Se soigner avec les plantes, à ne pas oublier…

Pour ceux qui souhaitent se soigner avec les plantes plutôt qu’avec divers traitements médicamenteux, qui ont plus confiances aux plantes qu’au labos pharmaceutiques, il y a des listes auxquelles on ne pense pas forcément, et donc un petit rappel est toujours intéressant. Pour cela, nous pouvons remercier le site Wikipedia qui recèle quelques pages incontournables sur le sujet. Commençons par la liste des plantes médicinales en vente libre en France, histoire d’acheter avant que cela ne devienne impossible ou que ceux qui en ont les moyens puissent prévoir des plans ou des graines.

http://www.nordic-sorties.ch/Modules/NS-Site-General/WordHtm/2008-06-11-Plantes-medicinales-1_fichiers/image004.jpg

Plantes médicinales en vente libre depuis 2008

Cette liste a été publiée par le décret n°2008-841 du 22 août 2008, relatif à la vente au public des plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée2.
Cette liste donne plus d’informations sur les plantes médicinales. Outre les noms vernaculaires (en français), elle donne les noms scientifiques (en latin) et les synonymes, la famille, les parties utilisées et les formes de préparations : en l’état (E), sous forme de poudre (P) ou d’extrait aqueux (EA)

A

B

C

Source et page complète: Wikipedia

C’est donc bien qu’une telle page existe, mais elle est là juste à titre informatif puisqu’il est difficile de savoir qui fait quoi dans le domaine, une autre page s’impose donc, le classement de certaines plantes dites médicinales par indications thérapeutiques.

Anesthésiant

Antiseptique

Anti-inflammatoire en rhumatologie

Utilisables en tisane sans risque:

autres :

Astringent

Cœur et vaisseaux

Coupe-faim

Dermatologie

Digestion

Diarrhée :coing en gelée ou en pâte, purée de carotte (Daucus Carota) et riz (Oryza sativa) ou eau de riz

Constipation : jus de pamplemousse et d’orange à jeun, pruneaux et tous légumes verts.

  • séné (Senna alexandrina)
  • bourdaine (Frangula dodonei)
  • maté (Ilex paraguariensis) plante paraguayenne dont les feuilles servent à faire une infusion aux propriétés laxatives et diurétiques
  • laxatif de lest : ispaghul (Plantago ovata) et plantain (Plantago media)

Ballonnements ou météorisme, plantes dites carminatives

Cholagogues (facilitant l’évacuation de la bile) :

Cholérétiques (facilitant la production de la bile) : fumeterre officinale (Fumaria officinalis)

Diététiques

Surcharge pondérale

Diabète : cannelle, Olive (Cinnamomum verum),non sourcé, Stevia Rebaudiana.

Diurétique

Inflammations

Salix Alba Saule Blanc son nom a donne une partie du nom de l’aspiine  : acide acétylsalicylique Ulmaire ou Reine des prés : Spirea Ulmaria son nom a aussi donne une partie du nom de l’aspiine  : acide acétylsalicylique

Insomnie

Lactation

Plantes contenant des galactogènes : le fenouil (Foeniculum officinale) ainsi que l’anis (Pimpinella anisum) jouent un rôle important dans la production lactée d’une jeune maman car elles activent la prolactine, hormone responsable de la secrétion du lait.

Métabolisme

Œdème

Parasites

Poumons

Sédatif

Effet antidépresseur :

Sclérose

Vitamines

Vulnéraires

(cicatrisants)

  • Millepertuis
  • chou blanc (Brassica aleracea convar. capitana var. alba) – Feuilles fraîches
  • chou vert (Brassica oleacera) – Feuilles fraîches
  • grand plantain (plantago major) – Feuilles fraîches
  • plantain lancéolé (plantago lanceolata) – Feuilles fraîches

Yeux

Bibliographie

  • Les plantes médicinales, Professeur Loïc Girre, Ouest France 1979, ISBN 2-85882-168-2
  • Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, les guides du naturaliste, François Couplan et Eva Stinner, ISBN 2-603-00952-4
  • Nouvelle Flore, Gaston Bonnier et Georges de Layens, Éditions Bellin, ISBN 2-7011-1001-7
  • Mémoires d’un herboriste, Didier Lauterborn, Équinoxe, ISBN 2-84135-423-7
  • Mon herbier de santé, Maurice Mességué, Robert Laffont, ISBN 2-221-07564-1
  • Nos grand-mères savaient – « la vérité sur les plantes et la vie naturelle », Jean Palaiseul, Robert Laffont

Source: Wikipedia

N’oubliez pas des choses importantes, la première étant que le choix de se soigner de cette manière peut également comporter des risques, certaines plantes pouvant être toxiques utilisées de la mauvaise manière, ne vous lancez pas sans vous être informé préalablement. De plus, se soigner avec des plantes dites médicinales ne remplace pas la consultation d’un médecin ou l’utilisation de certains trtaitements.

