Accueil » complots et théories » Dutroux, Outreaux: la rentrée sera chaude pour les pédophiles et leurs amis…

Dutroux, Outreaux: la rentrée sera chaude pour les pédophiles et leurs amis…

La pédophilie est réellement une des choses contre lesquelles il faut se battre, que la vérité éclate, quelle qu’elle soit! Le blog a multiplié les articles sur le sujet, choquant parfois, mais si quelque chose doit être dénoncé dans le domaine, autant y aller à fond! L’article est assez long, mais intéressant, et si vous souhaitez en savoir plus car nous n’en savons jamais assez, n’hésitez pas à aller au bout, surtout pour visionner la vidéo à voir absolument!!!

Nos voisins belges sont très énervés. La libération de Michèle Martin fait jaser dans les chaumières, et on dirait que le populo, celui qu’on a fait taire avec l’aide des médias, de Child Focus, de la menace, ce peuple est en train de réagir. Etant à moitié Belge, je me permets de le dire : il en faut beaucoup pour énerver ce peuple très pacifique, pas comme en France.

Cette fois c’est chez nous qu’on est en léthargie, et c’est en Belgique que ça bouge.

On va commencer par aborder quelques unes des dernières évolutions de cette fameuse « affaire DUTROUX », qui date d’il y a 17 ans maintenant mais a laissé des plaies à vif. Infos telles que le lieu où Julie et Mélissa auraient été tuées, ou encore la présence probable de Nihoul à ce moment… Ensuite, nous allons voir où en est l’affaire Outreau, autre sombre affaire, française, dans laquelle on a 12 enfants reconnus victimes, et … deux couples coupables !

Ecœurés par la libération de Michèle MARTIN et par la chape de plomb qui a été posée sur l’ensemble du dossier Dutroux et des dossiers connexes, quelques citoyens ont décidé d’éplucher tout ce dossier d’instruction, qui avait été mis de côté dans une banque Suisse par quelqu’un qui s’est dit qu’un jour, tout cela devrait bien ressortir. Nous y voilà.


Ces gens ont donc analysé les 500.000 pages du dossier, et ils ont trouvé matière à informer. A tel point que c’est carrément une maison d’édition qui est en train de se mettre en place : les éditions du Kinderberg, du nom de l’endroit où a eu lieu la réunion destinée à étudier le dossier, au Luxembourg. D’après le site belge Cynergie : « En plus de la traduction de l’ouvrage en néerlandais de Marcel Vervloesem [de l'association Morkhoven], les manuscrits de plusieurs ouvrages qui concernent la protection institutionnelle de la pédophilie en Belgique, ainsi que les pratiques criminelles de certains réseaux de la franc-maçonnerie, de la noblesse, de la finance et même du satanisme, seront édités dans les mois qui suivent. Ces éditions seront financées par Cineyrgie ».

Ce groupe, qui s’est intitulé le « collectif NNSPMDF » (Collectif « nous ne sommes pas mortes de faim »), n’est pas le seul à avoir ce dossier en main : l’asbl flamande Morkhoven, qui avait déjà fait sortir l’affaire Zandvoort (voir vidéo en bas de l’article) ou celle du réseau pédophile Temse – Madère, est aussi en train de travailler dessus.

Sans être dans le secret des Dieux, il semble que le dossier révèle de nombreuses perles, et que celles-ci remettent totalement en cause la version officielle de l’affaire Dutroux, qui était déjà bien vacillante. C’est-à-dire la théorie d’un prédateur isolé mais en bande, qui kidnappe et viole des gamines même à distance, quand lui est

en taule et Julie et Mélissa dans la cave de sa maison de Marcinelle, gardées par Martin qui bien sur n’a rien vu et rien entendu.

Le problème avec cette affaire Dutroux, comme d’ailleurs avec l’affaire Outreau chez nous, c’est que si on veut admettre la vérité judiciaire comme étant la seule vérité, nous sommes obligés d’opérer une gymnastique intellectuelle digne des funambules les plus audacieux.

L’exercice est en effet très compliqué, et c’est logique puisqu’une grande partie de la vérité doit être cachée aux yeux de l’opinion publique.

