Accueil » Argent et politique, Manipulation » Olivier Delamarche sur BFMBusiness le 19 mars 2013: « on prend les gens pour des cons et ça marche… »

Olivier Delamarche sur BFMBusiness le 19 mars 2013: « on prend les gens pour des cons et ça marche… »

Tout est dit! Maintenant, à vous de choisir: soit vous faites confiance aux banques et aux fonds d’investissement, soit vous retirez TOUT: Livret A, placements divers, conventions obsèques, assurance vie, car si le braquage se fait un jour en France, vous allez TOUT PERDRE!

Image de prévisualisation YouTube

Il s’exprime sur la situation à Chypre

« Braquer les épargnants c’est plus efficace et plus rapide que de lever un impôt »

« On découvre que Chypre est un paradis fiscal — Ce pays aura de nouveau besoin de 10 milliards dans quelques mois — Les Portugais, Italiens, Espagnols et Français devraient se poser des questions quant à leur épargne — Les impôts ne rentrant plus, on invente le ‘braquage à la cypriote’ — A chaque fois on dit: ‘non ça ne peut pas arriver’ et bien cela arrive sous la justification qu’à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle — Que les gens continuent à investir dans les marchés actions, les banques, l’assurance-vie, le livret A, ça va bien se passer… »

43 réponses à Olivier Delamarche sur BFMBusiness le 19 mars 2013: « on prend les gens pour des cons et ça marche… »

  1. ça dernière petite phrase m’a fait beaucoup rire…

    • j’espère que les Français vont sortir leurs argents des banques…avant qu’il ne soit trop tard!

      • lollllll mais non ça sera toujours la même réponse… : on verra bien….

      • ils n’y croiront pas tant qu’ils n’auront pas le nez dedans mais lorsqu’ils vont y être dedans ils sera trop tard.
        j’ai un exemple tres proche : mon pere. il est dans le déni complet c’est le sujet tabou. il a des economies de placées impossible de le convaincre de les lui faire retirer. ce que je crains c’est qu’il ne va pas s’en remettre mais à ce moment là on aura surement d’autres preoccupations de survie.

    • « Habemus Taxam », MDR ! C’est vrai que la dernière pique de Delamarche à propos du Pape ne manque pas de sel.

  2. Moi , c’est mon banquier qui va beaucoup rire cette aprem..
    bon je vais laisser 15 euro sur mon livret , faut toujours leur laisser un peu à manger.

  3. « si le braquage se fait un jour en France, vous allez TOUT PERDRE! »

    Le braquage aura lieu de toute façon, et vous perdrez tout, votre papier ne servira plus à rien, inutile le rembourré votre matelas avec, débarrassez vous en, intelligemment si possible sinon bah amusez-vous.

    • Exact, sortir du fric des banques e servira à rien car il sera alors sans valeur.

      Comme tu dis il faut l’utiliser pour acheter des biens qui auraient de la valeur en cas de crise profonde : cigarettes, alcool, conserves avec de la viande, produits de santé et d’hygiène divers ….

    • Bien sympa cette petite chronique. Je suis d’accord avec Mustapaha: au final qu’on le laisse ou qu’on le sorte, on l’aura dans l’os. On ferait mieux d’investir dans de l’alimentaire. Genre faisons nos courses pour les 3 ans à venir lol. Au moins, ça les bureaucrates de Bruxelles viendront pas nous le taxer…encore que :)

  4. sortir son argent des banques avant qu’il ne soit trop tard et là je vais rigoler quand les banques seront en banqueroute tirez tout, tous en même temps hi hi !

    • Femsense. Je me souviens que quand Cantonna ( un joueur de foot ) avait conseillé aux Français de retirer leur argent des banques, eh bien les merdiats et les z’élus l’avaient fait passer pour un gros irresponsable qui n’y connaissait rien, ni en politique ni en économie… Et pourtant! Il avait et à toujours raison, ce sytème ne repose que sur un seul pilier: L’économie. Sortons notre fric des banques et le système s’écroule. C’est MA.THE.MA.TIQUE!

  5. Affaire Cahuzac : au delà de la simple fraude fiscale et on se dirige vers de la corruption par un ou des laboratoires pharmaceutiques …

    Affaire Cahuzac : un juge va être nommé pour poursuivre l’enquête

    Le parquet de Paris a requis dans un communiqué l’ouverture d’une information judiciaire «contre personne dénommée des chefs de blanchiment de fraude fiscale, perception par un membre d’une profession médicale d’avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la Sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit»

    Si les techniciens de la police scientifique sont dans l’incapacité de le certifier à 100 %, ils ont délivré des conclusions qui renforcent «l’hypothèse que Jérôme Cahuzac est le locuteur inconnu».