J’en terminerai avec un ebook incontournable de part sa qualité et son importance sur internet pour ceux qui souhaitent sortir du système et retourner aux méthodes traditionnelles, plutôt complet, il abord entre autres sujet les plantes médicinales et est disponible en ligne ici, et également sous forme de fichier PDF sur ce lien.

45 commentaires

  • morphéus morphéus

    Les plantes médicinales et aromatiques, « les simples » comme les nommaient les anciens, sont la propriété de tous; pas de brevet, pas de fric à faire en masse… Mais pourtant beaucoup d’emplois de petits producteurs à la clé si la sécu voulait bien reconnaître leur efficacité et les rembourser au même titre que des produits chimiques bien souvent inefficaces et généralement dotés d’effets secondaires…

  • nux nux

    grand merci a toi Benji , ça tombe bien ,cela fessait dejas pas mal de temps que je voulais me pencher sur une liste de ce genre et hope 1 ti copier coller , tu ma fait gagner du temps l’ami merci a toi .

    encore un petit rappel tant qu’on y est

    http://institut-protection-sante-naturelle.eu/video/Petition1204/Petition1205.html

  • JP31

    Sacré Moutons Enragés,bien + que passionnés+++++,ça fait très zizir ces liens PDF,un Grand merci a vous.

  • MAHAMO

    merci Benji.
    indispensable :-)

  • Hamarfrid

    Comme je le dit souvent, les plantes ne coutent pas chère, sont efficaces, et puisque la médecine est un business, elle ne conviennent guère à l’industrie. Nous empoisonner, c’est plus rentable, car on reviendra indéfiniment chercher notre traitement.

  • jeti

    un autre lien util :

    http://artdevivresain.over-blog.com/

    et avoir dans sa pharmacie de l’huile d’Origan (entre autres), cela soigne plein de choses :

    http://artdevivresain.over-blog.com/article-36209892.html

  • Bouffon

    De tout façon à terme, elles reviendront sur le devant de la scène, on le vois avec les maladie résistant au médicament.

    Le substance épurée ou concentrée en laboratoire sont moins efficace que les substance naturelle car les différentes molécule qui les composent collaborent aussi à l’efficacité de l’agent actifs.

    • Bouffon

      Le maitre dans ce domaine reste Edgar Kaçe, il n’ont pas pu le condamnée pour exercice illégale de la médecine, car c’est en changeant l’alimentation qu’il guérissait les gens.

    • Frane

      oui et cela s’appelle la synergie des plantes. S’il est retenu une seule molécule d’une plante, le remède n’est pas équilibré.

      Tu parles du site wikipédia, Benji, mais il y a ausi wikiphyto http://www.wikiphyto.org/wiki/Accueil qui détaille très bien chaque plantes. En tout cas merci pour l’info et le pdf, ça m’en fait un de plus.

      Pour ma part, le médecin que je vois (très rarement) ne me sert qu’à diagnostiquer ce que je pourrais éventuellement avoir en matière de maladie et moi je m’occupe de ma guérison. Je n’achète que deux plantes : sauge salvia officinalis et poudre de prêle des champs equisetum arvens. Bien que pour l’equisetum je l’a trouve dans la nature mais j’ai pas le matos pour la réduire en poudre. Je me sers de cette dernière pour me brosser les dents pour éviter le déchaussement. Mais la prêle est un inhibiteur de la vit. B12 ! Attention d’en consommer en grande quantité donc ! Sinon, les plantes je les cueilles.

      Outre les recommandations dont Benji nous fait part, s’il faut savoir reconnaître les bonnes plantes médicinales, il faut aussi reconnaître les toxiques afin d’éviter les confusions. Depuis le temps que je suis dans les PM ( 15 ans, maintenant, je crois ), j’ai beaucoup appris et j’ai commencée avec un bouquin, dans la nature, à faire de la reconnaissance végétale, puis à m’en servir !

