Japon, lui reste-t-il peu de temps avant le coup de grâce ?

Info de passage.

http://www.teaser.fr/~mzirnheld/japon/icones/fronton.gifLe séisme de 2011 restera à jamais gravé dans les mémoires, sans parler des dommages humains et économiques qu’il a causés et du tsunami qu’il a généré, les vies enlevées et brisées, mais surtout l’épée de Damoclès qui plane toujours sur Fukushima. Il semblerait que le sort s’acharne sur le Pays du Soleil Levant.

Depuis mars 2011 les spécialistes nippons en géologie en tectonique etc. sont sur le qui-vive, une étude menée depuis le fameux séisme et plus particulièrement après celui de 6.4 qui le suivait de quatre jours et qui lui, a secoué l’intérieur des terres vient de corroborer leurs craintes.

La pression dans la chambre magmatique sous le Mont Fuji, est devenue supérieure de 16x celle couramment observée avant une éruption, soit une pression de 15,8kg/cm². La dernière éruption d’il y a 300 ans, est aussi survenue après un violent séisme. L’étude précise tout de même que seule une telle pression n’est pas nécessairement le déclencheur d’une éruption, mais la découverte récente de l’existence d’une faille sous le volcan n’a rassuré personne. En effet, l’évaluation de la tension actuelle sur cette faille augmente aussi et de façon exponentielle, le moindre séisme moyen pourrait enclencher un processus éruptif ou explosif, voire d’un effondrement, de partiel à complet du cône et s’en suivrait une éruption de longue durée pouvant s’étaler sur plusieurs années.

Cette nouvelle menace met singulièrement Tokyo en première ligne, des villes soumises aux caprices du monstre, pas nécessairement par une éruption mais bien par le risque d’explosion et/ou d’un séisme qui s’en suivrait, car plus de 70% de la ville est assis sur une zone de liquéfaction. D’un autre côté un déplacement brutal de la faille peut avoir des conséquences fâcheuses sur d’autres failles et tout particulièrement celle qui traverse le pays de part en part, allant de l’estuaire de la rivière Tennyu et sa vallée jusqu’à Nagano et se prolongeant au nord en deux failles, l’une vers Itoigawa et l’autre vers Nigata.

Enfin, la situation du Japon sur un prisme d’accrétion n’est pas non plus pour arranger les choses, car depuis mars 2011 plusieurs petites failles transversales se sont réactivées et de nouvelles sont apparues au large de la Baie de  Tokyo. Il faut dire que cette baie en forme d’entonnoir, subit de front les mouvements et la pression de la plaque Pacifique, ce qui la rend d’autant plus vulnérable.

32 commentaires