Le mythe économique comme réalité illusoire

« L’humanité se situe en dehors de l’économie politique, l’inhumanité au dedans. » Karl Marx,
Œuvres.

Le capital est malade de trop d’argent. Le vol d’une partie de la force de travail s’est
tellement accumulé dans le capital, au cours du temps, que la production mondiale de
marchandises, plus les services qui s’y attachent, ne représentent plus que 3 % des richesses
du monde. Il n’y a jamais eu dans l’histoire du monde, autant de richesses accumulées par un
aussi petit nombre d’individus, que depuis l’invention spectaculaire de la crise. La
réalisation sans fin de dettes crée de la monnaie et produit une richesse illimitée libérée
des contraintes inhérentes à la production de marchandises. Cet enchaînement effréné de dettes
cumulées est devenu pour quelques-uns, le seul moyen de rafler très rapidement des fortunes
gigantesques sur le dos de populations conditionnées dans l’obsession permanente d’une crise
inévitable, devenue fatalité.

Contrairement aux idées reçues de l’économie-spectacle certains faits vérifiables peuvent
permettre de remettre en question tout le système. Les dépenses de l’État français ont baissé
depuis vingt ans, cependant deux fois moins que la baisse des recettes. Les cadeaux fiscaux
effectués par l’État depuis l’an 2000 représentent un manque à gagner de plus de 100 milliards
d’euros par an. Plus de 600 milliards d’avoirs, bien planqués dans des paradis fiscaux,
manquent à l’État français. Si la banque centrale européenne (BCE) avait accepté de prêter
directement aux pays de la zone euro comme elle le fait pour les banques, c’est-à-dire au taux
de 1 %, comme cela se passe aux États-Unis, il n’y aurait plus de dette de l’État français
aujourd’hui. Et s’il n’y avait plus de cadeaux fiscaux, plus de paradis fiscaux, si l’on
fonctionnait comme dans les années 60, l’État pourrait plus que doubler ses dépenses, sans
aucune dette… Si l’on discerne comment on a pu en arriver là, on peut alors comprendre ce
qui se passe aujourd’hui.

La crise, dont les cycles se sont accélérés jusqu’à devenir permanente, n’est plus une
exception temporaire du capitalisme, mais bien son fonctionnement routinier. Le processus
d’appauvrissement sans limites des populations, l’institutionnalisation du racket des États,
sont devenus le moteur d’un système qui s’emballe en pillant tout ce qu’il trouve, son
économie, son futur, pour sauver l’expansion des gains des truands milliardaires, dans un
instant sans devenir.
La croyance en la crise est de l’ordre de la foi en la divine économie. Penser la crise avec
les yeux de l’économie politique, c’est non seulement l’accepter, mais se soumettre
aveuglément à ce système d’exploitation et s’y résigner religieusement.

L’économie est une escroquerie.

La dette augmente irréversiblement, quand les recettes disparaissent. Depuis le début de la
crise, les paradis fiscaux, remis temporairement en question et déjà oubliés, se réorganisent
et se développent rapidement. Plus de 26 000 milliards de dollars d’actifs financiers de
particuliers, seraient dissimulés dans les paradis fiscaux, par des montages complexes entre
trusts, financiers et sociétés offshore. Le secret bancaire suisse ayant été réduit, le
« Trust discrétionnaire et irrévocable » est devenu le principal instrument de l’évasion
fiscale en pleine expansion.

