Un modèle de décroissance..

Nous l’avons tous compris, mais bien peu sont prêts à mettre un frein à leur boulimie frénétique de tout ce qui semble leur apporter « bien être et confort » (en est on sur?) sans parler de ce gaspillage de nourriture dans nos pays dits « riches », alors que des millions de gens meurent de faim et de soif…..Nous n’avons pas été sages, nous allons le payer d’une façon ou d’une autre. Donc, il vaudrait mieux choisir soi même, que d’y être contraint et forcé, et c’est ce qui risque d’arriver si on continue de fermer les yeux.

L’humanité est confrontée à un problème bien plus grave qu’une crise monétaire mondiale : celui d’une croissance infinie dans un monde aux ressources finies. Explosion de la démographie, problèmes d’espace, de famine, de migrations de masse liées aux changements environnementaux…

L’humanité ne peut plus suivre le même modèle de consommation à outrance. Allez dire ça aux pays émergents qui découvrent les joies du confort et de la consommation… Tout le monde veut sa part du gâteau et c’est légitime. La décroissance, il vaut mieux se préparer à la choisir que la subir.

Il y a urgence à ralentir !

Récemment, deux nouvelles ont retenu notre attention : celle d’une étude très sérieuse sur la fin de notre planète avant fin 2100 et le cours du maïs qui explose comme du pop-corn, à cause d’une sécheresse inédite aux Etats-Unis… et de leur manipulation. Triste horizon ! Et pourtant, la croissance va s’arrêter, c’est inéluctable.

L’avis de Charles Sannat, Directeur des études économiques d’AuCOFFRE.com :

« Dans un monde fini, il n’y a pas de croissance infinie possible, car le capital ne circule plus. La Chine est elle-même confrontée à ce problème avec une croissance en net ralentissement (inférieure à 8% au lieu d’une croissance à deux chiffres affichée depuis 2009).

La réalité est que l’on se retrouve dans une fin de cycle, après la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle, l’humanité se trouve dans une bulle démographique. Dans un monde fini, 8 milliards d’êtres humains ne peuvent pas vivre avec les standards occidentaux, ce qui va entraîner un changement brutal des paradigmes.

Cela annonce des millions de personnes « rationnées ». Les Etats-Unis, qui sont les plus dépensiers et habitués à vivre au-dessus de leurs moyens, vont avoir beaucoup de mal à faire machine arrière. Nous allons rentrer dans un capitalisme de la durabilité et de la rareté.

Le problème de la pyramide des âges et du nombre de séniors est un problème mondial qui concerne également la plupart des pays émergents, à commencer par la Chine ». La mise en parallèle de l’épuisement des ressources naturelles confine à des fondamentaux économiques désastreux.

La seule et même réponse trouvée jusqu’alors consiste à augmenter la masse monétaire des pays, ce qui conduit inéluctablement à la dévaluation des monnaies et à l’hyperinflation. Une solution qui relève de la politique de l’autruche et de la méthode Coué conjuguées.

Avec ces seules données démographiques, il paraît évident que la création de croissance est impossible. Dennis Meadows, auteur du livre « Les Limites à la croissance » (Editions Rue de l’Echiquier, coll. « Inital(e)s DD), explique très bien dans cette interview accordée au journal Le Monde pourquoi la croissance mondiale va s’arrêter. Les signes d’effondrements sont de plus en plus nombreux.

Ces pays qui coûtent cher…

Pour les Américains, qui ont largement goûté à leur part de gâteau, effectuer une marche arrière ne semble pas possible, du moins pas sans coercition. Les Etats-Unis sont quand même le pays le plus dépensier au monde et leur frénésie de croissance et de développement nécessite beaucoup de liquidités. Des liquidités en dollars fortement dévaluées et dont la surproduction à loisir enraye le système monétaire mondial actuellement.

Pour citer un autre exemple de surconsommation du pays, le bilan de l’obésité aux Etats-Unis publié en février 2012. Outre des résultats alarmants, ils sont symboliques : « Le surpoids et l’obésité font parties des principaux enjeux de santé publique aux Etats-Unis. En 1997, on dénombrait déjà 19,4% de la population en surpoids ou obèse. En 2010, ce sont 36,7% des adultes et 17% des enfants de 2 à 19 ans qui sont en situation de surpoids ou obèses. C’est près d’un tiers de la population adulte qui est obèse aujourd’hui. »

Il n’y a pas que les espaces qui sont géants aux Etats-Unis, les portions de nourriture aussi. Mais vous, seriez-vous prêt à troquer votre habituel steak haché de 150 grammes contre une demie portion enfant ?

Les Etats-Unis sont un problème, on peut le voir comme ça. Rappelons que le gouvernement Bush avait refusé de ratifier le protocole de Kyoto visant à réduire l’émission de gaz à effets de serre en 2005… Mais ce ne sont pas les seuls. Pour des pays comme l’Inde et la Chine, dont la croissance (même si elle tend à décélérer) reste élevée, la réduction des gaz à effets de serre -synonyme de coûts élevés et de ralentissement de la productivité- n’est pas une priorité.

