Le Financial Times procède au retrait d’un de ses articles qui évoquait une potentielle manipulation du cours de l’or

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire… Un simple secret de Polichinelle dénoncé à maintes reprises mais qui devient officiel donc, les banques manipulent les cours des matières premières dont l’or comme il en est question ici. Le gros souci surviendra lorsque le cours de celui-ci deviendra complètement incontrôlable et qu’il explosera… 

Le Financial Times a retiré de son site un Gold Barsarticle datant du 23 février dernier, où l’on pouvait lire que les cours de l’or semblaient avoir fait l’objet de manipulations près de la moitié du temps entre Janvier 2010 et Décembre 2013. Grâce au cache de Google, il est encore possible de lire cet article dans son intégralité.

L’article s’appuyait sur une analyse d’un cabinet de conseil, Fideres. Ses travaux ont mis en évidence que les cours de l’or montent ou descendent fréquemment au début d’une « conference call » que se donnent biquotidiennement un groupe de 5 grandes banques, puis qu’il atteint le maximum de cette tendance au moment de la fin de l’appel, avant de subir un retournement de tendance. Le cabinet de consultance suggère donc que ce groupe se rend coupable d’un « comportement collusif ».

Cet appel en conférence biquotidien relève de la procédure du « Gold Fixing », qui permet de fixer le cours de l’or qui servira pour les transactions du marché. Les cinq banques en question sont la Deutsche Bank, HSBC, Barclays, Bank of Nova Scotia et Société Générale.

« Ceci indiquerait que les banques du panel feraient monter les cours de l’or sur la base d’une stratégie qui était probablement prédéterminée avant le début de l’appel, de telle sorte que leurs positions existantes ou les ordres en cours puissent en bénéficier », conclut Fideres. « Le comportement du cours de l’or est très suspect dans 50% des cas. Ce n’est pas une chose à laquelle on devrait s’attendre lorsque l’on prend en compte les facteurs de marché normaux », ajoute-t-il.

On suppose que ces banques manipulent le cours de l’or afin d’optimiser leurs propres positions dans cette valeur. Les fonds de pension, les fonds spéculatifs, les traders sur les marchés de matières premières sont les plus susceptibles d’avoir supporté des pertes à la suite de ces éventuelles manipulations de cours.

Le régulateur de la bourse allemande, Bafin, a lancé une enquête et réclamé des documents à la Deutsche Bank. Cette dernière a indiqué le mois dernier qu’elle se retirait du Gold Fixing : « La Deutsche Bank retire sa participation dans le processus de fixation du cours de référence de l’or et de l’argent à la suite de l’important réajustement de nos activités sur les matières premières. Nous demeurons engagés sur les marchés des métaux précieux », indique son communiqué.

Article complet sur Express.be

9 commentaires