Sommet sur la sécurité nucléaire de La Haye des 24 et 25 mars prochains: 13 000 policiers pour en assurer la sécurité

Les mots sécurité et nucléaire dans une même phrase, cela peut gêner quelque part… Vous pensez qu’ils parleront de Fukushima et des conséquences actuelles des mensonges sur ce sujet?

Si cela s’avérait nécessaire, les Pays-Bas pourraient fermer leurs frontières avec la Belgique et l’Allemagne lors du sommet sur la sécurité nucléaire de La Haye des 24 et 25 mars prochains.

Mark-Rutte-premier-ministre-des-Pays-Bas

Mark Rutte, premier ministre des Pays-Bas © Reuters

Les autorités néerlandaises pourraient prendre cette décision s’il apparaissait que des « groupes potentiellement violents » pouvaient venir menacer la tenue du sommet, a indiqué lundi Dick Schoof, coordinateur national néerlandais pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme.

La surveillance sera plus accrue à la frontière belgo-néerlandaise et germano-néerlandaise. Les contrôles douaniers aux ports et aéroports ainsi que dans les trains internationaux seront renforcés également. « Il n’est pas question d’empêcher les manifestants de s’exprimer », a précisé un porte-parole de la police.

« Le but est de reconnaître et identifier ceux qui auraient de mauvaises intentions. Nous allons aussi fournir des informations sur les manifestants que nous laissons passer afin de savoir exactement qui sera là. »

Il y aura des contrôles ici ou là de voyageurs en provenance d’Europe, sur base d’informations spécifiques ou si quelqu’un se conduit de façon suspecte. Cinquante-huit chefs d’Etat ou de gouvernement, dont le président américain Barack Obama, assisteront au somme de La Haye. Quelque 13.000 policiers néerlandais en assureront la sécurité.

Source: levif.be