Le rapport (incensé et dangereux) sur l’intégration commandé par Matignon fait polémique (MàJ)

À se demander quel est le but réel du parti socialiste: faire monter la popularité du FN avant une les prochaines élections? Finir de détruire tout ce qui représentait la France jusqu’à présent pour mieux imposer le nouvel ordre mondial? Déclencher une guerre civile?

Ayrault

La question de l’intégration va-t-elle être une bombe pour la majorité ? Possible. Un rapport, remis il y a un mois au Premier ministre et mis en ligne sur le site de Matignon vendredi 13 décembre, propose de refonder la politique d’intégration à la française en l’axant sur la lutte contre les discriminations, et notamment en autorisant le port du voile à l’école.

Les propositions ont suscité des réserves à gauche et une levée de boucliers à droite. Face aux critiques, Jean-Marc Ayrault a assuré en début d’après-midi que le gouvernement ne veut « évidemment pas » réintroduire les signes religieux à l’école. Et il a tenu à préciser que « ce n’est pas parce que je reçois des rapports que c’est forcément la position du gouvernement ». A sa descente d’avion à Cayenne, en Guyane, vendredi soir, François Hollande l’a confirmé : « Ce n’est pas du tout la position du gouvernement ». Francetv info revient sur cette polémique.

Que contient ce rapport ?

Le texte comprend cinq contributions rédigées par des représentants d’associations, de fonctionnaires, de syndicalistes et de chercheurs. Voici ses principales propositions.

Supprimer la loi sur le voile. Les auteurs veulent « en finir avec les discriminations légales ». Ils préconisent la « suppression des dispositions légales et réglementaires scolaires discriminatoires concernant notamment le ‘voile' ». La circulaire de mars 2012, qui empêche les mères voilées d’accompagner les élèves lors des sorties scolaires, est aussi visée.

Donner des noms issus de l’immigration aux rues. Ce rapport insiste sur la nécessité de « reconnaître toutes les migrations comme constitutives de la nation ». Parmi les propositions, une journée de commémoration sur les apports de ces migrations, un « Musée des colonisations » et de nouveaux noms de « rues et places ».

Enseigner l’histoire de l’immigration. Un travail « de (re)mise à plat de l’histoire de la France est nécessaire », estiment aussi les auteurs. Il s’agit d’inscrire dans les programmes scolaires « l’histoire des mouvements de populations », c’est-à-dire l’esclavage et la traite négrière, les colonisations et décolonisations, les immigrations, les réfugiés, les migrations liées aux « printemps arabes » et celles des Roms.

Etudier l’arabe et les langues africaines. De nouvelles langues parlées en France pourraient aussi être davantage enseignées à l’école. « Il faudrait valoriser l’enseignement de l’arabe (…) au même titre que les autres langues en l’introduisant dans les meilleurs écoles et lycées« , est-il suggéré. Les auteurs proposent aussi de donner la possibilité « d’un enseignement dès le collège d’une langue africaine ».

Sur le plan social, « il est nécessaire de reconnaître le caractère discriminant de certaines prestations », comme l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) ou le RSA qui « ne sont servis aux assurés ressortissants étrangers que s’ils justifient d’un séjour régulier de 5 ans au moins ».

Créer un délit de « harcèlement racial ». Les auteurs souhaitent la mise en place de recommandations en direction des médias pour « ne mentionner la nationalité, l’origine, l’appartenance ethnique, la couleur de peau, la religion ou la culture que si cette information est pertinente ».

Pour empêcher les désignations jugées stigmatisantes par les auteurs du rapport, il est aussi suggéré de créer un délit de « harcèlement racial » et d’« étudier le recours à la sanction ».

Les auteurs proposent la création d’un Conseil pour la cohésion sociale, « lieu de réflexion et d’analyse » des difficultés et des avancées des propositions.

Article complet sur Le Figaro

Mise à jour:

Les débats foisonnent, les articles se multiplient, pas au JT car le sujet est trop sensible et pourrait choquer ceux qui ne s’informent pas beaucoup, mais il reste internet. Ce rapport, inconscient et très dangereux ne risque pas de faire remonter la côte de popularité de ce gouvernement…

Rapport sur l’intégration: «Pire qu’une erreur…»

«C’est pire qu’une erreur, c’est une faute.» Même les plus proches de Jean-Marc Ayrault se montraient, en privé, accablés par la publication sur le site de Matignon «d’un rapport irresponsable» sur l’intégration. Ne parlons pas de François Hollande, «exaspéré et par la forme et par le fond de cette affaire débile», ni des députés socialistes ulcérés de se faire «engueuler sur les marchés et dans leurs permanences» par les derniers sympathisants laïcs qui ne leur avaient pas tourné le dos. Une faute donc, et même plusieurs !