La décroissance, un modèle économique plus durable…

Face aux problèmes conjugués du vieillissement de la population, de la raréfaction des ressources et de l’effondrement monétaire qui va s’ensuivre, on ne peut agir dans un premier temps qu’au niveau individuel et particulier. Ne comptez pas sur le temps de réaction des gouvernements ! Il sera trop tard pour prendre des mesures quand l’économie mondiale se sera effondrée.

Auteur : Datapresse

Source : www.espacedatapresse.com

Article relayé par : kannie pour Sauve-la-Terre

10 commentaires

  • frisquette

    j’ai regardé une émission hier sur l’état des océans dans le monde ; c’est une catastrophe ; les océans sont en train de mourrir via notre pollution et une fois que ceux ci seront vraiment morts , nous irons à notre propre perte ; je pense qu’il faut que tout s’écroule pour que l’homme comprenne ; à partir de là , peut être méttra t’il son intélligence au service de dame nature et du bien être de tout ceux qui vivent sur notre terre , homme et bête ;

    • Lilith Lilith

      l’homme n’a jamais été meilleur que quand il est au bord du gouffre, malheureusement pour le moment il est dans le déni complet.
      Hier je regardais une emmision sur les croisière l’empreinte écologique de ses geant des mers est tous simplement abérante avant d’accoste ils rejettent les eau usé dans la mer pour les bateaux récent elles est traité mais polue encore beaucoup quand vieux bateau vous imaginé l’impacte sur l’environement les eaux usées rejetées dans la mer avec du chlore et des produits javelisant.

  • Harry Cover

    http://en.wikipedia.org/wiki/Cornucopian

    80% des légumes sont jetés à la poubelle – il suffit de regarder le retour des assiettes au restaurant – les Français consomment 95 kg de viande par an tendance croissante – plus poissons et autres bestioles – ne vous inquiétez pas, on trouvera bien une autre planète à quelques années-lumière d’ici. En attendant des psychopathes continueront à gratter la terre pour faire de l’argent et les gens laissent faire, on sera tantôt tous immortels.
    Amen

  • silex

    C’est surtout la boulimie des psychopathes banksters, industriels, chercheurs-inventeurs pseudo-scientifiques cinglés narcissiques, surproducteurs, publicistes qu’il faut stopper. Le recul de notre civilisation va maintenant jusqu’à la Venus de Willendorf. ça a donc déjà été fait. Des obèses pareils, on en trouve partout où les américains et leurs valets sont passé y compris en Asie et dans les pays de l’Est. Les gens sont incités à consommer par des poisons comme sucre, sels, alcools, hormones de croissance pour animaux, paraben, drogues dans la nourriture et finissent par passer leur temps à bouffer. On mange du vide puisque la bouffe industrialisée n’a plus rien à voir avec l’alimentation naturelle.

  • Encore une histoire de GROS ..A.aa
    Pardon pour les obèses mais je voulais dire gros sous, grods bénéfices. Grosses manoeuvres, gros placements, gros intérêts, grosses bouffes.. il semble que tout ce qui est Gros est bénéfique, comme gargantuesque, ça me va comme un Gant , bizarre la lettre G est source de bien, de Garantie, c’est Grisant tout ça, ça Galvanise les gens ou on se Goinffre bien chez toi, chez les extraterrestres vous avez les Gris puis les Goaolds, je continue de me Gargariser de G ça fait Grandement Goulu. Vous avez le G7 ou le G20, puis la Guerre, les Guignols pour faire Gentil, combien de Garçons vony Grandir sur cette terre Gangrénée par les maigres oups par la merde car il semble que M soit Minable Mauvais,…
    bon j’arrête de Galérer avec lez lettres, j’oubliais j’ai besoin de Gommer, de Guerrir….ouf…

  • Encore un G.
    Gardons bien nos moutons….gr.gr.gr.

  • Frane

    Salut à tous

    Regardez ça c’est édifiant et ça donne envie de taper !
    http://www.youtube.com/watch?v=2ILdPzqpcDU

  • Lilith Lilith

    l’heure de l’addition a sonnée et elle va être salée

  • José Diaz

    Malheureusement, l’inertie des systèmes est grande et la planète généreuse. Elle nous offrira encore cahin-caha de quoi vivre correctement, et ce seront les suivants qui, quoi qu’ils fassent, seront contraints de payer l’addition sans avoir participé à l’orgie. Quant aux générations responsables de ce gâchis en auront profité jusqu’au bout et mourront dans leur lit. C’est ce que je trouve le plus révoltant. L’homme et la justice sont incompatibles!!!
    L’heure n’est plus à la négociation; il va falloir agir.