    «Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, l’UBS c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques», dit l’homme à un interlocuteur non identifié dans cet enregistrement, diffusé par Mediapart et datant, selon le site, de la fin de l’année 2000.

    Ses liens avec les laboratoires pharmaceutiques en question

    «Par ailleurs, les enquêteurs ont auditionné plusieurs témoins, précise le communiqué du parquet. L’un d’entre eux a indiqué qu’il lui avait été rapporté que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques.» En décembre 2012, notre journal avait révélé le rôle de conseil auprès de ces laboratoires qu’avait pu tenir ce chirurgien de formation.

    Selon Mediapart, ce compte chez UBS en Suisse aurait été clôturé en 2010 et les avoirs auraient été transférés, via des montages complexes, à Singapour. L’ouverture d’une information judiciaire permettra aux enquêteurs de mener des investigations dans ces deux pays.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-cahuzac-un-juge-va-etre-nomme-pour-poursuivre-l-enquete-19-03-2013-2653223.php

    CAHUZAC est Franc Maçon et ça a aidé à freiner la procédure mais visiblement pas assez.
    A un moment donné ils vont certainement le lâcher …

    • confirmation sur le site MEDIAPART
      VOICI L’ARTICLE

      érôme Cahuzac démissionne
      19 MARS 2013 | PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART
      Document 536 Commentaires
      Le parquet de Paris a décidé, mardi, d’ouvrir une information judiciaire visant Jérôme Cahuzac pour « blanchiment de fraude fiscale ». Au terme d’une enquête préliminaire ouverte le 8 janvier, le parquet valide l’ensemble des informations publiées par Mediapart depuis notre premier article, le 4 décembre 2012. Quelques heures plus tard, l’Élysée a annoncé que François Hollande avait « mis fin » aux fonctions de son ministre, « à la demande » de ce dernier. Jérôme Cahuzac est remplacé au budget par Bernard Cazeneuve, auparavant aux affaires européennes. Ce dernier poste revient à Thierry Repentin, jusqu’à présent chargé de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

      Dans un communiqué exceptionnellement long et détaillé, diffusé en début d’après-midi, le procureur de Paris François Molins fait état de la nécessité de poursuivre les investigations « dans un cadre procédural plus approprié, au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l’entraide répressive internationale ». L’ouverture d’une information judiciaire et la nomination d’un juge d’instruction permettront de mettre en œuvre des procédures judiciaires d’entraide internationale.

      © Reuters
      Les investigations devront se poursuivre au moyen d’une « entraide répressive internationale, en Suisse mais aussi à Singapour », est-il précisé.

      Le parquet évoque également des financements venus de laboratoires pharmaceutiques, et notamment dans son dernier paragraphe, demandant l’ouverture d’une information judiciaire pour « perception par un membre d’une profession médicale d’avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale ».

      Concernant l’enregistrement publié par Mediapart et qui date de 2000, dans lequel l’actuel ministre reconnaît détenir un compte non déclaré à l’UBS, le parquet explique qu’il « n’a subi aucune altération ou modification » et que trois témoins ont reconnu la voix de Jérôme Cahuzac. Le parquet précise que les expertises scientifiques faites de cet enregistrement ont conclu que « sur une échelle de -2 à +4, la puissance de l’indice, c’est-à-dire de notre comparaison phonétique et automatique, se situe à +2. Autrement dit le résultat de notre analyse renforce l’hypothèse que Jérôme Cahuzac est le locuteur inconnu ».

      En milieu d’après-midi, ni l’Élysée ni Matignon n’avaient réagi à cette décision du procureur de Paris. Jérôme Cahuzac a constamment nié détenir ou avoir détenu un compte non déclaré en Suisse. Il avait annoncé le dépôt d’une plainte en diffamation contre Mediapart, plainte qui ne nous a jamais été signifiée.

      Retrouvez ici, tout notre dossier sur l’affaire du compte suisse du ministre du budget et ci-dessous nos principaux articles ainsi que le communiqué intégral du procureur.

      Le compte suisse du ministre du budget Jérôme Cahuzac (4 décembre 2012).
      Ce que nous écrivions : Le ministre du budget Jérôme Cahuzac (PS) a détenu pendant de longues années et jusqu’en 2010 un compte bancaire non déclaré à l’UBS de Genève, selon une enquête de Mediapart qui s’appuie sur de nombreux témoignages et des éléments documentaires probants.« Je n’ai pas de compte en Suisse et n’en ai jamais eu. Il est clair que si vous publiez ça, j’attaquerai », a réagi M. Cahuzac.

