Hollande réamorce le projet méditerranéen

François Hollande nous remet le couvert! En France, des salaires ne sont plus versés, le chômage explose, les tensions inter-communautaires deviennent par moment plus que palpables suivant les endroits, la situation est explosive, et il veut nous parler de faire venir encore du monde dont la France n’a pas les moyens de s’occuper? Surtout suivant des accords avec des pays « en voie de démocratisation », rien que la formule est pathétique puisqu’on se demande vraiment lesquels peuvent devenir des démocraties! Tunisie, Égypte, Libye, derrière les récents événement on trouve les USA qui ont mis en place les frères musulmans en échange du droit de puiser les ressources des pays, exemples: Quand Ben Ali est « tombé » la première chose ayant été faite fut de remplacer le directeur de la banque centrale tunisienne par un américano-tunisien, même chose pour la Libye, la première cible fut la banque centrale du pays! Quand au Maroc, ils ne reconnaissent pas le droit français pour les marocains installés en France, pour preuve l’histoire de l’appel à arrêter Rachida Dati, ex-ministre française pour la naissance de son enfant hors mariage, au niveau démocratie, on a vu mieux. Quelles que soient nos origines dans ce foutu pays qu’est la France, que nous soyons blancs, blacks, beurs, asiatiques ou autre, ne serait-il pas juste que l’on s’occupe de nous avant de s’occuper des autres? Le projet méditerranéen est une fumisterie qui verra augmenter les délocalisations entre autres mauvaises nouvelles…

François Hollande pendant son discours lors de la Conférence des ambassadeurs de France, à l'Élysée fin août.
François Hollande pendant son discours lors de la Conférence des ambassadeurs de France, à l’Élysée fin août. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

La rencontre, vendredi à Malte, de dix pays de l’UE et du Maghreb, est loin de l’ambitieux projet d’Union pour la Méditerranée.

Le dialogue euro-méditerranéen revient sur l’écran radar de la diplomatie française. François Hollande sera vendredi à La Valette pour un sommet rassemblant cinq pays du sud de l’Union européenne (France, Espagne, Italie, Malte, Portugal) et cinq du Maghreb (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie). Ce «format 5 + 5», comme l’appellent les diplomates, remonte aux années quatre-vingt et se concrétise par des rencontres informelles plus ou moins régulières entre ministres de l’Intérieur, de la Défense ou des Transports. Mais aucun sommet ne s’était tenu depuis 2003, aucun surtout depuis la chute du Tunisien Ben Ali et du Libyen Kadhafi. L’après-printemps arabe et ses incertitudes rendaient urgent pour les Européens de réamorcer le dialogue avec la rive sud de la Méditerranée. La diplomatie, comme la nature, a horreur du vide. Aux premières loges, les Maltais ont beaucoup poussé en ce sens. L’intention, selon l’Élysée, est donc de «dire l’engagement» des pays du Nord «de maintenir une coopération méditerranéenne ambitieuse», en dépit des difficultés économiques et de la crise de l’euro. Les dirigeants du Maghreb ont répondu présent (l’Algérie et le Maroc dépêcheront leur premier ministre), ce qui est jugé à Paris comme un signe encourageant.

On est loin du flamboyant projet d’Union pour la Méditerranée (UPM), lancé en 2008 avec 43 participants, cette «magnifique idée pour organiser notre rapport avec le Sud», comme larmoie Henri Guaino dans son dernier livre (La Nuit et le Jour, Plon). Un grand chantier triplement mis à mal par les divisions européennes, le conflit israélo-palestinien et les révolutions arabes. Certes, des appels à la «refondation» ont bien été lancés, en son temps par Alain Juppé. Mais l’UPM, elle-même censée redonner vie au «processus de Barcelone» défaillant, est désormais en état de mort clinique, même si ses structures demeurent. La France a cédé sa coprésidence à l’UE, ce qui augure mal d’une impulsion politique pourtant nécessaire.

