Tu nous aurais menti, Monsanto ?..

Dessin de Burki paru dans 24 Heures

Une étude menée à l’université de Caen sur un échantillon de 200 rats fait apparaître que la consommation de maïs génétiquement modifié NK603 de Monsanto provoque de graves effets sur la santé.

Dans une première réaction, la firme américaine persiste à affirme que la consommation d’aliments OGM « est aussi sûre que celle sans OGM ».

Source : cartoons.courrierinternational.com  

Article relayé par : jacques pour Sauve-la-Terre

Note de Jacques;

Nous devrions tous remercier Gilles-Eric Séralini et demander qu’il soit décoré de la Légion d’honneur. Idem pour Irène Frachon qui a alerté sur la toxicité du tristement célèbre Médiator.

Oui Mme Frachon, oui M. Séralini, nous sommes fiers de vous et grâce à vous, nous savons que le genre humain n’est pas mort, nous savons que la résistance aux prédateurs est bien vivante. Vous avez le courage, au risque de briser votre carrière et même de perdre la vie (n’ayons pas peur de le dire) d’agir dans l’intérêt général, au nom de l’Humain.

Nous savons la pression que les lobbies exercent sur nos élus pas très courageux pour les repousser (carrière personnelle oblige), la corruption, les conflits d’intérêts maintes fois dénoncés au sein même des agences françaises et européennes de la santé et de l’alimentation, les pions placés à tous les échelons de décision par les multinationales (l’enquête réalisée sur la Goldman Sachs est édifiante).

Nous savons donc que cette étude sera attaquée par les mis en cause et que tout sera fait pour mettre M. Séralini au ban de la société. Les enjeux financiers étant énormes, la bataille sera dure dans un contexte économique violent où seul l’argent compte.

L’enjeu de l’industrie agroalimentaire n’est pas de nourrir la planète mais de POSSEDER la nourriture, le Vivant, et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Il n’y a aucune limite dans la manipulation du vivant du moment qu’on peut le breveter et le vendre le plus cher possible. Les risques sanitaires sont passés sous silence, deviennent anecdotiques (c’est la faute à pas de chance).

Si rien de sérieux n’est engagé contre ces prédateurs, nous pouvons parier que d’ici quelques années, on nous vendra aussi la chaleur du soleil à la minute ou au forfait.

Par toutatis !

7 commentaires