Le lobby de la finance, le plus puissant des lobbys, achète les politiques en payant leurs
campagnes. Les politiques servent le capital et l’État gère le système d’exploitation en
place.
L’Article 123 du Traité de Lisbonne oblige les États européens à emprunter, non plus à la
Banque de France ou à la BCE sans intérêts, mais sur les marchés financiers avec des taux
importants. Actuellement, l’État ne rembourse que les intérêts.
En 2008 nous avons payé en France plus de 55 milliards aux prêteurs, pour les seuls intérêts
et pour une seule année, c’est plus que la totalité des impôts sur le revenu. C’est ce qu’on
appelle « la charge de la dette ». L’État a payé plus de 1300 milliards d’euros d’intérêts
entre 1980 et 2008. C’est la rançon à payer aux financiers pour avoir le droit d’exister. Si
l’on avait emprunté à la Banque de France sans intérêts, comme on le faisait jusqu’aux années
70 (droit de création monétaire), on aurait déjà remboursé la dette.
La création monétaire est aujourd’hui aux mains de banques et de financiers privés qui exigent
des intérêts. En créant de la monnaie, on imprime de la nouvelle dette. La dette consiste en
un capital assorti d’intérêts dus. C’est davantage de dettes qui sortent des banques et des
transactions financières. Cet argent, qui n’est plus le fruit d’un travail, est créé
électroniquement sur l’écran d’un ordinateur à partir de dettes.

Avec l’acceptation de la « Règle d’or » et du Mécanisme Européen de Stabilité les politiciens
au pouvoir ont remis la maîtrise de leur budget aux mains de technocrates européens, larbins
des milliardaires. L’État se dissout dans une Europe en décomposition.

Contrairement aux apparences du spectacle de l’économie, les États les plus endettés au monde
ne sont pas la Grèce et l’Espagne, mais d’abord les États-Unis, puis le Royaume-Uni et le
Japon, pourtant tous bien notés.
Les attaques de fonds spéculatifs américains sur les dettes des États européens provoquent une
augmentation des taux d’intérêt. La valeur d’un CDS qui parie sur la dette d’un État, augmente
avec la probabilité de défaut de paiement du pays. Ce sont des transactions privées qui ne
sont ni enregistrées ni recensées ni contrôlées. Les trafics financiers abondent. Même les
banques françaises, qu’on a renflouées, spéculent sur le risque de faillite de la France.

L’austérité, payée par les populations, est égale à la différence entre le prix de départ des
obligations d’État et leur prix à l’arrivée, après la chute que les financiers ont eux-mêmes
provoquée. Cette différence, payée par la population, est empochée par les spéculateurs
milliardaires.

Dans le système de la dette, la solvabilité d’un État se définit comme la capacité à générer
une croissance positive soutenue, qui doit excéder les obligations vis-à-vis des créanciers,
afin de couvrir le capital, plus les intérêts, plus la création de richesse. L’État est
condamné à soutenir ce rythme de croissance effrénée, sinon le déclin abyssal, budgétaire et
fiscal, le guette. Il ne peut y échapper qu’en s’endettant encore plus. Imprimer de la
nouvelle dette pour soutenir à bout de bras la dette existante a pour conséquence de
s’enfoncer dans le cercle infernal des dettes sans fin.

La spéculation explose à l’ombre spectacle.

Il y a d’abord les Hedges funds, des fonds alternatifs qui se composent d’actions, de matières
premières, de dettes, d’immobilier et de produits dérivés. Ils ont des rendements illimités
quand ils se regroupent afin de mieux manipuler le marché avec un fort effet de levier. Ces
fonds spéculatifs qui représentent près de 2 000 milliards de dollars, sont à 80 % en dollars,
et n’attaquent jamais les États-Unis, car les trois quarts d’entre eux sont américains ou
britanniques.

Les produits dérivés parient toujours sur la chute. Ces fonds spéculatifs jouent gros et les
investisseurs suivent comme des moutons apeurés. Les agences de notation ne font que suivre
les indications du marché opaque des CDS, régi dans l’ombre par quelques escrocs
milliardaires. Avec l’austérité, les populations payent les gains que les spéculateurs
empochent. La complexité du système permet de maintenir le secret sur la plus gigantesque
escroquerie de l’Histoire, grâce à la supercherie de la crise. Le concept de crise est un
leurre médiatique qui cache une stratégie spéculative de grande ampleur qui doit rester
secrète.

