La crise du logement touche 10 millions de personnes en France

De plus en plus de ménages, locataires ou copropriétaires, sont fragilisés face à un logement qui devient un obstacle à l’emploi ou érode leur pouvoir d’achat, constate la Fondation Abbé Pierre dans son nouveau rapport sur le mal-logement. Le Mouvement Emmaüs se mobilise dans toute la France ce samedi 1er février.201405_mal_logement

Le logement tend à perdre son «pouvoir protecteur» en période de crise. Pire, il peut aggraver les effets de la mauvaise conjoncture. Dans son nouveau rapport sur «L’État du mal-logement en France» publié ce vendredi, la Fondation Abbé Pierre estime que 10 millions de personnes sont touchées, de près ou de loin, par la crise du logement en France.

Aux 3,5 millions de mal-logés, à savoir les sans domicile fixe (141.500 personnes), les personnes vivant dans des abris de fortune ou en résidence sociale, viennent s’ajouter les plus de 5 millions de personnes fragilisées à cause de leur logement: propriétaires occupant un logement dans une copropriété en difficulté (près de 730.000 personnes), locataires en impayés de loyers (1,2 million), ou encore personnes en situation de «surpeuplement» (3,2 millions). Un contingent qui est complété par – ou qui se cumule avec – les 3,8 millions de ménages en situation de précarité énergétique, les près de 92.000 familles occupant un logement sans droit, ou les 1,7 million de ménages qui ont une demande de logement social en attente.

L’enjeu du logement est d’autant plus important, selon le rapport, qu’il est étroitement lié au problème de l’emploi. «L’un et l’autre paraissent emportés dans une même spirale récessive qui conduit à l’aggravation de la situation des plus fragiles.»

Aujourd’hui, 5,5 millions de personnes, toutes catégories confondues, pointent à Pôle emploi. En parallèle, le travail se précarise (augmentation des CDD, de l’intérim, des temps partiels et du sous-emploi). Autant d’évolutions qui ont des incidences sur les ressouces des ménages et donc sur leur capacité à se loger.

De même, le logement peut être un obstacle à l’emploi. «C’est le cas lorsque, pour pouvoir se loger à un coût supportable, des ménages actifs s’éloignent toujours plus des bassins d’emplois», note le rapport. Ou encore lorsque ces derniers atterrissent dans des quartiers où s’accumulent les problèmes sociaux et finissent par être victimes de «discriminations territoriales pratiquées par certains employeurs». Enfin, selon le Credoc, environ 2 millions de personnes auraient récemment refusé un emploi «parce que cela les aurait obligées à déménager en occasionnant un surcoût financier». Si le tableau est sombre, la Fondation Abbé Pierre entrevoit des raisons d’espérer: les responsables économiques s’intéressent à nouveau à la question du logement de leurs salariés, y voyant un frein potentiel à la bonne marche des entreprises.

Article complet sur Le Figaro

Et dans le même domaine:

En France, 3,6 millions de personnes sont soit privées de domicile personnel, soit vivent dans des conditions très difficiles (privation de confort ou surpeuplement), soit sont en situation d’occupation précaire (hôtel, caravanes…). Le nombre de sans-abri a ainsi augmenté de 50 % depuis 2011 pour atteindre le chiffre de 141 500 personnes, dont 30 000 enfants début 2012. Le numéro d’urgence, le 115, qui gère les places d’hébergement d’urgence, est saturé.

En décembre 2013, 43 % des sans-domicile-fixe qui ont composé ce numéro n’ont pas obtenu de place à Paris, 61 % en province. A ce noyau dur du mal-logement s’ajoute un halo de plus de 5 millions de personnes fragilisées par la crise du logement. Rentrent dans cette catégorie, par exemple, les propriétaires qui occupent un logement dans une copropriété en difficulté ou encore des locataires en impayés de loyer.

Trouvé sur Actuwiki.fr

8 commentaires

  • gerard.gutknecht

    Pendant que nos « Zélites » corrompues et dépravées se « gobergent » et se remplissent les poches, De plus en plus de Français vivent dans la précarité . Avec la « destruction » de nombreux emplois, La pauvreté touche des populations, qui jusque là étaient « épargnées

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140131trib000812964/logement-precarite-des-fins-de-mois-difficiles-pour-un-nombre-croissant-de-francais.html

    Logement, précarité: Des fins de mois difficiles pour un nombre croissant de Français

    Plus 5 millions de Français auraient des difficultés à payer leurs loyers, rembourser leurs emprunts, payer leurs charges.

    Latribune.fr | 31/01/2014, 8:01 – En France, 5 millions de personnes connaissent Des difficultés pour se loger selon l’enquête annuelle de la Fondation Abbé Pierre. Parallèlement, selon un sondage, 1/3 Des Français Ont Des difficultés à boucler leur budget mensuel.
    Sur Le même sujet

    Le gouvernement a-t-IL ouvert une nouvelle ère pour Le logement social ?
    Près de deux tiers Des Français craignent la précarité
    Les politiques économiques actuelles favorisent la montée Des inégalités
    Le plan de rénovation énergétique va libérer du pouvoir d’achat selon Le gouvernement
    Ces deux études peuvent paraître bien différentes. Et pourtant, IL y a bien un point commun entre Le rapport de la Fondation abbé Pierre sur Le mal logement rendu public ce 31 janvier, et Le sondage réalisé pour l’Observatoire BFM Business publié la veille: les difficultés d’une partie Des Français à boucler leurs fins de mois.

    Un logement qui coûte cher
    Dans Le premier cas, la faute en revient aux difficultés à se loger. La Fondation Abbé Pierre indique que 5 millions de Français Ont du mal à régler leurs charges de copropriété, rembourser leurs emprunts, payer leur loyer ou trouver un logement près de leur lieu de travail.

    L’association dénombre en outre pour l’année 2013 quelque 3,64 millions de personnes privées de logement ou bien vivent dans Des logements vétustes, surpeuplés ou sans confort contre 3,51 l’année précédente.

    Près d’un tiers Des Français NE parvient pas à boucler son budget
    Dans Le second cas, is aucune cause spécifique de ces difficultés n’est précisée, IL apparaît que Le nombre de personnes qui se sentent concernées par cette forme de précarité augmente. L’édition 2014 du sondage réalisé pour BFM Business indique que 31% Des sondés déclarent avoir du mal à boucler leurs fins de mois. Ils étaient 22% l’année précédente. La proportion qui aurait même augmenté de 8 points en seulement 6 mois.

    20% Des Français ponctionnent leurs économies
    En outre, un Français sur cinq déclare ponctionner une partie de ses économies (ils n’étaient que 14% l’an dernier). Quelque 11 % Des sondés avouent devoir faire appel à une aide extérieure ou contracter un crédit. Les plus en difficultés sont principalement Des familles nombreuses, avec un revenu net mensuel inférieur à 1.200 euros.

    Dans les tranches de revenus plus élevées, assujetties à l’impôt sur Le revenu, la pression fiscale EST par ailleurs ressentie comme ayant fortement augmenté par 78% Des répondants.

  • lumpenproletariat

    500€ pour un studio dans la moindre petite ville de province il ne faut pas prendre les gens pour des cons…

  • patator patator

    pour ma part je suis dans ce cas !! appartement trop petit et on est trop nombreux dedans !! je ne peux pas partir car les loyers sont trop chers! peu pas acheter car smicard !!!
    tout est devenu trop cher !!

  • Thierry92 Thierry92

    Et ne pas parler la novlangue? Mal logement? NON Logement precaire ou insalubre, exigu . Bientot en anglais?