      Ah oui, une chose importante si vous cueillez : les fleurs et feuilles se ramassent au printemps. Les feuilles et fruits en été. Les rhizomes en automne. L’hiver, ben on consomme tout ce que l’on a récolté.

      Une confiture du tonnerre, coing et arbouse = m^me période.

      Bon je m’arrête là sinon je vais vous inonder !!!

      Bien à vous.

      • plasmanu

        la sauge est la depuis les romains et la prele y a partout(riche en scilice de memoire).
        ici s’est sec: inonde…. ;-)

      • fotoulavé fotoulavé

        Oui, prendre la petite prêle (equisetum arvens) ou queue de cheval. Il y a aussi la magnifique grande prêle mais pas indiqué pour une utilisation de soin.

      • Bouffon

        ça porte le même noms en herboristerie et en jardinage ?

      • Frane

        Oui. La prêle est considérée comme une adventice; le cauchemar des agriculteurs. Son rhizome peut aller jusqu’à 2m de profondeur et se multiplie. Sa particularité est de nécroser ses parties attaquées. Il y a bcp d’utilisation de la prêle : on peut laver la vaisselle, les ébénistes l’utilisent aussi; en bain de pieds ayant des plaies, ôte la mauvaise odeur dans les chaussures, jeunes poussent et en poudre dans les salades mais détruit la vit.B1 aussi (d’un site l’autre…. Un livre, Mystérieuse prêle de Bernard Bertrand si mes souvenirs sont bons ! Et ce que j’ai dis plus haut n’est pas exhaustif.

  • Danaï

    Pensez aussi aux plantes comestibles qui nous entourent. La nature en regorge. Elles pourraient nous être utiles un jour. Il suffit de les connaitre.

  • plasmanu

    La reine des prés. l’arnica…
    Tout ca demain c’est interdit. quand une boite privée brevete la molecule en question.
    On vie dans un monde qui se mort la queue. Et ca tourne, tourne,tourne…

  • Yfonchier

    Se soigner avec les plantes est très efficace, contrairement à la chimie qui traite plus les symptômes que les maladies.
    Cependant, un mauvais traitement est bien plus dangereux que la chimie puisque justement, c’est plus efficace.
    Ce type de soins nécessite donc des connaissances avancées et évidemment, ceux qui utilisent cette technologie n’ont bien souvent pas le droit de pratiquer.
    Il faut se soigner avec les plantes, mais restez prudent et évitez les charlatans.

  • hopix

    Merci Benji pour cet article toujours essentiel, et pour tous les commentaires avec le partage des liens.
    La nature donne, à nous tous de connaître et apprendre.

    Un peu en marge, pour ceux qui ne connaîtraient pas, un bel exemple de coopération avec la vie végétale :
    http://www.youtube.com/watch?v=vZXQtx8JRsA&list=PL54CDB690963B009D&index=1&feature=plpp_video

  • Tex

    Merci merci!!

    Un petit truc que j’ai expérimenté pas plus tard qu’il y a une semaine sur une piqûre de guêpe et de taon:
    Pour soulager toutes les piqûres d’insectes et de plantes, cueillir une feuille sur 5 plantes (herbes)différentes (certains disent 3!), les écraser ENSEMBLE directement sur la piqûre en en faisant sortir le jus… recommencer qd ça recommence à brûler ou à gonfler.
    Effet pratiquement instantané sur la douleur!

  • Kay

    Benji, merci. C’est plus précieux que de l’or !

  • azteck

    Il faut aussi faire attention aux endroits de récolte,éviter les bords de route de champs et tout les lieux succeptible d »être pollué.
    Deux liens pour les reconaitre:
    http://cabanedetellus.free.fr/index.htm
    http://les-mauvaises-herbes.forumactif.com/

  • domdom26

    UN GRAND MERCI A TOI BENJI

    MOI QUI SOUFFRE D’INSOMNIES JE SUIS ENTRAIN DE FAIRE LE TEST DEPUIS SEULEMENT 4 JOURS , MAIS POUR LE MOMENT RIEN IL FAUT ATTENDRE AU MOINS 15 JOURS A 3 SEMAINES MA DIT LA PHARMACIENNE

    DONC J’ATTEND

  • polo

    Nikel , merci de l’info.Ca doit faire une tite semaine que je me suis penché sur la question (homéopathie et phytothérapie )
    Ya plus qu’a trouver un bon Herboriste et c’est en parti dans la poche…