      Ce que dit le communiqué du procureur : « Il convient de relever que si une assistance fiscale administrative a été sollicitée par l’administration fiscale française auprès de son homologue suisse, la réponse à cette demande le 31 janvier 2013 -couverte par le secret fiscal- spontanément portée à la connaissance des enquêteurs de la DNIFF par la direction générale des finances publiques, ne constitue, dans le cadre d’une procédure pénale, qu’un simple renseignement.

      Les investigations menées dans le cadre de l’enquête préliminaire doivent désormais se poursuivre dans un cadre procédural plus approprié, au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l’entraide répressive internationale, en Suisse mais aussi à Singapour. »

      Cahuzac: l’aveu enregistré (5 décembre 2012)
      Ce que nous écrivions : Face aux démentis répétés du ministre du budget après nos révélations sur son compte suisse, Mediapart dévoile un enregistrement datant de la fin de l’année 2000 dans lequel Jérôme Cahuzac, alors député, évoque avec un chargé d’affaires son compte caché. « Moi, ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS », affirme le futur ministre du budget. Nos nouvelles révélations.

      Ce que dit le communiqué du procureur :

      « – l’enregistrement remis aux enquêteurs par Monsieur Michel GONELLE n’a subi aucune altération ou modification ;

      - trois témoins, à qui les enquêteurs ont fait écouter l’enregistrement, ont dit reconnaître la voix de Monsieur Jérôme CAHUZAC et un témoin des « intonations de la voix » ;

      - les techniciens du laboratoire de police technique scientifique d’ECULLY requis pour procéder à une comparaison de voix entre celle de l’enregistrement et celle de Monsieur Jérôme CAHUZAC ont conclu dans un rapport remis le 18 mars 2013 :
       » Sur une échelle de -2 à +4, la puissance de l’indice, c’est à dire de notre comparaison phonétique et automatique se situe à +2. Autrement dit le résultat de notre analyse renforce l’hypothèse que Jérôme CAHUZAC est le locuteur inconnu. » »

      Jérôme Cahuzac, «l’ami» du roi des labos pharmaceutiques (20 décembre 2012)
      Ce que nous écrivions : Il s’appelle Daniel Vial et est depuis plus de vingt ans le lobbyiste le plus influent de l’industrie pharmaceutique. Interrogé par Mediapart, il reconnaît des relations d’affaires avec l’actuel ministre du budget devenu un « ami », assure-t-il. Car dans les années 1990, les activités de « consultant » de Jérôme Cahuzac pour des laboratoires, et en particulier pour le labo français Innothera, expliquent pour partie sa fortune rapide.

      Ce que dit le communiqué du procureur : « Les enquêteurs ont auditionné plusieurs témoins. L’un d’entre eux a indiqué qu’il lui avait été rapporté que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques. »

      Les mensonges de Jérôme Cahuzac (21 décembre 2012)
      Ce que nous écrivions : Le ministre n’a pas dit la vérité aux plus hautes instances de l’État et se trouve aujourd’hui dans une situation politique intenable. Le détenteur de l’enregistrement dans lequel Jérôme Cahuzac parlait fin 2000 de son compte en Suisse a contacté l’Élysée pour certifier son authenticité. Mediapart révèle son identité. Dans des mails consultés par Mediapart, Jerôme Cahuzac ne dément pas l’authenticité de l’enregistrement. Des vérifications fiscales sont en cours sur le patrimoine du ministre. Ses déclarations d’ISF laissent apparaître des anomalies.

      Ce que dit le communiqué : « Trois témoins, à qui les enquêteurs ont fait écouter l’enregistrement, ont dit reconnaître la voix de Monsieur Jérôme CAHUZAC et un témoin des « intonations de la voix ». »

      L’intégralité du communiqué du procureur de la République

      « Le 8 janvier 2013, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire du chef de blanchiment de fraude fiscale afin d’une part, de vérifier l’authenticité et le contenu d’un enregistrement dans lequel était évoqué -prétendument par Monsieur Jérôme CAHUZAC- l’existence d’un compte qu’il aurait détenu auprès d’une banque suisse, d’autre part de faire procéder à toutes auditions nécessaires.

      Les investigations menées dans le cadre de l’enquête préliminaire, confiées à la division nationale des investigations financières et fiscales (DNIFF), ont fait apparaître les éléments suivants:

      - l’enregistrement remis aux enquêteurs par Monsieur Michel GONELLE n’a subi aucune altération ou modification ;

      - trois témoins, à qui les enquêteurs ont fait écouter l’enregistrement, ont dit reconnaître la voix de Monsieur Jérôme CAHUZAC et un témoin des « intonations de la voix » ;

      - les techniciens du laboratoire de police technique scientifique d’ECULLY requis pour procéder à une comparaison de voix entre celle de l’enregistrement et celle de Monsieur Jérôme CAHUZAC ont conclu dans un rapport remis le 18 mars 2013 :
       » Sur une échelle de -2 à +4, la puissance de l’indice, c’est à dire de notre comparaison phonétique et automatique se situe à +2. Autrement dit le résultat de notre analyse renforce l’hypothèse que Jérôme CAHUZAC est le locuteur inconnu. »

      Par ailleurs, les enquêteurs ont auditionné plusieurs témoins. L’un d’entre eux a indiqué qu’il lui avait été rapporté que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques.

