Victoire de la N-VA : quand Elio Di Rupo fait l’autruche

Un article proposé par Erwin A. qui se montre plutôt pessimiste quand aux résultats: « Je vous envoie un article sur la percée de l’extrême droite dans le nord de la Belgique (en flandre) lors des élections communales.
La peste brune a débarqué. Au nord, ils sont devenus fous. C’est mal barré pour la Belgique. Je n’aurai jamais pensé assister à une telle catastrophe de mon vivant. Ca augure des jours sombres si ces résultats devaient se répéter aux élections fédérales.« 

Pas de vague rouge dans la cité du Premier ministre Elio Di Rupo. Avec 55,16 % des suffrages, le PS conforte sa majorité absolue (+ 3,61 %), mais reste loin de ses 61,35 % du scrutin de 2000.

© Image Globe

23 h 30 Statu quo à Mons

Pas de vague rouge dans la cité du Premier ministre Elio Di Rupo. Avec 55,16 % des suffrages, le PS conforte sa majorité absolue (+ 3,61 %), mais reste loin de ses 61,35 % du scrutin de 2000. Le MR, son allié dans la majorité depuis 12 ans, progresse légèrement (+1,35 %). Le CDH perd des plumes (-3 %) et Ecolo reste stable aux environs de 8,8 %. L’extrême droite a disparu du paysage montois. Statu quo, donc.

Questions en suspens : Le PS reconduira-t-il sa majorité avec le MR ? Quel socialiste sera désigné bourgmestre faisant fonction ? Elio Di Rupo dépassera-t-il ses 13 390 suffrages de 2006 ? Réponse demain matin, lorsque les résultats personnels seront connus.

22 h 10 – Résultats toujours très partiels à Mons (9 bureaux sur 30).

On sait que le PS a la majorité absolue, mais personne ne pensait qu’il l’a perdrait. Pour l’heure, on note juste un légère progression du MR, déjà partenaire dans la majorité.

22 h 00 – Victoire de la N-VA : quand Elio Di Rupo fait l’autruche

Face à l’appel de Bart De Wever à une « réforme confédérale », Elio Di Rupo refuse de se positionner, plaide « la stabilité du pays » et se félicite de son succès montois. Bart De Wever a coutume de parler de deux démocraties quand il décrit la scène politique belge. Ce dimanche soir, l’impression a prévalu de vivre sur deux planètes quant après avoir entendu le futur bourgmestre d’Anvers en appeler à une « réforme confédérale », le futur mayeur empêché de Mons s’est surtout attaché à féliciter Julie, Bertrand et Sébastien pour le remarquable score du PS local. Pressé ensuite de répondre à l’exhortation de Bart De Wever par les journalistes de la RTBF et de RTL-TVi, Elio Di Rupo a persisté à plaider que le scrutin de dimanche était purement local. « Notre pays a besoin de stabilité. Les citoyens reconnaîtront notre travail », a juste concédé le Premier ministre comme considération un peu générale. En nourrissant l’espoir, semble-t-il, que 2014 ne ressemble pas à 2012. Au moins sur le plan électoral.

21h47 – Saint-Nicolas sans Michel Daerden

Le PS s’est aussi considérablement amoindri à Saint-Nicolas, la commune liégeoise dont Michel Daerden aurait dû hériter, et dans laquelle il avait transféré ses pénates avant son décès. Elle lui avait en effet été offerte sur un plateau d’argent par la fédération du PS liégeois après qu’il se soit fait débarquer de Ans par Stéphane Moreau. Le bourgmestre sortant Jacques Heleven conserve une écharpe à laquelle il ne croyait plus, mais le PS encaisse une chute de 8%, passant de 64,56 à 56,56%.

21h11 – Score presque stalinien à Farciennes : Hugues Bayet et le PS récoltent 79,79% des suffrages

Le PS a remporté dimanche à Farciennes 79,79% des suffrages et 19 des 21 sièges disponibles au sein du conseil communal. Son chef de file, le bourgmestre sortant, Hugues Bayet a amélioré de plus de plus de 800 voix son score personnel, le faisant passer de 1.324 à 2.203 voix. Les trois autres listes (CDH, MR, PIF) n’ont pu rivaliser. Des trois, seule celle du cdH sera d’ailleurs représentée au sein du futur conseil communal (2 sièges). Parfois cité pour remplacer Paul Magnette en décembre prochain au sein du gouvernement fédéral, Hugues Bayet a affirmé dimanche soir que Farciennes était sa priorité. Je n’ai pas envie de partir au gouvernement fédéral, a-t-il indiqué.

