Accueil » Découvertes/sciences, Réflexion » Carl, le barman qui ne se trompe jamais de doses….

Carl, le barman qui ne se trompe jamais de doses….

Aujourd’hui on expérimente, demain on met en place, et après demain………. On ne va pas aussi demander qu’ils soient « sexy » leurs « barmans »… Même les lieux conviviaux seront investis de « machines ». Un petit jeu: combien d’emplois disparus à cause de ces « employés modèles » pas toujours « humanoïdes », à commencer par……Allez!! je suis sure que la liste va être conséquente…

Un robot humanoïde barman prénommé Carl prépare des boissons pour les clients du bar «Robots Bar and Lounge», dans la ville allemande d’Ilmenau.

Carl tient un verre à liqueur à la main et des touristes voyagent de loin pour l’admirer au travail. La seule chose étrange au sujet de Carl le barman est qu’il n’est pas humain. Le robot humanoïde mélange des boissons pour les personnes accoudées au comptoir du «Robots and Lounge», un établissement situé à Ilmenau, en Allemagne, selon le site du «Daily Mail».  

Carl est la création de l’ingénieur Ben Schaefer, qui a passé 23 ans à travailler dans le domaine. Il a construit Carl à partir de pièces de robots industriels désaffectés. Son nouvel employé aide ses collègues en versant des mesures de spiritueux et en les ajoutant à des shakers pour les mélanger.

Il peut également tenir de brèves conversations avec les clients mais ses interactions sont, pour le moment, limitées. Et pour s’assurer qu’il ne tombe pas en panne dans la petite zone située derrière le bar, Carl porte une ceinture de capteurs.

Cette ceinture permet à la machine de rester droit au lieu de répandre des boissons partout et protège ses collègues de ses mouvements.

En outre, en plaçant Carl dans la vie réelle, Ben Schaefer peut apporter plus facilement des améliorations à son chef-d’oeuvre.

 

Un article de adi, publié par 20min.ch et relayé par Kannie pour SOS-planete

 

Note de Kannie : notre futur, plus proche qu’on ne le pense -qu’on ne le craint- ?

9 réponses à Carl, le barman qui ne se trompe jamais de doses….

  1. On ne vit pas pour travailler, le travail comme but ultime de la vie est une notion hyper récente (et assez française) et longtemps réservée aux seuls pauvres qui n’ont pas d’autres choix pour se loger et se nourrir.
    Il faut trouver un système de société où les hommes ont moins besoin de travailler (c’est déjà le cas pour beaucoup de domaines) et surtout où ceux qui ne travaillent pas n’utilisent pas d’autres hommes pour le faire à leur place en les payant le moins possibles (les salariés esclaves modernes).

  2. C’est une réflexion que je partage. Avec un tel nombre d’humains, on devrait facilement pouvoir travailler moins et se relayer beaucoup plus, surtout avec les moyens technologiques et logistiques d’aujourd’hui! Le monde est à revoir mais je crains qu’on ne le revoit à notre place et pas dans le bon sens! Attribuer à chacun le prix réel de son effort ou de sa contribution à la société en fonction de ses aptitudes et de ses possibilités. Mais même si cela se fait dans une certaine mesure, le chaos du monde ne s’arrêtera pas et la technologie aura beau tenter de nous fasciner elle n’en demeurera pas moins utilisable pour le bien comme pour le mal, servir et asservir… La réalité l’emporte toujours sur l’idéologie. Combien de rêves avortés, d’idées ignorées chaque jour?

    • on vie dans on monde plus spécialisé donc tu as ceux qui travaillent plein pot qui sont taxés à mort pour faire vivre ceux qui ne travaillent pas mais qui voudraient, la question du partage est effectivement un problème et une injustice mais c’est plus complexe que ça n’y parait car avec la spécialisation des métiers ça devient compliquer de partager…

      à l’autre extrême tu vas avoir la revendication du revenue de base par ceux qui n’ont pas de scrupule à vivre sur le dos des autres.

  3. D’où la nécessité de mettre en place un revenu de base inconditionnel au plus vite.

    • comme ça tout le monde pourra s’arrêter de bosser c’est génial!

      as tu pensé à comment tu auras un logement, des soins ou à manger dans ton assiette si personne ne bosse.

      • si tu bosse pas t’as largement le temps de produire ce dont tu as besoin et il te reste beaucoup plus de temps libre pour profiter des tiens.

        si tu es incapable de vivre sans un revenu provenant de l’esclavage (salariat) t’es déjà mort mais tu ne le sais pas encore. tu es fait comme un rat et ce n’est que justice : fallait pas faire confiance au système et aux belles promesses des politiques maintenant tu va en payer le prix.

  4. moi ! parler à un TX ?? BOUDU !! déjà qu’entre nous … c’est difficile voir disparue !! et si on part sans payer ?? y Taz ?? sans parler de la sécurité, fichage, surveillance etc …
    Un TX ?? voir ou revoir le film « CLONES » avec B. WILLIS