Une «Méditerranée de projets»

François Hollande reprend à son tour ces efforts de Sisyphe pour tenter de construire une «Méditerranée de projets», comme il l’a annoncé fin août. Certains estimeront la démarche réaliste, d’autres la jugeront minimaliste. Sur cette dernière ligne, le «5 + 5», avec son approche sectorielle, paraît adapté. «Ces réunions permettent d’envisager des ripostes collectives et méditerranéennes dans tous les secteurs, y compris celui du contrôle de l’immigration et de l’éducation, fondamentale dans les pays arabes en voie de démocratisation», relève Daniel Rondeau, ex-ambassadeur à Malte (aujourd’hui à l’Unesco), fervent partisan de la concertation entre les deux rives de la Mare Nostrum. La France avancera ainsi l’idée d’un «Erasmus de la Méditerranée» et poussera en faveur du développement de projets dans les énergies renouvelables dont le solaire. La défense, la sécurité, la coopération culturelle seront aussi sur la table.

Le «Club des dix» permet aussi d’échapper au point de blocage israélien. Il laisse en revanche en suspens l’hypothèque de l’Égypte, naguère pilier de l’UPM avec Moubarak (la Jordanie lui a succédé à la coprésidence Sud) mais dont les intentions demeurent floues. À Paris, on compte également articuler le dialogue euro-méditerranéen avec la diplomatie économique dans une région où les nouveaux interlocuteurs ont brouillé la visibilité sur les marchés. «Nous n’en sommes pas à la construction d’un véritable ensemble euro-méditerranéen. Mais on a le droit (ou le devoir) de rêver», positive Daniel Rondeau.

Source: Le Figaro

8 commentaires

  • yael

    je te sent énervé Benji… lolll

    • Pas du tout, mais la connerie à ce niveau, cela me dépasse!!!
      Donc, si je comprend bien, les pouvoirs ont été mis en place par les USA au Maghreb, la France est le toutou des USA, donc qui décide exactement là?

      • yael

        c’était de l’humour… Tu as très bien résumé : La France est le toutou à sa mémère… je préfère en rire car tout ça est à pleurer… Bisous

  • vanvoght

    UMPS ? PARTIS UNIQUE . encore une preuve , s’il en faut encor .

  • domdom26

    d’accord avec toi BENJI nous sommes les MOUTONS DES AMERLOQUES de plus comme s’est FLAMBY au pouvoir et qu’il n’y connais que dalle il suit comme un brave toutou

  • Eric

    Les gens n ont toujours pas compris que le clivage gauche ou droite c edt pipeau! C est une piece de theatre sachant que 80% des lois sont votes au parlement europeen et supra nationale ! De plus le nouveau traite europeen va nous priver de notre souverainete budgetaire !!!

  • Grismine

    Mais regardez moi ce larbin, c’est vraiment pitoyable ! Cette chiffe molle ne représente désormais plus rien d’autre que des intérêts étrangers. La France… il s’en moque comme d’une guigne ! N’est-ce pas lui qui disait : « je ne suis pas aux services des français mais du monde », mais que voulait’il donc dire par là ? voulait’il dire qu’il serait au service du monde en omettant la France, était-ce des multinationales dont il parlait, de l’oligarchie dont il cire les pompes, ou encore de la Chine, de Tombouctou, de Pataouchnok… Mais qui donc se souciera alors de cette portion du monde qui s’appelle la France.

    Ah oui tout va bien braves gens ! elle a été confiée au bienveillant parlement européen, dont le président Martin Chulz, un commissaire européen non élu, déclarait solennellement voici quelques jours que, l’Europe était compatible avec l’islam, qu’il fallait faire venir plus de musulmans encore, il alla juqu’à parler de fusionner l’Europe à l’islam. Plus tard, quand un journaliste lui demanda s’il voulait le djihad en Europe et, qu’il du insister sur la question, a laquelle monsieur Chulz s’obstina à ne pas répondre, le journaliste fut éjecté manu militari par la garde du dictateur. Donc pas de soucis mes amis, la France n’est pas abandonnée, l’Europe comme une bonne mère s’en occupera, soyez en sur!

  • MouteMoute

    Sarko 2.0

    On les avait pourtant prévenu…