      Enfin, une demande d’entraide pénale internationale (DEPI) a été adressée par le parquet de Paris aux autorités judiciaires suisses le 12 mars 2013.

      Il convient de relever que si une assistance fiscale administrative a été sollicitée par l’administration fiscale française auprès de son homologue suisse, la réponse à cette demande le 31 janvier 2013 -couverte par le secret fiscal- spontanément portée à la connaissance des enquêteurs de la DNIFF par la direction générale des finances publiques, ne constitue, dans le cadre d’une procédure pénale, qu’un simple renseignement.

      Les investigations menées dans le cadre de l’enquête préliminaire doivent désormais se poursuivre dans un cadre procédural plus approprié, au regard de la complexité des investigations à diligenter, notamment la mise en œuvre complète de l’entraide répressive internationale, en Suisse mais aussi à Singapour.

      Le parquet de Paris a ainsi requis ce jour l’ouverture d’une information judiciaire contre personne non dénommée des chefs de blanchiment de fraude fiscale, perception par un membre d’une profession médicale d’avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit. »

  6. Guillotine, ça se dit comment en chypriote ?

    http://blogobluj.blogspot.fr/2013/03/herman-van-fripouille-bastard.html

  7. Rigolade toujours

    Dans la série on prend les gens pour des cons.

    L’affaire merah, le grand retournement de veste des médias lorsque le coupable n’est plus le blanc attendu, voir espéré.

    Mélenchon envoie un twitt laconique, en écho à la polémique autour de la citation de Brasillach par Le Pen quelques jours avant : « Brasillach est servi » avec le « hashtag » Toulouse.

    Le Point vend une « première piste » : « des soldats réputés néonazis ». Parmi les autres hypothèses envisageables, celle du « loup solitaire type Anders Behring Breivik » a la faveur des médias (Le Point, L’Huma). Soit des pistes très européo-centrées.

    Les télévisions dressent même le portrait physique du tueur (petit rappel : il portait un casque !) : homme de type caucasien ou européen pour M6, un blanc aux yeux bleus pour France 2, « les yeux bleus sur un visage blanc » pour TF1.

    Le 20 mars, Les Inrocks enfoncent le clou en relayant complaisamment les propos du « sociologue » Mucchielli : « Selon les premiers éléments de l’enquête, le meurtrier n’est pas un islamiste ou un banlieusard – les cibles favorites du débat public – mais une personne qui est apparemment issue d’un groupuscule néo-nazi », entretien illustré par la photo d’une banderole déployée par les associations UEJF etc. : « En France, on tue des noirs, des juifs et des arabes ».

    3. Le 21 mars, coup de théâtre : le tueur serait un musulman d’origine maghrébine. La presse alors s’empresse de crier non aux « amalgames ». Les mêmes journalistes qui parlaient de militaires musulmans et d’écoliers juifs évoquent un « Toulousain de 23 ans » (Europe 1) « aimant le foot, les scooters et les sorties en boîte » (France 3).

    Le ton change. On n’a plus affaire à un salaud nazi mais à « un enfant du mariage malheureux entre la France et l’Algérie » (Les Inrocks, 27 mars). Un « visage d’ange d’une beauté sans nom » (Libération, 22 mars 2012).

    Pire, certains médias continuent d’entretenir le doute : pour Le Canard enchaîné, « Le tueur de Toulouse sent le nazi » ; la Une de Charlie Hebdo caricature Jean-Marie Le Pen, lui prêtant ces mots : « Tuerie antisémite de Toulouse, c’est un point de détail de la campagne » ; Le Monde, lui, parle encore des « néo-nazis » tout en concédant que « ce n’est pas la piste principale » (sic).

    4. Le traitement bobardier de l’affaire, au fond, est résumé par ce tweet de Nicolas Chapuis (Nouvel Obs, ex-Libé), qui sonne comme un aveu : « Putain ! Je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi ! » – et son collègue Tristan Dessert de lui répondre : « Ça aurait été effectivement plus simple. »

    http://www.bobards-dor.fr/2013/1458/archives?fb_action_ids=10200927004320514&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map={%2210200927004320514%22%3A133776286799853}&action_type_map={%2210200927004320514%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]