20 h 40 – Tournai : Le PS en tête, Marghem (MR) dépasse Demotte

Résultats définitifs dans la cité des Cinq Clochers : le PS conserve sa majorité relative avec 42,19 % des voix (+ 1,25 %). Il devra donc à nouveau composer avec un autre parti. Lequel ? Son partenaire sortant , le CDH, perd 5 ,7 % des suffrages par rapport à 2006 (11,11 % des voix). Le MR, lui, progresse d’autant ( 5,4 %) et récupère environ des tiers des voix. Ecolo perd 1,58 % (10,17 %). La logique électorale voudrait que le PS forme cette fois une confortable majorité avec les libéraux.

Source et chronologie complète: Le vif

11 commentaires

  • martinb

    pourquoi une peste brune au nord du pays?????

    le resultat en flandre est connu depuis bien avant les élections.

    la belgique est coupée en 36 morceaux, dont le principal, les deux blocs (wallonnie francophone au sud et minoritaire au point de vue nombre d’habitant) et la flandre au nord, de langue flamande (quasi du neeralndais) et majoritaire au point de vue habitant.

    ca c’est la premiere division.
    —-
    la seconde, l’histoire, la belgique a été créee a la suite des N ieme guerres et occupation suite aux guerres, une zone tampon a été fabriquée, appellée la belgique, avec un roi venu d’allemagne, pour diriger le pays, bon en gros c’est ca, le problème etait une flandre rurale et pauvre, une wallonnie industrielle et riche.
    —-
    rappelons que la belgique a été avec son congo, une des plus grande puissance mondiale.
    —-
    les wallons n’en n’ayant rien a foutre de la flandre, sont maintenant devant le constat suivant, la tendance c’est inversée, les flamands sont plus industrialisés (secteurs de pointe) et les wallons, courrent toujours apres un reve perdu.
    —-
    de là le cliché, des wallons fainéants, assistés par le social et une flandre riche, progressiste.
    —-
    un zeste de patriotisme (flamand) un rien d’arrogance, une pointe de rancoeur historique et voila que le mécanisme du sépparatisme et en marche.
    —-
    Les flamands ne changeront pas, les wallons, dans le fond trouvent que tout va bien, vu que rien ne change aux élections.
    —-
    un jour proche, denk ik – un mur sera total entre les deux communautés, ce qui m’interpelle c’est de voir que le wallon ne cherche pas de solutions, mais deja résigné, se dit :  » bah » ben on’S ‘ra francais alors.

  • J!

    C’est la premiere fois qu’un Francophone est 1er ministre depuis au moins la 2eme Guerre Mondiale.

    Il fut simplement envoye au casse-pipe car pire crise economique depuis 1930 + autres problemes, avec ce peuple Flamand culturelement tres « particulier » et decomplexe de leurs vieux demons (meilleur peuple colabo des Nazis).

    Elio a un gouvernement de gauche, de droite et democrate humaniste (centre chretien), mixte Flamand et Francophone (sans parler des gouvernements communautaires, regionaux et mixte com.+ regio).

    Il se fait tropiller donc de tous les cotes (y compris le sien), et c’est l’ancien gros (comprenez B. De Wever) qui compte et accumule les points, pendant que l’autre « gai-luron » essaie tant bien que mal de garder un cape d’un navire (petite barque) appelle Belgique.

    Affaire a suivre donc en 2014 ,car cette situation pourrait etre un gros detonateur (sans doute voulu par certains)…

  • Michel Driessen

    Mais allez ! La peste brune … Calmez-vous !

    D’ abord et avant tout, la Flandre est historiquement un comté de la France, dont une partie se trouve en « Belgique » Ça heurte profondément mon coeur Anversois, de me faire appeler Flamand. Anvers, ville de la sainte Mère, libertaine depuis la Renaissance, lorsque la Flandre a connu le féodalisme jusqu’ aux années ’60.

    C’ est vrai que la controlite, et l’ intolérance du nord, m’ ont poussé de déménager à Bruxelles, afin de garder l’ ambiance Belge, qui m’ est chère.

    Les francophones de Bruxelles, c’ est qui en majorité ? … Toujours des gens d’ origine néerlandophone, plusieurs toujours amoureux de leur dialecte, mais pas du Néerlandais « civilisé ».

    Après tout les « Flamands » ne sont pas si méchants que ça. Ils tolèrent un transfer de sous sans aucun controle à une Wallonie dominé par la secte franc-maçonnique du PS. Nulle part au monde on voit une situation comparable, selon une étude hollandaise.

    Et ce n’ est que par la division de la Belgique, que les partis francophones ont un tel pouvoir et un tel budget. Et comme le PS domine ces 40% de la population belge, il tient le pays tout entier en hôtage.

