Standard and Poor’s baisse d’un cran la note de l’Afrique du Sud

Les escrocs des agences de notation américains font dans la récidive, mais en Afrique du sud cette fois en s’attaquant à l’Afrique du sud, pays dans lequel tout le monde est raciste, à par Ted peut-être… (petit jeu de mot pour détendre, dixit Deproges).  Et de l’autre côté, ils maintiennent une note magnifique pour leur pays qui lui à 400% d’endettement suivant les dernières estimations entendues…

JOHANNESBURG – L’agence de notation financière Standard and Poor’s a abaissé vendredi d’un cran la note de l’Afrique du Sud en raison des grèves du secteur minier et plus généralement des tensions sociales peu compatibles avec la discipline budgétaire.

Emboîtant le pas à l’agence Moody’s qui avait abaissé la note de l’Afrique du Sud le 27 septembre, Standard and Poor’s a fait évoluer la sienne de BBB+ à BBB.

De notre point de vue, les grèves dans le secteur minier en Afrique du Sud vont probablement alimenter le débat politique à l’approche des élections de 2014, a expliqué l’agence de notation qui redoute que cela n’augmente les incertitudes sur l’avenir de ce secteur.

L’agence fait indirectement allusion au débat sur une possible nationalisation des mines, réclamée par certains au sein de l’ANC au pouvoir mais strictement rejetée par le gouvernement et la direction actuelle du parti.

Standard and Poor’s prévoit aussi que les tensions sociales existantes en Afrique du Sud augmentent la pression du gouvernement sur les dépenses budgétaires, dans un contexte de croissance ralentie qui ne devrait pas dépasser les 2,5% en 2012.

Le gouvernement sud-africain a contesté cette analyse: notre jeune démocratie a en effet connu de nombreuses campagnes au sein du parti au pouvoir ou pour le gouvernement. Aucune n’a eu d’impact sur la politique publique ou budgétaire tel que suggéré par S&P, a déclaré le Trésor sud-africain.

Ce communiqué a été diffusé alors que le président Jacob Zuma recevait les partenaires sociaux à Pretoria pour une réunion, inédite depuis la crise minière, mais dont le communiqué final n’a réservé aucune surprise sinon l’annonce d’une nouvelle réunion conclusive mercredi.

Il a été convenu de ne pas dévier des règles de la négociation collective au profit de solutions de court terme qui ne rendent pas service sur la durée, selon la présidence qui insiste aussi sur le souhait des participants de voir l’Etat faire preuve de fermeté mettre un terme à l’anarchie et la violence.

De son côté, Standard and Poor’s estime que l’approche du congrès de l’ANC en décembre puis des élections en 2014 n’augure rien de bon en matière de dépenses publiques.

Selon elle, depuis la crise minière, il y a une probabilité plus élevée que l’ANC intronise davantage d’éléments populistes au sein de ses instances dirigeantes lors du congrès, à la fois pour conserver le soutien des syndicats et battre en brèche l’impression d’une perte de légitimité des institutions politiques et sociales sud-africaines.

A court terme, les recettes fiscales ne devraient pas être substantiellement affectées par le manque à gagner subi par l’industrie minière, estime Standard and Poor’s, et la récente présentation budgétaire de mi-année n’indique pas de dérive budgétaire majeure.

Il n’empêche, nous pensons que les promesses de rigueur budgétaire pourraient être mis en cause à Mangaung (le congrès de l’ANC de décembre, ndlr) tandis que les efforts de rigueur budgétaire pourraient aussi être minés par une pression croissante sur les dépenses durant l’année précédant les élections.

L’Afrique du Sud est touchée depuis août par une vague de grèves sauvages qui a démarré de façon sanglante dans une mine de platine à Marikana, où les mineurs se sont rebellés contre leur syndicat national et ont obtenu de fortes augmentations.

La grève se poursuit dans plusieurs mines d’or et chez le numéro un mondial du platine, Amplats, où elle a fait au moins 4 morts, 9 selon le NUM, portant le bilan des troubles dans les mines sud-africaines à plus de 50 morts depuis août.

Source: Agence de presse via Romandie

2 commentaires

  • fotoulavé

    Ils commence à me friser ces nazes de standard & pourris. Qu’ils reste chez eux à noter leurs pets de vaches.
    Encore une belle bande de parasites.

    • Ikyro

      Salut,
      Comme faire de l’ingérence dans un pays riche en minerai dont les mines appartiennent, pour l’heure, aux anglo-saxons…
      s&p ferai bien de regarder ce qu’il se passe chez eux, il y a d’ailleurs un bon documentaire sur le site de Crottaz-Finance : Retour au Far West: la faillite de l’Etat américain.