La HSBC demande à ses clients britanniques de justifier leurs retraits d’argent

La HSBC qui demande à ses clients de justifier l’utilisation qu’ils vont avoir de leur argent, on se demande encore en quoi cela les regarde… Depuis, HSBC a fait marche arrière au vu du scandale que cela déclenchait. Cela ne change pourtant pas un fait établi, la situation financière de HSBC est plutôt délicate…

HSBC clients

ÉCONOMIE – Les Britanniques qui ont choisi de confier leurs économies à la HSBC sont hors d’eux. Et on les comprend: depuis quelques mois beaucoup n’ont pas pu retirer de grosses sommes sans fournir de documents prouvant l’utilisation qu’ils comptaient faire de cet argent.

Interrogés par la BBC, plusieurs clients de la banque ont en effet raconté qu’il leur avait été impossible de récupérer des sommes allant de 5000 à 10.000 livres (soit 6000 à 12.000 euros) car ils n’avaient pas pu montrer de justificatif ou que leur conseiller n’avait pas jugé valable la raison de leurs retraits.

Un comble pour Stephen Cotton, l’un des clients, qui ne s’est pas remis de l’attitude de la HSBC. « Cela fait 18 ans que je suis dans cet établissement. Tout le monde me connait là-bas. On ne devrait pas avoir à expliquer pourquoi on veut retirer de l’argent. C’est le notre, pas le leur, » s’est-il emporté sur la BBC.

« Pas de justificatif valable »

Plus tôt au mois de janvier, Mr Cotton voulait simplement retirer 7000 livres (environ 8500 euros) de l’un de ces comptes d’épargne débloqués. Comme il l’avait alors expliqué à son conseiller, il souhaitait rembourser sa mère qu’il lui avait accordé un emprunt il y a quelque temps.

« Quand j’ai donné l’ordre de retrait, on m’a dit que je n’avais pas de justificatif valable pour expliquer l’utilisation de cet argent. La banque voulait une lettre de la personne concernée (sa mère, ndlr). »

Et comme si ça n’était pas suffisant, les employés de la banque ont ensuite refusé de lui communiquer la somme qu’il pouvait retirer sans fournir une quelconque preuve. « J’ai dû faire plusieurs ordres de retraits. J’ai demandé ‘je peux avoir 5000 livres?’, ils m’ont dit ‘non’. J’ai demandé: ‘je peux avoir 4000 livres?’, ils m’ont dit ‘non’. Quand j’ai demandé 3000 livres, ils m’ont dit ‘oui, ça ira’. Mais pas question de revenir dans la même journée pour effectuer un second retrait.

Article complet sur le Huffingtonpost.fr

Demander de justifier l’utilisation à venir des sommes retirées, c’est quelque chose qui s’est fait en France par certaines banques, au nom de la lutte contre le blanchiment d’argent ou le terrorisme, c’est l’argument qui a été avancé pour empêcher certains gros retraits, même si c’est complètement faux!

L’argument était accompagné du nom de Tracfin, un organisme surveillant les mouvements d’argent pour effectuer le blanchiment d’argent ou le terrorisme, mais savez-vous ce qu’est réellement Tracfin? Petit rappel car justement, Snowden en avait parlé…

Grosse surprise que cette information faisant suite aux révélation de l’affaire Snowden: la NSA aurait créé un outil permettant de surveiller les trafics financiers douteux à travers la planète, cet outil s’appelle « tracfin », si ce n’est qu’une coïncidence, elle est particulièrement louche, mais j’en viendrais à la suite de l’article relayé.

logo-nsa

Les révélations d’espionnage qui font suite à l’affaire Edward Snowden n’en finissent plus d’incriminer la NSA et autres agences gouvernementales. Pas un domaine ne semble échapper à leur surveillance. Nos transactions bancaires feraient aussi l’objet d’un monitoring très poussé…

C’est le journal allemand Der Spiegel qui révèle l’information. L’Agence Nationale de la Sécurité américaine, la NSA, épierait donc les mouvements bancaires du monde entier, elle aurait même, pour ce faire, créé sa propre base de données. Intitulé « Tracfin« , cette branche financière possédait, en 2011, plus de 180 millions d’enregistrements, principalement des transactions bancaires.

Pour faire les choses comme il faut, l’agence prendrait pour cible les grandes institutions, comme VISA – qui nie activement -. Toujours selon Der Spiegel, la NSA aurait aussi collecté des données directement depuis le réseau SWIFT, utilisé par les banques pour s’échanger les informations relatives aux transactions de manière sécurisée…

Source: Gizmodo.fr

On peut trouver plusieurs informations dans cet article, deux principalement: Tracfin et le réseau Swift. Ce qui est étrange, c’est que justement Tracfin est également un nom utilisé en France par le système bancaire et qu’il s’agit officiellement d’une création française:

TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins) est un organisme du Ministère de l’Économie et des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent.

Créé en 1990 suite au Sommet de l’Arche, il prend d’abord la forme d’une cellule de coordination au sein de la direction générale des douanes et des droits indirects. En 2006, il devient un service à compétence nationale et acquiert une direction propre. sic… En 2011, TRACFIN est finalement installé dans d’autres locaux du Ministère de l’Économie et des Finances, toujours à Montreuil.

Détail complet sur la page Wikipedia dédiée

Confirmation sur le site du ministère de l’économie: Tracfin est une création à compétence nationale, donc officiellement, aucun rapport avec la NSA, même si ce système de surveillance à été créé à l’issue d’un G7.

