Ces sociétés étrangères qui cassent les prix et tuent nos artisans

L’Europe et la mondialisation sont de bonnes choses pour nous, c’est ce qui nous a été répété et ressassé à longueur de temps par ces « chers élus », le constat est pourtant clair, suffit d’ouvrir les yeux et d’accepter la vérité…

Les responsables héraultais et régional de la Capeb, Francis Mezzone et Patrick Issaly : "Ce système nous pourrit la vie."
Les responsables héraultais et régional de la Capeb, Francis Mezzone et Patrick Issaly : « Ce système nous pourrit la vie. » (SAMUEL DUPLAIX)

Ils dénoncent la venue de sociétés “boîtes aux lettres” qui cassent les prix, avec une main-d’œuvre étrangère pas chère. Grosse menace sur les artisans du bâtiment.

Voilà le message qu’a fait passer hier à Montpellier la Capeb, leur organisation professionnelle. « Au rythme où c’est parti, nos entreprises risquent de disparaître, toutes, d’ici 2015 », ont martelé Patrick Issaly, le président régional de la Capeb, et Francis Mezzone, son président héraultais.

Les artisans du bâtiment dénoncent l’arrivée massive de sociétés qui cassent les prix et raflent tous les marchés, au nez et à la barbe d’entreprises artisanales locales. En apparence, ces nouveaux concurrents sont bien sous tous rapports, ont leur siège dans la région – au moins le temps de remporter le marché – « mais ce ne sont que des sociétés boîtes aux lettres« , assurent les deux présidents.

Les collectivités qui confient des marchés publics à ces sociétés n’y voient que du feu. « Elles sont représentées sur place par un chef d’entreprise, un ingénieur et un chef de chantier. Tous présentent très bien. Mais, une fois le marché décroché, elles font venir des salariés de pays comme la Lituanie, la Bulgarie ou la Roumanie.

De plus, quand le chantier est terminé, elles leur font payer les frais de transport, de nourriture, d’hébergement, une fois que ces salariés sont rentrés chez eux », expliquent les deux représentants professionnels. À l’arrivée, les ouvriers de ces sociétés boîtes aux lettres n’ont donc gagné que « 3 € à 5 € de l’heure ». Alors qu’un salarié coûte, dans une entreprise artisanale locale, près de 35 € de l’heure.

« Près de 8 000 emplois menacés dans la région » Patrick Issaly, Capeb

Sur le marché des particuliers, ce serait pire. Les clients sont directement démarchés, et même sur les parkings des grandes surfaces de bricolage. Les propositions qui leur sont faites sont alléchantes. Une fois qu’un chantier est accepté, les travaux sont réalisés, là aussi, avec une main-d’œuvre à bon marché, à l’abri des contrôles indésirables avec la porte cadenassée.

« Le temps que dure la procédure judiciaire pour pouvoir pénétrer dans le logement, le chantier est fini. Et ces sociétés recommencent ailleurs », enrage Francis Mezzone. La crise aidant, ces pratiques se répandent. « Ce système s’installe et nous pourrit la vie », ajoute-t-il. « A cause de lui, 7 000 à 8 000 emplois sont menacés dans la région« , estime Patrick Issaly.

L’artisanat du bâtiment regroupe 29 000 entreprises dans la région. Ce qui représente, au total, 55 000 actifs, ou plus de 150 000 familles et un chiffre d’affaires de près de 4 milliards d’euros. En clair, le poids de ces artisans est considérable dans le tissu économique régional.

Mais, aujourd’hui, ils sont inquiets. La Capeb, qui souhaite la mise en place de mesures protectionnistes, va saisir prochainement le préfet de région.

Source: midilibre.fr

26 commentaires

  • Jeannot

    « À l’arrivée, les ouvriers de ces sociétés boîtes aux lettres n’ont donc gagné que « 3 € à 5 € de l’heure ». Alors qu’un salarié coûte, dans une entreprise artisanale locale, près de 35 € de l’heure. »

    Voilà le genre de phrase qui me gonfle au plus haut point.
    On compare le revenu net du salarié (et même plus pluisque sont déduit nourriture, hébergement and co) avec le coût brut de l’employeur.

    Sur le fond je suis bien évidemment OK.

    • den

      Et par extension, pourquoi n’évoque t on que si peu ce que rapporte un salarié à son employeur? Il coûte, il coute…mais combien rapporte t-il?

  • EGO

    personnellement je nais rien vus de moins cher,tout est de plus en plus cher.
    alors ou est le problème???
    la terre peux tous nous nourrir.
    mais ne peux pas nourrir la gourmandise d’une seul personne.

