Nourrissons morts à Chambéry : ce que l’on sait de l’enquête (Mis à jour)

Trois nourrissons sont morts, début décembre à l’hôpital de Chambéry, après avoir été contaminés par des poches alimentaires. Francetv info fait le point sur ce que l’on sait de cette affaire.

Trois nourrissons sont morts début décembre à l'hôpital de Chambéry (Savoie) après une contamination.
Trois nourrissons sont morts début décembre à l’hôpital de Chambéry (Savoie) après une contamination. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Trois nourrissons sont morts, début décembre à l’hôpital de Chambéry (Savoie), après avoir été contaminés par des poches alimentaires. Le directeur de l’hôpital, Guy-Pierre Martin, a donné samedi 4 janvier les derniers éléments connus sur ce drame, révélé la veille. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

Francetv info fait le point sur ce que l’on sait de cette affaire.

Que s’est-il passé ?

Les trois nourrissons, dont deux prématurés, étaient hospitalisés dans le service de réanimation néonatale de l’hôpital. Ils sont morts les 6, 7 et 12 décembre à la suite d’une dégradation brutale de leur état général.

La petite Chloé, née le 28 octobre 2013 après six mois de grossesse, a été la première victime de cette bactérie meurtrière. Née à 750 grammes, Chloé pesait 1,85 kg un peu plus d’un mois plus tard. Mais le 6 décembre vers 20h30, son état se dégrade brutalement. Elle meurt trois heures plus tard.

Même scénario pour Théo, fils de Jonathan et Sophie, tous deux âgés de 27 ans. « Tout allait bien, il respirait seul pendant les soins », raconte Jonathan. Né le 1er décembre, il mourra le 7, après « avoir lutté pendant deux jours », raconte Sophie.

Milie, le troisième nourrisson, décédé le 12 décembre, avait elle été hospitalisée à Chambéry en raison d’insuffisances respiratoires. « Elle n’était pas prématurée mais elle devait être intubée car elle avait du mal à respirer toute seule », raconte son père, Antoine, 41 ans. Peu avant sa mort brutale, son état s’était amélioré : « elle respirait de mieux en mieux », souligne-t-il. « Ils ont installé cette poche en début de soirée, elle est morte à minuit », ajoute-t-il.

Quelle est la cause des décès ?

Selon les premiers éléments de l’enquête, il semble établi que les décès soient dues à des poches alimentaires contaminées par une bactérie.

Une quatrième contamination de nourrisson, qui présentait des symptômes identiques mais qui a pu être sauvé in extremis, a permis d’identifier la cause des trois décès. Ce nourrisson était hospitalisé dans un autre service que celui qui avait été infecté.

« C’était un bébé qui allait plutôt bien et qui était dans le service de néonatologie. Immédiatement, voyant qu’il avait les mêmes symptômes, les médecins ont fait le rapprochement avec les poches », a expliqué le directeur de l’hôpital, Guy-Pierre Martin, lors d’une conférence de presse. La poche alimentant ce bébé « nous a permis d’identifier un germe », a ajouté le directeur, sans préciser de quel type.

Ces poches de nutriment mises en cause dans la mort de trois nourrissons début décembre à l’hôpital de Chambéry viennent probablement d’un laboratoire français, selon Guy-Pierre Martin, qui n’a pas souhaité en dévoiler le nom.

Un risque existe-t-il toujours ?

Les parents aimeraient savoir s’il existe d’autres décès liés à ces poches contaminées, dont ils ne connaissent pas le fabricant. Selon eux, elles venaient d’un lot de 137 poches, dont 102 ont été détruites ou utilisées.

« Nous avons fait retirer tous les lots de produits qui étaient concernés, qui semblent avoir provoqué le décès de ces nourrissons, même si je ne veux pas me prononcer avant l’enquête de la justice,a assuré la ministre de la Santé, Marisol Touraine, sur Europe 1. Il n’y a plus, dans les hôpitaux, de produits semblables à ceux qui ont été utilisés à Chambéry. »

Article complet sur France Tv Info

Petite mise à jour:

Nourrissons morts à l’hôpital: « Ne pas incriminer le laboratoire »

Source: AFP Marisol Touraine avec les docteurs du service néonatal. © afp.

La ministre française de la Santé Marisol Touraine s’est refusée dimanche à donner le nom du laboratoire ayant fabriqué les poches alimentaires mises en cause dans la mort de trois nourrissons à l’hôpital Chambéry, affirmant qu’il n’était pas forcément fautif. « Je ne veux pas aujourd’hui mettre en cause un laboratoire qui peut-être n’est pas à l’origine des défauts qui ont amené à la composition de poches problématiques », a déclaré Mme Touraine au cours d’un point presse à l’hôpital de Chambéry.

D’après un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) de 2006, il y a deux fabricants de poches de ce type en France: Fasonuts et Marette. « Nous savons parfaitement de quel laboratoire il s’agit (…) mais nous ne pouvons pas aujourd’hui incriminer la fabrication ou la composition de ces poches », a insisté Mme Touraine. « C’est toute la chaîne depuis la fabrication jusqu’à l’administration du contenu des poches qui aujourd’hui fait l’objet d’enquêtes multiples », a-t-elle expliqué.

« Avant la fabrication, il y a la production des composants qui interviennent dans les poches. Ensuite ces poches sont fabriquées, elles sont contrôlées, elles sont transportées, elles sont stockées, elles sont administrées », a-t-elle détaillé.

Mme Touraine a annoncé que l’institut Pasteur avait été saisi et devrait rendre ses analyses « dans les jours qui viennent », notamment en ce qui concerne le type de germe contenu par les poches. « Tout est mis en oeuvre pour identifier la cause du décès » de ces trois nourrissons, a assuré la ministre. Elle a aussi indiqué que le retrait des poches mises en cause avait été décidé dès le 17 décembre. « Depuis, nous n’avons aucun signalement préoccupant », a-t-elle assuré.

Durant sa visite de l’hôpital, la ministre de la Santé a rencontré les familles des victimes ainsi que le personnel du service de réanimation néonatale, où sont morts les trois nourrissons.

Article complet sur 7sur7.be

3 commentaires

  • lolita

    je compatis à la douleur des parents qui eux voudraient bien que cette enquête soit effectuée à fond, et je suis un peu étonnée du manque de réactions sur le sujet;

    bizarre comme quelquefois on attend le résultat d’une enquête et quelquefois on prononce quasiment le jugement à la place des tribunaux!!!
    ça ne vous rappelle personne?