Créé en 1990, à la suite du sommet du G7, Tracfin concourt au développement d’une économie saine en luttant contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Service à compétence nationale rattachés aux ministères financiers, Tracfin participe à la protection de l’économie nationale.

A ce titre, Tracfin reçoit de la part de professions définies à l’article L.561-2 du code monétaire et financier des informations signalant des opérations financières atypiques.

Suite sur economie.gouv.fr

Vous croyez à de telles coïncidences vous? Deux services portant le même nom et ayant les même buts utilisé par deux nations différentes? Donc pour aller plus loin, nous devons nous intéresser au « groupe Egmont » créé à Bruxelles:

Outre les outils mis à sa disposition par le législateur, TRACFIN participe au groupe Egmont, forum informel, créé à Bruxelles, dont l’objectif principal est de renforcer la coopération internationale entre les différentes cellules anti blanchiment notamment en améliorant l’échange d’informations entre ses membres et en mettant en commun leur expertise. Les réalisations du forum sont, entre autres, l’élaboration d’un accord type bilatéral permettant la coopération entre les différentes cellules de renseignements financiers, l’échange régulier entre les personnels de ces cellules, notamment par le biais d’un système d’échange d’information par internet, et l’organisation régulière d’ateliers de formation régionaux.

Source: Wikipédia

Passons alors à ce fameux groupe:

Le Groupe Egmont est un forum international, créé en 1995 à l’initiative de la CTIF (Belgique) et de FinCEN (Etats-Unis), qui réunit, au niveau mondial, les services chargés de recevoir et de traiter les déclarations de soupçon de blanchiment et de financement du terrorisme.

Les principaux objectifs du Groupe Egmont sont :

  • développer la coopération internationale par l’échange d’information,
  • accroitre l’effectivité des cellules de renseignement financier par des programmes d’échange et de formation de personnel,
  • promouvoir l’autonomie opérationnelle des cellules de renseignements financiers,
  • promouvoir la création de cellules de renseignement financier qui respectent les mêmes standards internationaux et une même approche opérationnelle des dossiers de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Source: Cellule de Traitement des Informations Financières

Et nous finissons avec la FinCEN qui a participé à la création du système Tracfin français. Il s’agit du Financial Crimes Enforcement Network qui est un bureau du Département du Trésor aux États-Unis. Donc, en clair, il n’y a pas de hasard, Tracfin utilisé notamment par nos banques mais pas que (voir ci-dessous), est avant tout une création de la NSA avec laquelle la France a généreusement partagé des informations bancaires afin de lutter contre la « délinquance financière » dont ne se sont pas privées certaines grandes banques américaines soit dit en passant…

Les signalements de Tracfin en France:

  • 79 % de déclarations sont effectuées par les banques et établissements de crédit ;
  • 10 % par les changeurs manuels ;
  • 5 % par les compagnies d’assurance ;
  • 2 % par les notaires ;
  • 4 % par des professions qui restent marginales (experts comptables, CAC, les administrateurs et mandataires judiciaires, commissaires priseurs et sociétés de vente aux enchères).

Source: Wikipédia

Une petite question au passage, vous souvenez-vous qui présidait la France en 1990? François Mitterrand et le parti socialiste, le même parti qui a fait passer en douce le pacte transatlantique ces derniers mois pour que les États-Unis puissent exercer un contrôle plus grand en Europe.

Passons à l’autre information, le réseau Swift utilisé par les banques pour s’échanger les informations relatives aux transactions de manière sécurisée, et ce réseau fut un des outils utilisés par la NSA.

Ce réseau est également utilisé pour faire pression en cas de besoin sur des nations et des états: l’Iran a été déconnecté du réseau au nom de l’embargo américain, mais plus intéressant encore, certains parlerons de coïncidence (encore?), la démission du pape Benoit XVI est en rapport avec ce réseau justement! Retour sur une info qui n’a intéressé personne: Le Vatican a été déconnecté du réseau Swift durant 39 jours. Durant cette période la somme perdue a été estimée à 1 170 000 euros, une somme colossale! Le lendemain de l’annonce de la démission du pape Benoit le seizième, le Vatican a été reconnecté au réseau Swift, un miracle du divin? Une coïncidence? Quelques explications sont néanmoins disponibles ici.

Initialement publié sur cette page.

4 commentaires

  • blackout

    Les projets de lois commence aussi à aller dans ce sens

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130211trib000748121/matignon-veut-interdire-les-paiements-en-espece-de-plus-de-1.000-euros.html

    A chacun d’entre nous de favoriser les paiements en liquide plutôt, que par carte.

  • Zugzwang

    Il y plusieurs mois de ça, j’ai voulu retirer 10 000 € en liquide (un héritage) de mon compte. Je n’ai pas pu les avoir de suite, il a fallu signer un papier avec les classiques Nom, Prénom, Montant du retrait, … ainsi qu’un encadré où je devais indiquer l’utilisation souhaité de cet argent ! J’ai fait un grand trait en travers et ça a suffit (dans mon cas). Après j’ai attendu 1 semaine que le camion apporte l’argent à l’agence (qui donc n’avait pas mes 10 000 € en cash dans son coffre), j’ai eu un créneau de 4 heures pour le récupérer sans quoi mon fric repartait à la banque de France… Ca rigole pas !

  • supermouton supermouton

    Le despotisme généralisé est en train de se mettre en place insidieusement a tous les niveaux en verrouillant une par une les micro libertés individuelles. Un vrai travail d’orfèvrerie…