    Dutroux – le perverti isolé sans clients -, le meurtre d’ André Cools, les tueurs fous d Brabant wallon, les ballets roses, ventes d’ armes illégales, … C’ est toujours le PS, qui est impliqué. Les « Flamands sont des moutons, qui en ont marre …

    Une Belgique unie est la solution pour l’ harmonie et l’ équilibre démocratique. Mais, comme d’ habitude on est trop bête pour suivre mes conseils ;).

    • Un wallon

      Non, les flamands ne font pas de saloperies. Ils sont tout roses.

      Aux flamingants que Brel conchiait déjà:

      Vous oubliez rapidement comment l’essor industriel de vos champs de sable a pu être possible.
      Quand vous avez pompé les richesses de la Wallonie toute puissante pour développer les infrastructures au Nord, ça vous a pas gêné les transferts d’argent.
      Ensuite vous avez placé vos politicards par la force du nombre et bilinguisme partout, dans toutes les instances dirigeantes. Ils ont continué à développer la flandre avec les sous de la sidérurgie wallonne notamment et ont laissé la Wallonie sans investissement.
      Maintenant la roue à tourné et vous venez jouer les offusqués car de l’argent va maintenant du Nord vers le Sud.

      Mais cassez vous et isolez vous. Gardez votre poignon mais ce sera sans Bruxelles et ses 90% de francophones. On a pas envie de vivre avec des extrémistes nationalistes qui nous crachent dessus. Barrez vous et vite. Dès 2014 si possible.
      Et n’oubliez pas que vous violer les lois internationales sur la protection des minorités. Vous devenez donc un parti dangereux pour la liberté en Europe, il faudra en tirer les conséquences qui s’imposent.

      En contre partie, je propose moi une fermeture totale des frontières entre la Wallonie et la Flandre. Un appui des français à leurs frères wallons et des autres états européens pour l’instauration d’un boycott visant à condamner les états nationalistes et racistes comme cela a été fait en Autriche sous Haider.
      Je propose un arrêt d’alimentation en eau potable wallonne vers la Flandre, un fermeture totale des axes ferrés et routiers qui passent par la Walonnie, un arrêt total du commerce avec la Flandre par décret wallon (Wallon premier client), etc….

      Puisque que vous voulez reniez ce que le wallon vous a apporté et voulez prendre votre envol tout seuls comme des grands en chiant sur votre voisin… alors je propose que le voisin vous en fasse baver un maximum. Et à ce jeu, vous êtes très mal placés. Hormis les sous issus de l’industrie actuelle, vous n’avez rien. Terre arables limitées, pollution des sols faramineuses, coincés entre la mer et l’ennemi, pas de ressources énergétiques hormis l’éolien offshore, première victime en cas de montée des eaux qui demanderont des sommes astronomiques, …

      Alors en 2014, donnez 51% à la NVa et au Belaang.
      Et arrêtez de nous les casser Messieurs les flamingants.

      • Zoé

        « Vous » versus « Nous » = les parfaits ingrédients pour entretenir ces apparents conflits communautaires …

        M. « Un wallon », qu’un lecteur des moutons enragés puisse tenir de tels propos m’enrage davantage !

    • Chègoku Chègoku

      Pôvre petit flamouch.

      A vous lire on comprends déjà l’étape suivante.

      La Flandre une fois libérée de l’infâme et dégueulasse fainéant wallon se scindera elle même entre le Limbourg, le brabant, les autres boeren et la grande Anvers mère des mères, la sublime, fief du gros porc amaigri.

      • Zoé

        Je vais me répéter :

        « Vous » versus « Nous » = les parfaits ingrédients pour entretenir ces apparents conflits communautaires …

        M. ou Mme. « Chègoku », qu’un(e) lecteur (lectrice) des moutons enragés puisse tenir de tels propos m’enrage davantage !

  • Eric

    La NVA n’est pas du tout d’extrême-droite, que du contraire. C’est l’équivalent de l’UMP : ils tiennent un discours très à droite pour siphonner les voix de l’extrême-droite (vlaams belang) mais dans les faits ils sont aux ordres du patronat flamand ultralibéral, sont pro-européens et voient d’un bon oeil l’arrivé de la main d’oeuvre immigrée bon marché.

    • J!

      Certe pas officielement déclaré extrême-droite, toutefois la NVA n’a pas siphonner que les voix du vlaams belang, mais aussi pas mal de ses représentants politiques.
      La NVA est quand même reconnue comme extrême-droite par les groupes européens de lutte contre le racisme.
      Si cela n’en a pas le nom, ça en a un peu la couleur et l’odeur…
      Et de fait, un de leur objectif est un modèle économique pro-libéral à l’anglo-saxone.
      A voir donc …