après l’Ukraine, l’Islande? Les manifestants veulent eux aussi que leur pays adhère à l’UE…

En Islande, des milliers de manifestants protestent pour la quatrième journée consécutive sur la place Austurvöllur, devant le parlement à Reykjavik. Ils contestent la décision du gouvernement de coalition du parti de l’Indépendance et du parti du Progrès de suspendre les négociations d’adhésion de l’Islande à l’UE. La semaine dernière, le parlement a en effet voté à majorité en faveur de l’arrêt des discussions Islande-1-qui devaient aboutir à l’entrée de l’Islande dans l’UE sans passer par un référendum populaire pour entériner cette décision. Les manifestants lui reprochent d’avoir annulé la tenue de cette votation.

L’Islande est déjà membre de l’Espace Schengen, et en 2010, alors qu’elle était encore gouvernée par un gouvernement social-démocrate, elle avait entamé les négociations pour entrer dans l’UE. Celles-ci avaient buté sur des difficultés en raison d’un litige lié au quota de pêche du maquereau.

L’année dernière, le pays avait suspendu les pourparlers d’adhésion en janvier, dans la perspective de ses élections législatives d’avril. La coalition de centre-droit qui a remporté les élections est opposée à l’adhésion à l’UE, ce qui explique pourquoi les pourparlers n’ont jamais repris depuis.

En septembre 2013, le ministre des Affaires étrangères islandais, Gunnar Bragi Sveinsson, avait annoncé la suspension des discussions pour toute la durée de la législature, et la dissolution des groupes de négociation avec l’UE. « L’UE a décidé qu’il n’y aurait plus de dotation IAP (Instrument d’aide de pré-adhésion, une aide de 5,8 millions d’euros que l’UE avait attribuée à l’Islande après que celle-ci avait posé sa candidature pour son adhésion à l’UE, en 2009, ndlr)», a déclaré le ministre, s’adressant au parlement.

Cependant, un sondage réalisé par Maskína indique que 67,5% des sondés souhaitent la tenue d’un référendum concernant la reprise éventuelle des négociations avec l’UE. La manifestation actuelle, qui rassemble 4.000 personnes sur un pays d’une population d’à peine 320.000 habitants, soit 1% de la population, est la plus grande protestation depuis le déclenchement de la crise financière.

En outre, au cours des 3 derniers jours, 30.000 d’Islandais ont signé une pétition en ligne pour réclamer une consultation nationale concernant l’adhésion de l’Islande à l’UE.

La manifestation de l’Islande n’est pas anodine, lorsqu’on se souvient que les évènements actuels en Ukraine, qui ont conduit à la destitution du président Viktor Ianoukovitch, ont eux aussi débuté par le rejet d’un accord avec l’UE provoquant une manifestation pro-européenne, qui a tourné à l’émeute.

Source: Express.be

  • 0
    Share
  • 0

Après l’Ukraine, l’Islande? Les manifestants veulent eux aussi que leur pays adhère à l’UE…

© – Photo: Erlingur Páll Ingvarsson

En Islande, des milliers de manifestants protestent pour la quatrième journée consécutive sur la place Austurvöllur, devant le parlement à Reykjavik. Ils contestent la décision du gouvernement de coalition du parti de l’Indépendance et du parti du Progrès de suspendre les négociations d’adhésion de l’Islande à l’UE. La semaine dernière, le parlement a en effet voté à majorité en faveur de l’arrêt des discussions qui devaient aboutir à l’entrée de l’Islande dans l’UE sans passer par un référendum populaire pour entériner cette décision. Les manifestants lui reprochent d’avoir annulé la tenue de cette votation.

L’Islande est déjà membre de l’Espace Schengen, et en 2010, alors qu’elle était encore gouvernée par un gouvernement social-démocrate, elle avait entamé les négociations pour entrer dans l’UE. Celles-ci avaient buté sur des difficultés en raison d’un litige lié au quota de pêche du maquereau.

L’année dernière, le pays avait suspendu les pourparlers d’adhésion en janvier, dans la perspective de ses élections législatives d’avril. La coalition de centre-droit qui a remporté les élections est opposée à l’adhésion à l’UE, ce qui explique pourquoi les pourparlers n’ont jamais repris depuis.

En septembre 2013, le ministre des Affaires étrangères islandais, Gunnar Bragi Sveinsson, avait annoncé la suspension des discussions pour toute la durée de la législature, et la dissolution des groupes de négociation avec l’UE. « L’UE a décidé qu’il n’y aurait plus de dotation IAP (Instrument d’aide de pré-adhésion, une aide de 5,8 millions d’euros que l’UE avait attribuée à l’Islande après que celle-ci avait posé sa candidature pour son adhésion à l’UE, en 2009, ndlr)», a déclaré le ministre, s’adressant au parlement.

Cependant, un sondage réalisé par Maskína indique que 67,5% des sondés souhaitent la tenue d’un référendum concernant la reprise éventuelle des négociations avec l’UE. La manifestation actuelle, qui rassemble 4.000 personnes sur un pays d’une population d’à peine 320.000 habitants, soit 1% de la population, est la plus grande protestation depuis le déclenchement de la crise financière.

En outre, au cours des 3 derniers jours, 30.000 d’Islandais ont signé une pétition en ligne pour réclamer une consultation nationale concernant l’adhésion de l’Islande à l’UE.

La manifestation de l’Islande n’est pas anodine, lorsqu’on se souvient que les évènements actuels en Ukraine, qui ont conduit à la destitution du président Viktor Ianoukovitch, ont eux aussi débuté par le rejet d’un accord avec l’UE provoquant une manifestation pro-européenne, qui a tourné à l’émeute.

32 commentaires