Sparx : un jeu vidéo qui guérit les ados de la dépression

Certains sont contre les jeux vidéos quels qu’ils soient, un moyen d’isoler ou de désocialiser suivant les arguments avancés, peut être même d’endoctriner, de banaliser la violence, voire d’abrutir complètement. Soit, mais les jeux vidéos ne sont pas QUE négatifs et ont déjà été utilisés dans des thérapies, que cela soit par des psys pour apprendre à gérer le stress comme par des maisons de retraites pour la rééducations des personnes âgées avec la WII. En voici un nouveau qui permet de soigner la dépression chez les adolescents et les résultats seraient encourageants, à voir et à suivre…

L’avatar à l’effigie de l’ado doit découvrir le côté "clair" de sa force...
L’avatar à l’effigie de l’ado doit découvrir le côté « clair » de sa force… (D.R)

Des chercheurs de l’université néo-zélandaise d’Auckland ont mis au point un jeu vidéo dont la pratique peut aider à lutter contre la dépression chez les adolescents. Une initiative originale qui va à l’encontre des habituels a priori concernant la pratique des jeux en mondes virtuels.

Plutôt que d’encourager à détruire pour le plaisir, le jeu Sparx cherche à apprendre aux adolescents à faire face à la dépression, sur la base d’une méthode thérapeutique dite comportementale et cognitive (CBT). Ses concepteurs ont voulu créer un outil ludique et captivant pour des patients âgés de 13 à 17 ans et souvent réticents à demander conseil aux adultes.

« Près d’un quart des jeunes sont victimes de troubles dépressifs pendant leur adolescence mais moins de 20 % d’entre eux seulement sont traités », constatent Sally Mary et Karolina Stasiak, qui ont travaillé toutes deux sur le projet.

Au-delà du manque de traitements adaptés, c’est la difficulté à admettre la dépression qui a convaincu l’équipe de chercheurs de mettre le projet en place.

 

Le principe du jeu

Le jeu vidéo compte sept niveaux d’une quarantaine de minutes chacun (une durée similaire aux traditionnelles consultations avec un praticien). Chacun d’entre eux est adapté au traitement d’un des symptômes de la dépression.

Le joueur, via un avatar créé à son effigie, doit lutter contre des adversaires représentant ses pensées négatives ou apprendre des techniques de relaxation et découvrir les mécaniques de sa maladie.

Aidé par un guide, il évolue au sein des différents niveaux, qui lui apportent des clés pour mieux gérer la colère, résoudre les conflits ou apprendre à se détendre. Au fil des étapes, l’univers dans lequel il avance devient plus lumineux et moins menaçant.

Un outil complémentaire pour la guérison

168 adolescents qui avaient demandé de l’aide auprès de professionnels de santé ont été répartis en deux groupes, l’un traité avec Sparx et l’autre de manière plus classique en assistant à des entretiens avec un psychologue.

Au final, le premier groupe a obtenu un taux de guérison de 44 % contre 26 % pour le second. Pour le Pr Michel Reynaud, psychiatre à l’Hôpital Paul-Brousse à Villejuif, Sparx peut être envisagé comme un « outil complémentaire aux méthodes thérapeutiques déjà existantes ».

Source: midilibre.fr

15 commentaires

  • Nexus5200

    Battlefield ou Supreme commander FA sont aussi pas mal pour soigner la dépression ^^

    • idziro

      Clair on tape des crises tu gueules à en postillonné sur l’écran, puis quand tu as fini de jouer et bien tes zène :)

      • Nexus5200

        C’est vrai que c’est zénifiant !
        Hormis la donzelle qui, elle, te fait une crise et te tane pour que tu daigne bouger afin de t’alcoolisé (sournoise ^^)

        Les donzelles, facteur de dépression et de coup de gueule? Pour sûr :-D

      • Yuca965

        Ouais c’est « zen » de défoncé quelques gens au FPS, tu fais un bon score, tu dis que tu en as une plus grosse et ton égo est tranquille.

        Battlefield peut être très énervant quand tu tombes du mauvais côté d’une partie mal équilibré, et en plus il y plein penis qui veulent montrer à quel point ils sont plus gros que les autres.

        J’aime ce jeu pour la réactivité qu’il demande, pas pour montrer que je suis le plus fort ni pour les personnes qui y jouent.

      • Nexus5200

        Non, pas question de scoring ou de faire brouter le gazon à l’adversaire; si il y en a qui y voient le moyen de satisfaire leur égo en « tirant des groosss obus » sur leur voisin, grand bien leur fasse. Or l’essence du jeu a l’époque de bf 1942, c’était attaque-prise- défense de position avec des attaques un petit peu plus « concertées ».

        essaie SupCom (1 et 1.5, pas le 2 qui est une bouse sans nom) si c’est pas déja fait, il vaut le détour par son aspect stratégique ( tu rush , une chance sur deux d’y laisser ta peau ^^)

  • Nyatri

    Enfin un article qui explique aux français survivants du moyen-âge que jeu vidéo n’est pas synonyme de violence ni de jeune dépressif inculte vivant dans une cave avec un routeur sur la tête.

  • Tex

    Et si supprimait, tout simplement, ce qui rend les jeunes dépressifs???

  • Yfonchier

    Près d’un quart des jeunes sont victimes de troubles dépressifs pendant leur adolescence
    Qu’est-ce que c’est que ce chiffre ? J’ai beau chercher, selon les études c’est plutôt entre 3 et 20% de gens touchés par la dépression au cours de leur vie.
    On crée la demande non ?
    Ca me fait penser au lancement commercial du viagra en france qui en gros s’est déroulé ainsi :
    1ere semaine : on apprend que 4/10 français ont des érections toutes molles.
    2e semaine : on apprend que des petits malins ont trouvé le truc en achetant un produit appelé viagra, sur internet, mais que c’est un produit dangereux et qu’il n’est pas disponible en france et que c’est interdit mais que vous pouvez en trouver sur internet c’est facile.
    3e semaine : Ouf, le viagra est enfin légalisé en france, allez vite voir votre médecin puisque vous aussi bandez mou.

    Cette campagne s’est déroulée à travers les radios, TV, tous les soirs des articles aux infos de 20h.

  • Natacha Natacha

    J’ai du mal à croire !