Pendant la crise financière de 2008, les dérivés OTC (Over the counter ou de gré à gré) ont
propagé le séisme financier. Un dérivé OTC est une sorte d’assurance, un contrat conclu entre
deux parties et dont la valeur est dérivée d’un actif sous-jacent, tel qu’un taux d’intérêt,
une devise, une action… La vocation première de ces contrats est de se protéger contre les
risques (taux d’intérêt, de change, de crédit…). Ces contrats ne sont pas standardisés et ne
sont donc pas négociés sur des marchés organisés et échappent aux régulateurs. Ces fonds
spéculatifs propagent un risque général sur l’ensemble du système en cas de panique.

D’un marché de gré à gré (OTC), une partie du marché des CDS est en passe de s’organiser et
d’être règlementé. Les dérivés standardisés seraient désormais régulés par des autorités de
contrôle, sur des marchés organisés dans des chambres de compensation.
Le Marché des dérivés de crédit non standardisés, est un marché qui semble rester non organisé
(OTC), dominé par un nombre restreint d’acteurs, et qui continuerait à se traiter sans
chambres de compensation. Les dérivés OTC sont traités et négociés directement entre deux
parties. L’utilisation de plateformes électroniques est rare pour ces instruments, davantage
traités à la voix. Le fait qu’une transaction ne soit pas confirmée par écrit n’a pas
d’incidence sur sa validité. L’enregistrement des conversations téléphoniques peut servir
d’éléments prouvant l’existence d’une transaction. Ce contexte, qui le met hors de contrôle, a
permis au marché des dérivés OTC de connaitre une croissance exponentielle ces dix dernières
années, en multipliant par six leur volume.

Pour les produits complexes appelés aussi « titrisation », ils répartissent et étalent un
risque diversifié par mixage et éparpillement. L’information sur ces titres est très chère et
réservée aux market makers (teneurs de marché). Aucune information utilisable n’est disponible
sur les volumes traités, ni sur les paramètres essentiels de valorisation. De fait, ni les
utilisateurs finaux, ni leurs auditeurs, ni les régulateurs ne peuvent, à de rares exceptions,
disposer du cadre nécessaire et suffisant pour suivre les valeurs et les risques sur les
produits OTC complexes. La crise financière a été aggravée par l’incompréhension des experts,
des modes pratiques de fonctionnement des marchés complexes qui s’effectuent en dehors des
marchés organisés.
On peut compter environ 800 000 milliards de dollars de produits dérivés en circulation
aujourd’hui, soit plus de 13 fois l’économie mondiale (PIB mondial à 60 000 milliards de
dollars).

En 2010, le volume du marché des changes (Forex) est situé aux environs de 4000 milliards de
dollars par jour (BRI), quasi uniquement en transactions de gré à gré, dont près de la moitié
au Royaume-Uni et aux États-Unis. La grande majorité des transactions de change de devises
sont spéculatives et ne durent pas plus de 7 jours. Il est impossible de connaître précisément
les volumes traités sur ce marché.

Quelques gros fonds spéculatifs attaquent stratégiquement un pays et les petits investisseurs
suivent comme des moutons. Les agences de notations s’alignent sur les cours des CDS, leurs
notes sont directement dictées par ce marché de truands et de voleurs, dans l’opacité et le
secret.
La complexité volontaire des transactions financières entretient la confusion et permet de
maintenir dans le secret ses escroqueries planétaires. On ne voit jamais ce qui est hors champ
de l’objectif du spectacle. Les grands financiers ont maintenant la maîtrise et le contrôle de
la presse et de l’information. Le spectacle économique est leur idéologie qu’ils imposent au
monde entier.
La régulation du système financier n’est qu’un leurre. La puissantissime haute finance
s’adaptera et ne sera jamais contrôlée. Ces quelques spéculateurs ont chacun des revenus
annuels supérieurs au milliard de dollars. Cette nouvelle aristocratie financière domine le
monde et maîtrise l’information spectacle dont elle est propriétaire.
Mais « les gens de la haute » pourraient bientôt chuter de haut. Il s’agit maintenant de
sécher le cours d’un temps révolu.

