Interpellé pour un dirigeable (miniature) en forme de quenelle

Attention, la quenelle même en porte-clé va devenir interdite en France, même si la ressemblance est discutable, cela justifie une garde à vue. On va pouvoir au final se demander si un tel mot pourra encore être utilisé sur internet ou dans la réalité vu le niveau de tolérance qui commence à se faire ressentir…

4_bY2o3

Le leader d’un mouvement appelant au départ du président français François Hollande, David Van Hemelryck, a été interpellé dimanche au départ d’une manifestation à Paris alors qu’il gonflait un petit dirigeable, car sa forme évoquait une quenelle, a-t-on appris de source policière.

Les policiers présents place du Châtelet vers 14h00 ont estimé que, compte tenu du contexte, ce dirigeable d’environ six mètres de long et un mètre de diamètre « était susceptible de constituer un trouble à l’ordre public » et apparaissait « provocateur », a-t-on indiqué de même source.

La quenelle, geste de ralliement du polémiste Dieudonné qui est perçu par beaucoup comme un salut nazi inversé, défraie la chronique depuis plusieurs semaines.


Incitation à la haine raciale
Agé de 34 ans, David Van Hemelryck a ensuite été placé en garde à vue pour incitation à la haine raciale au commissariat du IIIe arrondissement. Il a été remis en liberté en début de soirée.

Huées
Opposant actif au mariage pour tous, ce polytechnicien s’est fait connaître par plusieurs actions militantes ces derniers mois, notamment lors de la commémoration du 11 novembre 1918. Accompagné de plusieurs personnes, il avait hué le président de la République à son passage sur les Champs-Elysées.

Plusieurs fois en garde à vue
Quelques heures avant la manifestation de dimanche, il avait indiqué à l’AFP avoir été interpellé « une vingtaine de fois » et placé quatre fois en garde à vue.

Démission
Il se revendique comme le créateur du mouvement « Hollande-démission », très actif sur Internet, notamment via les réseaux sociaux. Il avait appelé à un rassemblement dimanche à Paris, s’agrégeant à la manifestation initiée par le journaliste boursier et homme politique Nicolas Miguet, qui avait également pour but de réclamer le départ de François Hollande.

« Tous les prétextes »
« Ils cherchent tous les prétextes », a fustigé l’avocate de M. Van Hemelryck, Me Martine Baheux, en réaction à l’interpellation de son client. « Il y a toujours un bon motif pour l’interpeller. Ca devient préoccupant sur l’état de notre démocratie », a-t-elle ajouté.

Dispersion
Constatant que M. Van Hemelryck ne revenait pas, la centaine de manifestants présents s’était dispersée dans le calme vers 15h30.

« Diffamation »
« On va porter plainte pour diffamation », a réagi M. Van Hemelryck peu après sa remise en liberté, au sujet du motif invoqué pour son placement en garde à vue. « Nous ne sommes absolument pas racistes, notre seule cause, c’est la démocratie », a-t-il affirmé. « Si toute chose longue et blanche ressemble à une quenelle, c’est la fin de la liberté d’expression », a-t-il ajouté, soulignant qu’il ne s’était « pas prononcé » sur l’affaire Dieudonné, car « c’est à la justice de le faire ».

Source: 7sur7.be

8 commentaires