Pour en revenir à l’affaire Dutroux, le secret vise à protéger beaucoup de monde : famille royale (mais c’est désormais une tradition en Belgique, semble-t-il, de dissimuler les frasques royales au bon peuple), politiciens fascistes et affairistes, quelques militaires d’extrême droite, des socialistes, des dignitaires religieux, bref tout un microcosme de magouilleurs fascisants. Quant à la pédocriminalité, ces réseaux pédophiles qui fournissent des gamins pour les partouzes de la haute société, elle serait un moyen plus qu’un but.

Rien de tel qu’une bonne vidéo d’un magistrat en train de se taper des gamins pour le faire taire, et pourquoi pas, lui faire rejoindre la nébuleuse affairiste et fascisante qui règne sur le pays.

Tous ne sont certes pas pédophiles dans l’âme, mais la perversité sexuelle, surtout avec les enfants, semble assurer à certains une belle carrière. Et on sait à quel point l’opportunisme règne, de nos jours.

Je reprends Patrick Vanden Berghe de Cineyrgie en italique, pour illustrer quelques découvertes dont parle le collectif du Kinderberg. Mes commentaires sont à côté.

« La question n’est plus aujourd’hui de savoir, ni même de prouver que Dutroux et Martin étaient des prédateurs isolés : ils étaient aux ordres d’un cartel mafieux, qui rassemble encore aujourd’hui toute une série de magistrats sous influence, d’hommes d’affaires douteux, d’intermédiaires pervers, de sicaires déterminés et de gendarmes corrompus.

En effet, on se souvient de Michel NIHOUL, ce type bedonnant aux cheveux blancs, qui a été cité dans le dossier Dutroux comme auteur d’enlèvements, avant d’être presque totalement blanchi. Un nombre incalculable de témoignages et de PV prouvent les connexions de NIHOUL avec le milieu politique (chrétiens bien à droite surtout), mais aussi un paquet de fascistes proches de la bande HAEMERS, ce braqueur opportunément suicidé en prison avant de tout balancer à son procès, ou encore un paquet de businessman plus ou moins véreux. De l’autre côté, NIHOUL avait ses entrées chez les trafiquants de voiture et de drogue, mais aussi avec les flics chargés de ces dossiers. On peut parler de « NIHOUL connexion » car il est un lien entre la main d’œuvre et les têtes du réseau.

Réseau qui, on l’a dit, n’a pas pour but de violer et tuer des enfants malgré un vague folklore satanique, mais vraisemblablement d’amasser des quantités d’argent pour des caisses noires qui vont on en sait où. Et pour pomper le fric à cette échelle, il faut énormément de corruption et de compromission, afin que certains collaborent, que d’autres se taisent, et pour que le peuple reste bien servile. Cette dernière condition est nécessaire. C’est pourquoi une bonne vague d’attentats sous faux drapeaux type tueries du Brabanttombent à pic pour faire peur aux citoyens et pousser la société toujours plus à droite, vers la répression, la militarisation, combinées à un ultralibéralisme triomphant qui, via l’Europe où échoue une partie de notre gratin, assure à ce petit monde un train tout confort. Et remplit des comptes bancaires on ne sait où.

Nous avons pu confirmer que René Michaux, le gendarme sourd qui parvint à déjouer les efforts du juge Connerotte, était l’un des piliers de ce réseau. Simon Poncelet, le jeune policier qui avait osé enquêter sur ses fréquentations, fut assassiné dans sa caserne blindée pour n’avoir pas imité Langlois.

René MICHAUX est ce gendarme qui avait effectué trois perquisitions dans la maison de Dutroux, sans jamais voir la cache où étaient censées rester Julie et Mélissa, et qui rate aussi Sabine et Laëtitia au même endroit huit mois plus tard. Il a commis quelques autres « bourdes » énormes, ce qui ne l’a pas empêché d’être promu par la suite. Lors d’une perquisition, en décembre 1995, il dit avoir entendu des chuchotements, de même que le serrurier également sur place. Mais MICHAUX semble être également extra lucide : il a prédit deux jours avant les aveux de DUTROUX et la découverte des corps, que les petites Julie et Mélissa étaient mortes. On s’aperçoit que MICHAUX, de la brigade de CHARLEROI, était lié au trafic de voitures de Dutroux et à pas mal de magouilles locales.

Extrait du livre de Marc TOUSSAINT,« Tous manipulés »:

Nous avons découvert que ce ne sont pas une trentaine, mais une petite quarantaine de témoins qui ont été liquidés par ce réseau, avec la bénédiction de certains gendarmes et magistrats que nous avons partiellement identifiés.