Les paris sont ouverts, la guerre aussi.

Un petit groupe de spéculateurs a volontairement coulé la Grèce afin de faire effondrer
l’Europe par effet de dominos. Leur but est de pourrir l’euro pour sauver le dollar. Les
agences de notations, qui sont des instruments aux mains des spéculateurs américains,
n’attaquent que la dette européenne.
L’euro a été attaqué pour l’empêcher de devenir la monnaie de référence dans le monde à la
place du dollar. La guerre économique a été déclarée contre l’Europe pour sauver la suprématie
américaine.

Pour parfaire l’attaque sur les États européens, les spéculateurs lancent un raid sur les
banques européennes tout en interdisant à leurs propres banques d’aider les banques en Europe.
La crise de l’euro permet aux Américains de maintenir leur taux d’intérêt à 2 %. Leur
solvabilité dépend de l’aggravation de la crise en zone euro. La crise européenne ne pourra
que s’aggraver, et c’est cela qui va soutenir le marché financier américain, car les
investisseurs n’ont pas d’autre choix.
La sauvegarde des États-Unis dépend de l’échec de l’Europe. Leurs coûts de financement
dépendent de l’aggravation de la crise en zone euro. La plus grande bulle spéculative se
trouve actuellement dans les bons du Trésor américain.

D’un coté, plus de 3000 Milliards de dollars spéculent contre l’Europe, mais de l’autre les
investissements des Banques centrales et fonds souverains des pays émergents (Chine, japon,
Russie…), se montent à près de 6000 milliards de dollars.

La guerre mondiale actuelle oppose les États-Unis et l’Europe. Deux blocs qui, dans le
contexte de la montée en puissance de la Chine, se retrouvent dans un combat fatal pour
trancher lequel sera le représentant de l’Occident dans le futur. Les États-Unis ont la
puissance financière mais un dollar qui ne vaut plus grand-chose. C’est une guerre contre les
paradis fiscaux d’Europe qui ont cédé la place aux paradis fiscaux anglo-saxons, une guerre
monétaire contre l’euro qui a bien failli voler en éclats, une guerre spéculative généralisée
contre la dette des États européens qui a fortement déstabilisé l’Europe. Le gagnant aurait
fatalement dû être les États-Unis. La seule donne incontrôlable fut le soutien important et
régulier apporté par la Chine à l’euro et aux obligations de la zone. Sinon, l’Europe aurait
été enterrée en 2010. La banque centrale chinoise achète massivement de l’euro ce qui, pour le
moment, empêche sa chute.
La solvabilité des États-Unis ne repose, aujourd’hui, que sur l’échec de l’Europe. Cette
guerre a apporté de colossaux bénéfices à Washington. Les taux américains, c’est-à-dire le
coût de financement du gouvernement, n’ont jamais été aussi bon marché, malgré l’explosion du
risque lié à l’endettement excessif du pays. Et ce, grâce au report massif des investisseurs
paniqués par la situation en Europe.

Cette guerre ne date pas d’aujourd’hui. Il y a quarante ans des conflits entre groupes
d’intérêts divergents, le Bilderberg et la Trilatérale, présageaient du pire qui est déjà
arrivé. Peu importe qui va l’emporter, car, dans ce système, c’est toujours le peuple qui en
paye les frais.
Ce système dégueulasse, construit sur la compétition permanente et la guerre généralisée, est
le pire des systèmes : gagner coûte que coûte, écraser la concurrence, éliminer l’adversaire,
exploiter à outrance tant qu’on le peut, tout rafler avant que d’autres ne le fassent,
abandonner tous les pouvoirs aux accapareurs de richesses des mafias affairistes, piller le
monde en intoxiquant toute forme de vie…