Premier bilan catastrophique. Tout le bénéfice pour le premier ministre de sa contre-offensive sur la fiscalité qu’il a entrepris de «remettre à plat», semblait balayé. Voilà ses adversaires requinqués qui recommencent à rêver de son rapide remplacement et ses proches qui se torturent les méninges pour trouver des moyens de sortir de ce mauvais pas ; un sacré piège où le chef du gouvernement s’est embourbé. Comment ? Pourquoi ? Par quelles inconséquences et imprévoyances ?
Il faudra d’abord que Jean-Marc Ayrault réponde à ces questions et fasse le clair comme le ménage dans son équipe. Car le Premier ministre n’est absolument pas sur certaines des positions anti-laiques caricaturales développées par ce rapport qu’on croirait rédigé par des provocateurs extrême-droitiers de l’acabit Eric Zemmour ou Yvan Rioufol.
Au temps où il présidait à l’Assemblée nationale le groupe socialiste, l’alors député-maire de Nantes en fut l’orateur pour le vote favorable à l’interdiction du voile à l’école. Pas une seconde  il n’envisage de revenir sur cette mesure assumée aujourd’hui et par la droite et par la gauche. Il n’en reste pas moins qu’on ne comprend pas, aussi bien à l’Elysée que chez les parlementaires socialistes pourquoi il a laissé faire sans contrôle ni directive politique des réflexions-élucubrations touchant à des sujets chauds en général, brûlants à l’approche des élection municipales. Comment n’a-t-il pas vu, lui et son cabinet, que la gauche de la gauche sociologique et politique, ce courant qui se retrouve chez Martine Aubry et Harlem Désir, allait en profiter pour avancer ses pions et laisser croire que le gouvernement était favorable à l’abandon de la culture française traditionnelle et républicaine pour «un faire France» communautarisé ?
Trois interprétations revenaient en coulisse devant tant d’impéritie. «Le cynisme», pour commencer. Et comment ne pas s’arrêter un temps sur cette thèse ? D’un François l’autre, Hollande tel Mitterrand autrefois voudrait faire monter le Front national en agitant le chiffon noir de l’immigration, ce qui provoquerait aux municipales des triangulaires favorables à la gauche. Cette visée machiavélique s’accompagnerait de la stratégie élaborée par Terra Nova : puisque les socialistes ont perdu le peuple, changeons-le ! Et remplaçons-le par les immigrés qui ont choisi massivement le candidat de gauche à la présidentielle. Cette tentation existe sans aucun doute à gauche et… à droite : les sarkozystes eux-aussi tablent sur une montée de Marine Le Pen pour accréditer le retour de Sarkozy le retour. Mais ce dernier n’est pas au pouvoir, et ce sont les hollandais qui ont les moyens de jouer avec les allumettes. Et de se brûler !
La plupart des ministres et responsables du PS jurent qu’ils ne jouent pas (consciemment) «à ce jeu de con». Ce qui renvoie aux autres interprétations plus prosaïques : «l’amateurisme et le parisianisme».

Ces explications-là étaient le plus souvent invoquées hier, ce qui n’en laisse pas moins pantois. Car on a du mal à concevoir un tel manque de professionnalisme de l’équipe Matignon après plus d’un an et demi d’exercice du pouvoir où les nombreux faux-pas auraient du apprendre à marcher et à anticiper les obstacles.

Article complet sur Marianne.net

Autre exemple d’article sur le sujet, entre autres car il y en a beaucoup dont une chronique de Caroline Fourrest qui ne comprend pas pourquoi cela peut autant choquer (venant d’elle plus rien n’étonne d’ailleurs…): Rapport sur l’intégration : 276 pages, 276 polémiques

La liberté de parole étant une des qualités de ce blog, je laisse les commentaires ouverts, mais une modération stricte sera appliquée: pas de propos racistes, pas d’insultes, aucun abus. Merci de votre compréhension.

6 commentaires