  • Bouffon

    Ah ces Français toujours à ce plaindre…
    Ça veux toujours le beurre et l’argent du beurre.
    Mais on peut pas avoir un smic surévalué et de la croissance.
    Ni se plaindre d’avoir des problèmes avec les transfrontalier quand il doivent apprendre votre langue et son limité par des quota et que les autres pays n’en on pas…

  • ratgana

    Faut dire que il y a de la demande sur les prix bas toute l’année alors forcement il y a aussi de l’offre, c’est le marché…

    • den

      Avant de lancer un produit, il y a l’étude de marché. Donc, pas d’offre, pas de demande. L’inverse n’existe que dans l’illusion des consommateurs.

      • ratgana

        Là, excuse mais j’ai pas tout compris.

      • den

        « la demande sur les prix bas toute l’année alors forcement il y a aussi de l’offre, c’est le marché… »
        Oui, je suis d’accord. Cependant pour qu’il y est une demande, il faut une offre. Et cette offre est proposée en fonction d’une étude.Donc, s’il n’y a pas d’offre, il n’y a pas de demande. En gros, tu n’offres pas de ricard à une personne qui ne supporte pas l’anis.Comment sais tu qu’elle n’aime pas l’anis? Parceque tu le lui a proposé ( Etude de marché pour une éventuelle offre) et que l’on t a répondu ( demande) non merci. C’est bon? lol

  • den

    Et si le docteur vous dit qu’il faut manger de la merde pour être en bonne santé, l’écouteriez-vous?

  • Nevenoe Nevenoe

    Boufon porte bien son pseudo !

    SMIC surévalué ?
    C’est qu’il n’a jamais eu à vivre avec le SMIC.

    Surévalué par rapport à quoi ? à la Pologne ? à la Roumanie ? à l’Inde ? parce qu’on peut toujours trouver plus bas et dans cette logique là on tire tout le monde vers le bas tout ça pour que certains se fassent des marges de 40 %.

    Le responsable est l’UE qui rend légal l’utilisation d’intérimaires étrangers qui sont payés non pas au tarif SMIC français mais avec des conditions de leur pays d’origine.

    L’ue et plus largement l’ouverture des marchés n’a pas mis les entreprises en concurrence les une avec les autres plus qu’auparavant.
    Maintenant ce sont les salariés qui sont en concurrence entre au niveau européen et même mondial.

  • jimoke

    De toute façon à Montpellier, il n’y à plus beaucoup de place pour bétonner.

  • lionel

    ben voila….ils ont eu ce qu ils voulaient, deja qu on pouvait pas blairer les arabes, les juifs, les roms, les chinois, les amerlocs, c est le tour des polonais, des lituaniens, des bulgares et je sais quoi d autre. Restez tous chez vous et detestez la terre entiere….vous vous trompez de cible et jouez exactement le jeu qui a ete ecrit pour vous.
    C est sur que c est facile d aboyer sur ces pauvres ouvriers, qui bossent malgré tout, mais vous pourrez continuer d aboyer, c est pas pret de s arreter.

    • Nevenoe Nevenoe

      Qui déteste tous ces gens ?

      • lionel

        je travaille dans le batiment, et je sens de la part de beaucoup d ouvriers, une animosité grandissante envers ces gars venant des pays de l est, et c est vrai qu on en rencontre beaucoup. et c est a tous ces artisans qui s acharne ou meme denonce la main d oeuvre polonaise que je m adresse. parceque sur un chantier, c est un fait, c est eux qui prennent alors qu il n y sont pour rien.

      • Nevenoe Nevenoe

        C’est surtout à ceux qui ont mis en place l’UE qu’il faut s’en prendre.
        Il ne faut plus voter pour l’UMP, le PS, l’UDF, les Verts etc …

        Ensuite il est logique qu’il u=y ai des tensions.

        Comme je l’ai dit plus haut ce sont les peuples qui sont mis en concurrence les auns avec les autres.

    • MouteMoute

      en même tps si on inverse le truc (ce qui va arriver logiquement à cette allure…) je ne pense pas que le travailleur polonais ait le moindre scrupule à détester un français qui viendrait lui piquer son boulot, déjà que l’agriculture polonaise est minée par la main d’œuvre roumaine et bulgare… chacun sa croix.

      l’Europe est une grosse bouse infiltrée par l’ultra libéralisme depuis ses débuts, donc pour ce qui est de la justice sociale on l’aura toujours dans l’os. Dans l’idéal on aurait du niveler par le haut avec une tva unique, un régime social unique, un smic unique etc… mais surtout pas il vaut mieux diviser pour régner ! Et les puissants sont toujours plus riches cqfd.

  • cécé

    Ici à Albi il y a un très grand chantier lancé par la mairie qui va durer 2 ans. Et pour l’instant pour le gros oeuvre c’est toute une équipe d’espagnols qui travaillent. Etonnant… En même temps, on a « pitié » d’eux, vue la situation économique de leur pays.