C’est une réalité : les témoins morts juste avant de livrer leurs témoignages se comptent par dizaines dans cette affaire. Du trafiquant de voitures de Charleroi à la membre d’une association flamande de défense des droits (Morkhoven, qui a aussi le dossier), en passant par un flic, fils de Procureur, des mafieux, une dentiste bruxelloise… la liste est très longue. De fait, les « suicides », accidents de la route et autres meurtres inopinés sur les parkings des Delhaize ont été fort commodes pour dissimuler certains faits. Le point commun de tous ces gens, c’est de savoir que l’affaire Dutroux telle qu’on nous l’a racontée n’était qu’une fable pour enfants.

Nous avons découvert que d’autres enfants, cachés par d’autres que Dutroux dans d’autres cachettes, ont été volontairement oubliés par les toges de plomb de Charleroi, de Neufchâteau, de Liège et de Dinant.

Là, c’est une bombe. Mais hélas, ce n’est pas étonnant. En France aussi il y a plein d’enfants maltraités dans plein de caves, par plein de pervers, isolés bien sûr. Cf. affaire Claude DUNANT dite « du pavillon d’APPOIGNY » et d’autres. Toutefois, le fait d’apprendre qu’on a délibérément laissés de côté par la justice à l’époque du scandale est presque hallucinant. Et pour un peu, on ne l’aurait probablement jamais su. Affaire à suivre, donc.

Nous avons découvert que la justice ne s’est pas intéressée aux enfants qui ont transité dans les cinq ou six autres caches du réseau, et nous croyons avoir repéré l’un de ceux-là.

En lisant les PV, on comprend qu’il y avait d’autres endroits dans lesquels des enfants étaient gardés. Mais c’est encore un scoop d’apprendre que le réseau dont faisait partie notre prédateur isolé faisait tourner les enfants dans « cinq ou six caches ».

Nous avons découvert que Nihoul n’est pas le coordinateur suprême des enlèvements, mais qu’il redoutait l’un ou l’autre personnage encore plus dangereux qu’un Dutroux qui ne servait, somme toute, que l’exécutant.

Nous avons découvert que les taches de sperme et de sang retrouvées dans la geôle des fillettes, ont été analysées et identifiées sans que le violeur ne soit inquiété.

A ce propos, il faut savoir qu’on a saucissonné l’affaire Dutroux, répartie dans plusieurs parquets : les enlèvements d’un côté, le trafic de voitures de l’autre, les protections et le réseau encore ailleurs, dans le « dossier bis ». Or, ledit « dossier bis » s’est résumé à analyser, officiellement du moins, 55 cheveux parmi les 8.000 retrouvésdans la cache et la maison de MARCINELLE. L’ « enquête » n’a évidemment rien donné. Cependant, on apprend que des traces de sperme ont été retrouvées là et analysée. Si elles appartenaient à DUTROUX ou son comparse Michel LELIEVRE, la justice se serait empressée de l’annoncer à tous les médias. Ce qui ne fut pas le cas. Qui est donc à l’origine de ces traces ? Il est également surprenant d’apprendre que l’individu n’a pas été interrogé à ce sujet.

Nous avons découvert, finalement, que toutes les institutions publiques de Charleroi sont gangrénées par une mafia qui terrorise les fonctionnaires, les gendarmes, les magistrats, les témoins et les acteurs de leurs crimes.

De fait, à Charleroi la mafia est très bien implantée. Certaines centrales syndicales sont vérolées, de même qu’une bonne partie des politiques locaux, et tous ceux qui pourraient aider la mafia. L’affaire Dutroux, enfin la vraie, montre les connivences entre trafiquants en tous genres, et certains flics et magistrats. Mais, les 500.000 pages révèlent probablement de croustillants détails dont on aurait oublié de nous faire part…

Nous avons découvert que de l’administration fiscale jusqu’aux syndicats, de la gendarmerie à la magistrature, bon nombre de responsables institutionnels ont été sucrés ou menacés pour transformer l’Etat de droit en pompe criminelle à fric ».

Nous y voilà : tout cela est un système destiné à pomper l’argent public par tous les moyens.

Et la cerise sur le gâteau, c’est qu’on apprend que certains membres du collectif en sont à se demander si Dutroux a bien commis les six enlèvements qu’on lui reproche. Il aurait même, a priori, évité la mort à certains enfants.