Trop de dollars tuent le rêve américain

L’empire américain a beaucoup trop créé de monnaie en faisant marcher la planche à billets.
Trop d’argent tue le capital en dépréciant sa propre valeur. La dette des États-Unis est
estimée à 14 000 milliards de dollars, mais son déficit fiscal basé sur ses engagements futurs
dépasserait 200 000 milliards de dollars. C’est le pays le plus endetté du monde, qui paye sa
dette en créant de la monnaie, en imprimant des billets, en comblant ses dettes avec des
dettes et encore des dettes, en pillant un futur qui n’est plus crédible.

Le dollar a perdu 97 % de sa valeur depuis 1913, date de création de la FED. La fin des
pétrodollars arrive, la demande de dollars, parce qu’il est surévalué, commence à s’effondrer.
Les matières premières augmentent parce que le dollar, monnaie de référence, dévalue. La dette
américaine ne sera jamais remboursée. La confiance et l’armée la plus puissante du monde, qui
maintiennent la valeur du dollar, s’effritent et l’illusion se dissipe.

La crise de la dette américaine risque d’avoir lieu bientôt, la chute violente de l’économie
américaine prochainement, et l’effondrement du dollar d’ici quelques années. Si l’on calculait
selon les méthodes utilisées dans les années 80, l’inflation américaine s’élèverait à plus de
10 %, et le nombre de chômeurs a plus de 20 %. Les chiffres sont manipulés, truqués,
falsifiés… Le dollar n’est plus qu’une illusion, une monnaie de singe, de la poudre aux
yeux. La croyance aveugle en l’Amérique s’effrite déjà. Le dollar est le début d’une gangrène
mondiale qui pourrait commencer par un crack obligataire. La bulle de la réserve fédérale
(FED), Banque Centrale privée des États-Unis, éclatera probablement bientôt, suite aux
liquidités excessives qu’elle émet pour compenser sa dette. La plus grande bulle spéculative
est sur le point d’exploser. L’effet « dominos » ou « boule de neige », le risque global est
toujours sous-estimé par les économistes, car c’est là que se situe l’angle mort du spectacle,
incapable d’envisager sa perte.

Face à la faillite américaine et la fin du monopole du dollar, le monde se diversifie pour
devenir multimonétaire. L’économie réelle réagit aux attaques spéculatives américaines qui la
menacent.
En juin 2012, le Japon et la Chine ont cessé de commercer en Dollar entre eux, la Russie et
l’Arabie Saoudite sont en train de suivre le mouvement.

Dans la panique, la ruée vers l’or est lancée.

La Grèce risque de se faire confisquer tout son or par les banques européennes insolvables, et
de manière tout à fait légale. La Grèce possède 111 tonnes de réserves d’or. Combien de tonnes
seront effectivement pillées par les banques ? Le Portugal, l’Italie, l’Irlande, la Grèce et
l’Espagne possèdent, à eux cinq, 3234 tonnes d’or, qui représentent 183 milliards de dollars.
Il est fort probable qu’ils subissent tous le même sort.

Israël se prépare à attaquer l’Iran… Les États-Unis ne pourront certainement pas l’empêcher.
L’Inde et la Chine qui s’opposent à des sanctions contre l’Iran, achètent 40 % du pétrole
iranien. L’Inde serait le premier acheteur de brut iranien à accepter de régler ses achats en
or plutôt qu’en dollars. La Chine s’apprêterait à faire de même.
La Chine est en train de prendre le contrôle du marché de l’or. De loin le premier producteur
mondial d’or, elle produit 350 tonnes par an. La Chine pompe tout l’or qu’elle peut sur les
marchés internationaux. Tous ces achats d’or se font dans le plus grand secret. Elle rafle
l’or jusque dans les sous-sols des autres…
La Chine détient des centaines de milliards de dollars, qui ont déjà perdu la moitié de leurs
valeurs en onze ans. L’or peut servir à neutraliser ces pertes… Elle met en place un méga
hedge (couverture) contre la chute inévitable du dollar. La Chine pourrait bien avoir
l’intention de faire du yuan la monnaie de référence de demain, garantie par de l’or physique.

