Chine : menace d’un méga-défaut de paiement

La plus grosse banque chinoise ICBC est sous la menace d’un premier défaut de grande ampleur de quelque 3 milliards de yuans. Celui-ci pourrait ébranler le secteur du « shadow banking », qui a une très grande importance en Chine.

Un défaut de paiement sans précédent menace cette semaine un produit d’investissement chinois. S’il se concrétise, il pourrait ébranler le secteur des établissements de crédit non conventionnels et non régulés, ou « shadow banking », dont l’essor inquiète Pékin. Cette finance de l’ombre pèse quelque 4.800 milliards de dollars, selon Moody’s.

« Credit Equals Gold #1 Trust »

Ce défaut doit venir de la plus grosse banque de Chine, ICBC, qui vantait aux investisseurs les mérites du fond « Credit Equals Gold #1 Trust », leur promettant un rendement de 10% par an, c’est à dire bien plus que ce qu’offrent les simples dépôts bancaires aux taux d’intérêt maigrelets.

Mais la promesse de profits s’est évaporée, et la société qui avait structuré ce produit financier, China Credit Trust, a annoncé début janvier qu’elle ne serait pas capable de s’acquitter d’une échéance de 3 milliards de yuans (360 millions d’euros) due vendredi prochain.

Cette situation d’une gravité inédite fait figure de « test » pour le système de « finance de l’ombre » qui a prospéré au coeur de la deuxième économique mondiale: trusts, plateformes de crédit en ligne, établissements de micro-crédit s’y sont multipliés hors du contrôle des régulateurs, alimentant une envolée des prêts mais aussi des dettes contractées par les gouvernements locaux.

Pékin pourrait ne pas intervenir

Désireux de maîtriser ce réseau financier informel et de restreindre la folle envolée du crédit, Pékin pourrait choisir de ne pas intervenir: ce défaut de paiement viendrait en effet illustrer les dangers de la spéculation financière et refroidirait les investisseurs.

« Certains responsables chinois sont prêts à voir se concrétiser un défaut, car cela encouragerait (les investisseurs) à se comporter avec plus de prudence face au risque », a estimé Andrew Tilton, économiste de la banque Goldman Sachs.

Mais le gouvernement devra se montrer prudent, s’il veut éviter une onde de choc à travers le système financier, prévient-il.

« Le fait de voir ces investisseurs subir des pertes importantes pourrait inciter les autres à retirer leur argent des fonds qui alimentent la ‘finance de l’ombre’, et les conditions du crédit pourraient se resserrer sévèrement ».

Les difficultés à emprunter pénaliseraient alors la croissance économique, qui est déjà en plein ralentissement.

« Fraude pure et simple »

Le produit financier qui affole cette semaine les marchés illustre les dérives du système. China Credit Trust l’avait vendu à partir de 2010, à travers les branches d’ICBC, à environ 700 clients de cette banque. Le fonds constitué apportait des financements à Zhengfu Energy, dans la province du Shanxi (nord).

Mais ce groupe minier spécialisé dans le charbon n’a jamais obtenu de permis pour exercer ses activités et son propriétaire a été interpellé par les autorités en 2012.

« ICBC et Credit China Trust ont creusé un trou, l’ont dissimulé avec une couche de paille et nous ont demandé de sauter dessus », ironise Gao Yigang, qui a investi dans ce fonds presque 500.000 dollars de ses économies familiales.

« Désormais, il apparaît que notre argent n’a pas été utilisé pour les véritables activités du groupe minier. C’était une fraude pure et simple (élaborée) pour combler un énorme déficit », a-t-il indiqué à l’AFP.

Article complet sur La tribune

3 commentaires

  • PhildeFer

    Zhengfu energy? fallait être sans doute fêlé pour investir dans un truc avec un nom pareil…et puis, pour des mines, ils auront au moins réussi à faire un trou dans la caisse… c’est deng! à donf… ça y est je parle chinois moi… ;-)

    en chinois: Dan tonk U, lak e’nel… ^^