Les désastres naturels planent sur les négociations climat de Bangkok…

Les experts mondiaux du climat ont entamé jeudi une nouvelle série de négociations à Bangkok, alors que la multiplication des catastrophes naturelles et des vagues de chaleur rappelle la nécessité d’agir rapidement contre le réchauffement climatique. Les discussions, qui se tiennent jusqu’à 5 septembre, préparent une réunion ministérielle prévue à Doha, en novembre, sous l’égide de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Elles s’ouvrent «après le typhon meurtrier en Corée du sud et l’ouragan qui a frappé la Nouvelle-Orléans pour le septième anniversaire de Katrina, de puissants rappels de la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre» (GES), a déclaré Marlene Moses, de l’île de Nauru qui préside l’Alliance des petits Etats insulaires. «Les perspectives de développement, la viabilité et la survie sont dans la balance» pour ces Etats extrêmement vulnérables à la moindre montée des eaux, a-t-elle ajouté.

Certains experts estiment que l’objectif onusien de limiter la hausse des températures à deux degrés Celsius est déjà hors de portée. Ils affirment aussi que les plus violentes sécheresses, inondations et tempêtes concordent avec des modèles liant les perturbations du système climatique avec les émissions de GES. «Ce qu’on ne peut pas dire, c’est qu’un typhon particulier ou un ouragan est nécessairement provoqué par les changements climatiques», a expliqué jeudi Christiana Figueres, la secrétaire exécutive de la CCNUCC. Mais «la fréquence et l’intensité» de tels évènements «sont affectées par le changement climatique». L’annonce cette semaine d’une fonte record de la banquise de l’Arctique a corroboré, s’il en est encore besoin, que le changement climatique était bel et bien un phénomène en marche.

«Plus intense»

«C’est un indicateur très visible, palpable, du réchauffement climatique», qui doit «nous encourager à tout mettre en oeuvre pour stabiliser notre climat», soulignait mercredi Jean Jouzel, vice-président du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évoution du climat (GIEC), regrettant que ce ne soit pas «la route qu’on est en train de prendre». «La grande, grande majorité des scientifiques sont d’accord sur le fait que le changement climatique devient plus intense», a insisté Christiana Figueres à Bangkok, frappée il y a un an par les pires inondations depuis des décennies. Aucune avancée spectaculaire n’est attendue lors de cette réunion, qui rassemble des responsables de 190 pays.

Mais les délégués veulent progresser sur le projet élaboré en décembre dernier à Durban pour un accord global en 2020 qui rassemblerait tous les grands émetteurs de GES dans un même cadre légal. S’il est approuvé comme espéré en 2015, ce pacte deviendrait un outil essentiel de lutte contre le réchauffement. En attendant, les négociateurs doivent relever le défi de rouvrir une seconde période d’engagement pour le protocole de Kyoto (1997), à partir de janvier 2013. Le Protocole, signé en 1997 et entré en vigueur en 2005, est à ce jour le seul outil juridique contraignant limitant les émissions de gaz à effet de serre. Entré en vigueur en 2005, il impose des objectifs chiffrés de réduction des émissions aux 36 pays industrialisés qui l’ont ratifié et à l’Union européenne. Le Canada lui a porté un nouveau coup dur en décidant d’en sortir l’an dernier. Et en l’absence des Etats-Unis et des grands pays émergents dont la Chine, devenue le premier émetteur mondial de CO2, il ne couvre désormais que moins de 30% des émissions globales.

© 2012 AFP pour 20Minutes

12 commentaires

  • Natacha Natacha

    « Bangkok, une ville obèse sur un squelette d’enfant. »

  • gnafron

    avec tous ses problèmes, la maison « terre » va bientot devoir mettre la clé sous la porte…liquidation, tout va disparaitre!