« La catastrophe que l’on nous dit d’attendre est déjà advenue ».
Guy Debord, Lettre à Annie Le Brun, 1992.

Quand tous les détails confirment un fonctionnement d’ensemble, l’imbécile expert n’y voit
qu’une succession de détails bien séparés. Le spectacle est l’unité fictive, perdue et
oubliée, de ce monde fragmenté, où s’accumulent les séparations.

L’économie ne pourra pas nous sauver de la dégradation mortifère de nos conditions
d’existence. Elle a déjà fait la preuve de son ignominie. Son fonctionnement même est son
essence barbare, la réalisation magnifiée de sa supercherie antisociale et inhumaine.
En cette période de confusion généralisée, personne ne trouvera la sortie à cette situation
sans solution, sans un renversement de perspective. La recherche du remède économique miracle
renforce ce blocage infernal. Les solutions idéales n’ont toujours réalisé que le pire,
qu’elles n’ont jamais pu prédire.

Il n’est pas possible d’appréhender les contradictions croissantes d’un système avec le point
de vue de son idéologie dominante, qui prétend fallacieusement, en tant que seul système
cohérent possible, n’avoir aucune contradiction. On ne voit jamais ce qui est hors champ, ce
qui sort du cadrage de l’objectif du spectacle, mais il suffit de l’inventer en changeant de
perspective pour effectuer un recadrage qui peut entraîner une compréhension complètement
différente de la situation.

Aucune règle n’est absolument définitive et l’on peut toujours se jouer des règles que l’on
croit immuables. Seuls les révolutionnaires de la vie sachant métacommuniquer sur le système
peuvent comprendre son fonctionnement global dans son contexte et toutes ses interactions.
S’inclure dans ses observations comme être vivant dans sa situation particulière, permet de
devenir le sujet agissant de sa vie occupant son propre monde.
En s’inventant des pratiques utopiques réalisables, des incroyances fonctionnelles, utilisant
les situations dans un renversement de perspective, nous pourrons libérer l’instant vécu des
calculs rentables et de l’oppression marchande, pour construire ensemble, sans idéaux
préconçus, les germes d’un monde nouveau, dont on n’arrive pas encore à imaginer l’ampleur de
ses possibilités.

Lukas Stella. septembre 2012

* « L’invention de la crise, escroquerie sur un futur en perdition »
de Lukas Stella, aux Éditions L’Harmattan, 2012.
http://inventin.lautre.net/linvecris.html

 Merci à Lukas Stella pour cette proposition d’article.

 

3 commentaires

  • Yano

    Excellent, cet article.

  • vanvoght

    si tous le monde pouvait lire cet article ont aurais peut etre enfin une grande revolution .
    mais tout ce passe comme  » ILS  » ont prevus , et meme les peuples etranglées comme les greques ne pensent meme pas a se lever et crier STOP .
    je vous le dis les amis l’humanitée court a sa perte ;

  • joshuadu34

    C’est toujours un bonheur de lire Lukas. C’est avec plaisir que je l’ai vu intervenir en com’ sur d’autres sujets et on a maintenant le droit à un article complet. Je conseille à ceux qui apprécient ce texte de lire, toujours de Lukas Stella, « L’invention de la crise », chez L’harmattan. Une citation rapide : « La crise n’est pas un concept mais un leurre. C’est l’aboutissement du pillage d’un monde dénaturé par quelques mafieux affairistes, l’achèvement d’un capitalisme triomphaliste. »

    Il est, de même, toujours utile de se ballader sur ses pages : http://inventin.lautre.net/

    J’en profite, puisque nous nous croisons de temps en temps sur le net, pour le saluer chaleureusement !