Dans un article précédent, Patrick Vanden Berghe évoquait un courrier de Me Magnée, l’avocat de DUTROUX, qui écrivait dans un courrier «que Nihoul n’est pas seulement complice, mais co-auteur des meurtres des fillettes », à savoir Julie et Mélissa, censées être mortes de faim dans la cave de DUTROUX à Marcinelle. L’auteur écrit ensuite que « les fillettes ont été tuées parce que des juges, des policiers et des politiciens auraient été poursuivis si elles avaient été retrouvées vivantes ».

Quant au lieu de la mort des petites Julie et Mélissa, il semble bien que ce ne soit pas la cache de Marcinelle dans laquelle elles auraient tenu une centaine de jours sans ravitaillement. Un politicien belge

toujours très en vue dont on taira le nom pour l’instant, mais qui ne va pas tarder à refaire la Une des journaux, a justement eu un accident de voiture juste à côté de ce lieu, à 2 kilomètres de chez Michèle Martin, le 18 décembre 1995, alors que les petites étaient censées être dans la cache. Le 13, justement, le gendarme Michaux est censé avoir entendu des voix dans le sous-sol de Marcinelle. Le lieu où les petites auraient été emmenées pour y être tuées, c’est ou château de la Roquette, à Valmont près de Merbes-le-Château, qui appartient à un certain Pierre FERBUS depuis 1976. D’après certains, il y aurait une grande croix en bois de 5 m de haut dans ce château. Et apparemment, c’est Jean Pierre Grafé, un ancien ministre dont moult personnes ont témoigné de ses penchants pédophiles, et qui était un ami de notre homme politique en vue, qui payait les réparations du château. Ledit château semble très difficile à vendre, et a récemment été occupé par des cultivateurs de cannabis. Il faut dire qu’il y a de la place.

témoignages sur Grafé: 27885517_Grafe_Combined

Vidéo sur l’affaire ZANDVOORT:

Source et article complet: dondevamos

10 réponses à Dutroux, Outreaux: la rentrée sera chaude pour les pédophiles et leurs amis…

  1. c’est marrant mais il n’est pas cité de journaliste dans cet article . pourtant ce n’est pas a eux de denoncer ce genre d’horreure ?
    les journalistes d’investigation , ça n’existe plus apparament .
    encore une fois la presse aux ordres est coupable et complice des monstres qui nous gouvernent .

  2. Bravo pour cet article ! Le plus monstrueux c’est qu’il ne s’agit pas uniquement de perversité criminelle à l’encontre d’enfants sans défense mais aussi de rites de compromission imposés à des personnes très haut placées que l’on peut ensuite faire chanter à volonté. Et puis, il y a l’aspect occulte des croyances de ces  » initiés  » qui se nomment eux-mêmes, entre autres, lucifériens. Ce sont ces gens-là qui prétendent gouverner le monde. C’est bien le Christ qui disait que tout ce qui est fait en cachette et honteux serait dévoilé ? C’est ce qu’il se passe en Belgique… A quand la France ?

  3. Nous vivons dans un monde satanique, un monde de menteurs manipulateurs au niveau de ceux qui ont pris le pouvoir.
    Pourquoi des lois sont promulguées ? si ce n’est que pour se protéger eux-mêmes….

  4. Merci les moutons ! info renvoyée sur les sites dts de l’enfant

  5. Bonjour Benji
    Serait il possible de contacter l’auteur de l’article en privé?
    Merci

  6. Je me permets de vous faire remarquer que les tueries du Brabant ont été perpétrées au début des années 80, plus de 15 ans avant « l’affaire Dutroux »;
    en fait, c’est « l’affaire des ballets roses » qui est apparue dans les années 80, on a vite fait de clamer qu’il s’agissait d’une rumeur infondée…Mais les tueries du Brabant ont ravivé les interrogations à ce sujet; les assassinats auraient permis de liquider des gêneurs…On a jamais élucidé l’affaire des ballets roses dénoncée par Pinon…

    A l’époque où elle n’était pas encore corrompue,c’est à dire avant l’affaire Dutroux, je parle en matière de protection des pédophile, la télé nationale RTBF,avait proposé un reportage sur le sujet des ballets roses …J’ai remarqué en recherchant le lien de ce « Devoir d’enquête » sur le site ,que le sinopsis décrivant le reportage mentionnait le député Laurent Louis et reflétait la nouvelle politique de dénigrement…Reportage remanié pour l’occasion? Etrange