Le Portugal s’apprête à ratifier une bombe atomique fiscale

Le gouvernement portugais dévoile ce lundi son budget pour 2013, véritable coup de massue sur la population imposé par la Troika. Ce budget est marqué par une hausse d’impôts généralisée, qui touchera fortement les plus minces revenus.

La hausse d’impôts, que le ministre des Finances M. Gaspar a lui même jugée « énorme », s’effectuera notamment par le biais d’une réduction de 8 à 5 du nombres des tranches d’imposition, l’introduction d’une surtaxe de 4%, une baisse des retraites et une réduction des allocations chômage et maladie.

La réduction du nombre des tranches d’imposition aura notamment pour effet d’augmenter de 11,5% à 14% le taux d’imposition des revenus les plus faibles. Les revenus moyens, entre 20.000 et 40.000 euros annuels, seront imposés à 37% au lieu de 35,5% auparavant. Le taux passera de 46,5% à 48% pour les revenus les plus élevés, au dessus de 80.000 euros, alors que la tranche supérieure concernait précédemment des revenus supérieurs à 153.300 euros. Toutes ces décisions ont été prises sous la pression de la « troïka » (UE-FMI-BCE) et des bailleurs de fonds. Ce n’est qu’à ces conditions qu’ils ont accepté d’alléger les objectifs du gouvernement de réduction du déficit public, revu à 5% du PIB pour cette année et à 4,5% l’année prochaine. Pourtant cette hausse injuste des impôts devrait d’aggraver la récession : l’économie doit reculer cette année de 3% tandis que le taux de chômage devrait avoisiner les 16%.

Pour que « La Troïka aille se faire foutre ».

C’est « une bombe atomique fiscale », a déclaré Antonio José Seguro, le leader du Parti socialiste, la principale formation d’opposition, un « massacre », a renchéri le Parti communiste, « un attentat à la dignité du peuple », s’est exclamé le principal syndicat, la CGTP, « une insulte aux Portugais », a commenté le quotidien Diario Economico.

A l’issue d’un Conseil des ministres extraordinaire le budget sera remis au parlement que les « Indignés » portugais ont appelé à « assiéger » à partir de 17H00 pour marquer leur refus d’un nouveau renforcement de la rigueur. Depuis un mois, les Portugais s’organisent et protestent. Manifestations et grèves se sont multipliées et ce samedi, des centaines de milliers de citoyens se sont rassemblés dans 23 villes du pays pour que « La Troïka aille se faire foutre ». Ont été organisées de nombreuses actions culturelles avec la participation des plus grands artistes du pays, des techniciens et artistes précaires.

Les manifestants exigent la démission du Gouvernement et le droit au travail. « Il est temps il est temps que le Gouvernement s’en aille », « Gouvernement d’escrocs rien d’autre que des voleurs » ont scandé les manifestants toute la semaine. Le prochain moment de lutte sera la grande Grève Générale du 14 novembre. De nombreuses initiatives la précéderont et les mouvements sociaux de nombreux secteurs du pays comme dans les ports, transports, l’industrie ou l’éducation sont prévus.

Source: l’humanité via Sott.net

10 commentaires

  • silex

    Mais qu’ils balance cette Europe à la baille et repprennent le rênes de leur pays bordel !

  • gnafron

    normal qu’on taxe les plus bas revenus! dès qu’on taxe les riches, ils crient tellement fort que les gouvernants font tout pour arrêter ces cris déchirants!

  • plop

    les sociétés de transfert d’argent vont être contente.

    de nombreux portugais sont déjà expatrié (histoire ancienne, et actuel)

  • Richa83

    Et après ça, ces ***** viendront nous dire , la bouche en cul de poule, comment se fait il que la croissance ne reparte pas?

    Pas d’illusions a se faire , avec un temps de décalage, nous serons traités de la même façon!!

  • mémé

    Avec des mesures comme ça, on fait le lit de l’extrème droite très extrème.
    les nazis ont prospéré sur un tel terreau. La troïka joue un jeu bvien dangereux…

    • Pikpuss

      Les Nazis et autres fous furieux ont prospéré d’abord parce qu’ils recevaient d’énormes financements de la part de ceux qui, en même temps, créèrent la crise financières voulue et orchestrée par les gourous de la finance.

  • clemence

    A Bruxelles ils pensent que le populo ne se révoltera jamais car vieillissant et rejetant la violence.
    Donc en route vers les Etts Unis d’ Europe avec les nations reconverties en régions…
    Ca vous plait pas ? ils vous emmerdent !