  • frisquette

    canada , chine, états unis etc…..ils ne veulent faire aucun éffort pour éssayer de réguler notre planête ; en fait tout le monde veut garder son confort , méprisant les avertissements de dame nature ;alors ma foi , tant pis pour nous , pour la faune , pour la flore , pour les gens qui ne sont pas responsables de ce merdier , car de toute manière , cela va nous retomber dessus , et je me dis que le plus tôt sera le mieux ; comme dirait l’autre , disparition de l’humain , bon débarras ;

  • Nevenoe Nevenoe

    Je pense que l’arnaque du réchauffement climatique d’origine anthropique a vécu

  • EGO

    bla bla ils veules se justifier de toute la merde qui nous balance dessus depuis des années en pensant contrôler le climat (prétentieux).

  • gatsu

    pour avoir été en Thaïlande et donc à Bangkok pour le nouvel an chinois, j’ai été effaré de voir autant de pollution. J’ai fini par cette ville et je dois dire que ça a été le pire du voyage. J’ai fais donc 3 semaines en sa à dos, bourlingué un maximum, globalement très déçu par le pays, mais agréablement surpris pour la sécurité. Merci à la police touristique de veiller j’imagine… Enfin dès que ça sera le moment pour moi de pouvoir bouger, j’irais au Costa Rica. La France et les français me donne pas l’envie de rester, et je reste persuadé que l’émigration bien préparé reste un choix qui se tient. Nombre de famille se sont refaites grâce à ça.
    J’ai pour projet d’établir une vraie coopérative, pour le bien commun de tous, sur les mêmes principes que celles établies pendant la guerre d’Espagne en Andalousie. ça me semble être une bonne base pour résister. Ici, pour moi c’est trop tard, les gens sont trop déconnectés de la terre et donc des vrais valeur, ils vont permettre le pire. N’importe où ailleurs sur terre il y aura un problème quelconque mais du fait de leur « retard », je me sens en avance et sais déjà contre quoi je dois me battre!
    L’autonomie est un chemin pour la liberté que je compte continuer de suivre. Que vous appréciez l’idée ou non, la terre nous impose ses limites et aujourd’hui a besoin d’être respectée encore plus qu’autrefois. Car c’est celle ci par son abondance qui pourra nous nourrir et permettre notre liberté!

    • voltigeur voltigeur

      +++++++10++++ Bon courage et surtout bonne rencontre et réussite!
      Je pense que c’est toi qui est dans le vrai!! ♥♥♥

  • furet

    Vous oubliez de dire que la Thaïlande a officiellement annoncé qu’elle agissait sur le climat depuis des années : on voit le résultat.
    Chez nous nuit et jour des avions circulent en balançant leurs saloperies ( je vis en pleine campagne, loin de tout
    aéroport). Résultat : chaleur caniculaire ou orages de grêle,
    jardins déboussolés avec des tomates qui n’arrivent pas mûrir, arbres avec le feuilles brûlées etc…

    • fotoulavé fotoulavé

      Ici en basse normandie, trés peu d’hirondelles. L’année dernière ce sont pas centaines qu’elle venaient boire dans la piscine municipale. Et surtout je n’ai vue que quelque abeilles mellifica exténués, pas plus que les doights d’une main. En surveillant une touffe de lavande qui à fleurie tardivement j’ai observé 2 espèce d’abeilles solitaires et 2 de bourdons.
      C’est la misère !

  • alkorak

    Salut ! Un poil hors sujet ; mais pas trop.
    Je viens d’observer à l’instant (23h) en Picardie 3 ou 4 nuages verts qui se détachaient bien des nuages « classiques » (à la limite du fluo).
    C’est peut-être un effet dû à la luminosité de la lune sur un gaz quelconque… Rejet d’une usine ? Ou pire..
    Bref, cela vous parle ? Jamais vu ça.

    • rom

      Il y a quelques années, mon beau frère avait vu un nuage verdâtre et étrange, peu après il entend à la radio qu’il y avait eu un début d’incident dans une centrale de la vallée du rhône toute proche… Il a écouté la radio toute la matinée, en vain, mais plus rien, juste un nuage vert au petit matin et le silence de la désinformation par omission …

    • Bouffon

      Rayon vert…
      Les nuages vaporeux de haute altitude sont susceptible de refléter la diffraction du spectre lumineux.
      Comme un arc en ciel, sans l’arc…