Areva affiche une activité solide, et un carnet de commandes au plus haut

Le logo d’Areva

Areva a annoncé jeudi avoir enregistré une nette hausse de son activité sur le troisième trimestre, porté par une bonne dynamique partout sauf dans l’amont (enrichissement et combustibles), et a vu son carnet de commandes grimper à un nouveau record depuis sa création en 2001.

Le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 13,4% sur le trimestre, à 2,214 milliards d’euros, et est ressorti en hausse de 10% sur les neuf premiers mois de l’année à 6,542 milliards, a détaillé le groupe nucléaire public dans un communiqué.

Cette « croissance soutenue » a été « tirée par les activités récurrentes dans l’énergie nucléaire d’une part, et le développement de nos activités dans les énergies renouvelables d’autre part », a commenté le président du groupe Luc Oursel, cité dans le communiqué.

Selon lui, « ces éléments témoignent une nouvelle fois des progrès dans le déroulement » du plan de redressement « Action 2016 » lancé fin 2011, année où le groupe a subi de lourdes pertes du fait de la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, et d’énormes dépréciations liées à ses gisements d’uranium.

Le carnet de commandes a quant à lui atteint à fin septembre 47 milliards d’euros, soit une progression de 10,1% par rapport à un an plus tôt et de 4,1% par rapport à fin juin. Le groupe souligne qu’il s’agit d’un nouveau record depuis sa naissance en 2001.

Cette progression est essentiellement attribuable aux divisions Mines, Amont, et Réacteurs et services.

Toutefois, le groupe a enregistré sur le trimestre 95 millions d’euros d’annulations de commandes consécutives à la catastrophe de Fukushima , portant leur montant cumulé à 742 millions d’euros.

Le groupe n’a par ailleurs fait aucune allusion dans son communiqué à des informations du site La Tribune selon lesquelles le conseil de surveillance, réuni ce jeudi pour valider ces chiffres, devait également approuver une réduction d’un tiers de la rémunération de M. Oursel, pour l’aligner sur le plafond de 450.000 euros par an fixé par le gouvernement pour les dirigeants d’entreprises publiques.

La Tribune a également affirmé que le conseil allait acter un accord de cession à l’électricien chinois CGNPC d’une part de 13% dans la mine d’uranium d’Imouraren au Niger, une opération qui rapporterait plusieurs centaines de millions d’euros au groupe nucléaire français.

Le groupe n’a pas commenté jusqu’ici ces informations.

Par ailleurs, le groupe n’a pas non plus commenté dans l’immédiat de nouvelles déclarations très critiques du gouvernement du Niger, qui aimerait augmenter les retombées pour la population liées à l’uranium, premier produit d’exportation du pays mais qui ne représente que 5% de ses recettes fiscales.

« Le partenariat dans l’exploitation de l’uranium est très déséquilibré en défaveur du Niger et ce, depuis 41 ans d’exploitation de ce minerai », indique un communiqué du gouvernement nigerien publié jeudi.

Présent depuis une quarantaine d’années au Niger, Areva y exploite deux gisements d’uranium à Arlit et à Akokan, dans le nord désertique du pays.

Plus grand employeur privé de ce pays parmi les plus pauvres du monde, Areva doit en outre commencer en 2013-2014 l’exploitation de la mine géante d’Imouraren (nord), présentée comme « la deuxième du monde ». Elle doit produire 5.000 tonnes d’uranium par an à plein régime et représente un investissement de plus de 1,2 milliard d’euros.

Source: Boursorama

3 commentaires

  • nina

    C’est tout de même flippant …quand est ce que tout ceci va s’arrêter … y en a marre de ce P… de nucléaire qui pourri tout.
    Ce sera notre perte à vouloir continué dans cette voie nous allons avoir un retour de bâton dramatique un de ces jours prochains.
    Quand je pense que nos saletés de centrales sont arrivés à échéances de vie et que nous n’avons ni les moyens de les entretenir correctement ni de les démanteler ça fait extrêmement peur.
    Quand je vois la pollution engendré rien qu’en France par les sites de centrales nucléaire sur la faune et la flore à proximité et sur les enfouissement à travers l’hexagone.
    qu’ils se permettent d’incorporé les déchets radioactifs aux produits de consommation de tout les jours parce qu’ils ne savent plus quoi en faire (dénoncé par la crirad) … c’est une honte !!!!!
    détruire, polluer, saccager, mentir, manipuler des populations entière a travers le monde pour du pognon qui reste somme toute fictif … ou sont les valeurs humaines ??? .. la vie quel quelle soit devrait passer avant toute chose.
    nous sous sommes égaré en chemin à trop vouloir, nous sommes devenu cupide ou bien l’avons toujours été, l’amour de la vie aurait du être notre priorité.
    tout ce qui nous arrive ou qui arrivera n’est que la conséquences de nos actes.

  • Tycer

    A t’on le choix maintenant que l’on doit déjà traiter des milloions de tonnes de déchets radioactif?

    Oui, mais les solutions alternatives sont responsables du réchauffement climatique.

    Alors entre le cholera et la peste, je choisi : le nucléaire et la reduction de ma consommation d’energie.

  • fotoulaver fotoulaver

    Combien d’énergie fossile pour extraire de l’uranium ?