Les Jeux Olympiques néolibéraux : Dernier avatar d’un Occident sur le déclin…

Que du tape à l’œil, du divertissement, pendant que tout se casse la figure…Cette phrase dans le texte résume tout (citation) Ils sont devenus un exemple de privatisation des profits et de nationalisation des pertes.

Pour célébrer l'événement des jeux olympiques de 2012 à Londres, la ville a décidé d'ériger un monument éternel. Aussi comique que cela puisse paraître, nos amis d'outre-manche le considèrent comme la nouvelle Tour Eiff

«L’important dans la vie, ce n’est point le triomphe, mais le combat, l’essentiel, ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu.» Baron Pierre de Coubertin

Ces paroles admirables seraient universelles et revendiquées en tant que telles si leur auteur –le « réinventeur » des jeux olympiques modernes- n’a pas une face sombre qui permet sérieusement de douter de son respect de la nature humaine. Nous y reviendrons.

Vendredi soir en effet, à 22 heures s’ouvraient dans un faste coûteux avec peu d’imagination les 30es Olympiades. Le cinéaste Danny Boyle mit en scène les deux siècles de révolution industrielle en Angleterre, nous eûmes droit aux mineurs, à la vie du temps de Dickens, aux hauts-fourneaux pour arriver à Mister Bean.

Pas un mot de « l’oeuvre positive de la colonisation » qui fut le moteur du développement en termes de ressources de débouchés et de main-d’oeuvre et surtout sur la situation de banqueroute du Royaume-Uni avec une dette de plus de 1000 milliards de dollars, du chômage et de l’Etat social qui commence à être démantelé.

La Grèce, qui a vu naître les Jeux, est en train de sombrer et comme l’écrit Vénizélos le ministre grec des Finances : «J’ai peur que certains ne pensent que la Grèce doit être sacrifiée comme Iphigénie pour qu’un vent favorable souffle de nouveau dans les voiles de la zone euro.»

Ariane Walter ajoute d’autres arguments : «Voilà une Europe exsangue, une planète sous la menace d’une irradiation atomique mortelle, il suffirait d’un autre tremblement de terre pour que la piscine du 4 de Fukushima s’effondre, un monde à la veille d’un conflit généralisé et sous nos yeux un divertissement comme si de rien n’était, comme si tout le monde s’aimait et se respectait ! Comme si l’argent coulait à flots, comme si les esprits étaient sereins ! Munich 2 ?» –1

Histoire des Jeux olympiques

La question du foulard cachant les cheveux

La marchandisation des Jeux

La politisation des jeux a toujours existé

Conclusion

Les JO modernes -une création à la gloire de l’homme blanc- à en croire Pierre de Coubertin sont le dernier avatar de l’empire décadent qui offre des jeux de cirque néolibéralisés. Ils sont devenus un exemple de privatisation des profits et de nationalisation des pertes. Bref, un excellent moyen de mettre l’argent public, dans des poches privées, de l’oligarchie financière et mondiale. Finie la glorieuse incertitude du sport amateur, finie l’éthique, fini l’exploit pour le panache. Au bout de la ligne, un gros paquet de dollars. Nous sommes loin de l’idéal des Jeux olympiques et de la devise «plus vite, plus haut, plus fort». Les JO sont à réinventer.

Lire l’article développé en entier

Auteur : Professeur Chems Eddine Chitour

Source : jacques.tourtaux.over-blog.com.

Article relayé par : kannie pour TerreSacrée

 

( note Volti ) Ca fait penser à un aspirateur à fric! tout en circonvolutions et laideur leur monument éternel!

 

 

 

6 commentaires