L’Etat et les banques préparent un sauvetage de la filiale crédit de PSA

Et on le rappelle, si PSA vire 8000 personnes, c’est suite à la décision d’un gros actionnaire de PSA qui n’est autre que General Motors (et donc les USA) et qui a imposé le respect de l’embargo en Iran, 400 000 véhicules de vendus en moins de vendu par an! Boum! Peugeot ne peut donc plus vendre là bas, à ensuite été écarté de la bourse de Paris (qui appartient aux USA), et va maintenant devoir être sauvé. Nous assistons à la fin d’une époque…

Le gouvernement et plusieurs établissements bancaires préparent un sauvetage de Banque PSA Finance (BPF), la filiale de crédit automobile du constructeur automobile en difficulté PSA Peugeot Citroën, affirme le Figaro mardi soir sur son site internet.

Selon le quotidien, qui ne précise pas la nature de ses sources, le ministère des Finances et le Trésor mènent depuis 15 jours des négociations intenses avec les banques de la place en vue d’une telle opération.

D’après le journal, le plan de sauvetage en discussion comporte trois volets.

Pour commencer, les banques créancières de BPF repousseraient selon un calendrier non précisé des échéances de remboursements sur l’équivalent de 4 milliards d’euros de dettes.

De plus, elles apporteraient de nouveaux crédits à la filiale. Le chiffre de 1,5 milliard d’euros circule, selon le Figaro.

Enfin, l’Etat garantirait les nouveaux emprunts de BPF à hauteur de 4 milliards d’euros.

Selon le journal, ces chiffres sont susceptibles de varier mais BPF et le gouvernement veulent aller vite, notamment pour que la garantie gouvernementale puisse être intégrée dans le projet de loi de Finances 2013, dont l’examen vient de commencer au Parlement.

Selon le Figaro, ce sauvetage est rendu nécessaire par la crise qui secoue le groupe PSA et la dégradation de la note de crédit du constructeur, qui risque de faire s’envoler les taux d’emprunts de BPF. Cette filiale finance à la fois les concessionnaires Peugeot et Citroën et les achats de leurs clients.

Le journal ajoute que BPF n’est pas à proprement parler une banque malade et est au contraire fortement capitalisée au regard des usages du secteur mais qu’elle souffre de son statut d’établissement de pur crédit ne collectant pas de dépôts.

PSA est engagé dans un plan de 8.000 suppressions de postes ainsi que dans la fermeture programmée de son usine d’Aulnay-sous-Bois, en région parisienne, en 2014.

Source: Agence de presse via Romandie

3 commentaires

  • fotoulavé

    Le NWO va pomper tout ce qu’il peu. Les vannes sont ouverte à fond, l’aspiration va continuer jusqu’au dernier gramme d’or. 2014 serait effectivement le fond du fond pour l’Europe.

  • Comme disait la chanson, le lion est mort ce soir

  • Andy

    PSA n’a pas été « écarté » de la bourse, elle est juste sortit du CAC 40 qui n’est rien d’autre qu’un indice de NYSE Euronext(la bourse donc) où PSA est toujours côté mais de manière moins « visible ».

    Sinon pour ce qui est du retrait du marché iraniens, c’est juste l’action la plus hypocrite que l’histoire économique ait connu, surtout quand on sait que des milliards en contrat sont échangé(en secret bien sur) chaque année entre l’Occident et l’Iran…