Blanchiment écologique…

C’est pas moi! c’est les autres….en attendant…

Colin Toogood

 

Un ancien DJ en croisade contre les sponsors des JO aux mains sales

Les Jeux olympiques ne ravissent pas tout le monde. Rue89 Sport réalise un feuilleton de cinq portraits. Cinq portraits d’hommes et de femmes mécontents. Aujourd’hui, Colin Toogood, militant écologiste et son combat contre Dow Chemical, sponsor pas très clean des JO.

(De Londres) Vu à Londres, près du site olympique : un immense panneau remerciant les sponsors des Jeux.

« Il n’y aurait pas de chair de poule, de souffles coupés, de coeurs battant la chamade, de larmes de joie, de records explosés, d’étreintes avec des étrangers, ni d’union de cette planète toute entière sans … »

Viennent ensuite les noms des bienfaiteurs : McDonalds. Coca-Cola. BP. Dow Chemical. Rio Tinto.

C’est contre Dow que Colin Toogood se bat depuis trois ans, au sein de son association Bhopal Medical Appeal (appel à l’aide médicale pour Bhopal). Cette petite association de trois salariés permanents gère les conséquences sanitaires de la plus grande catastrophe industrielle de l’histoire récente.

Dow : « On va pas se laisser terroriser »

Dans cette ville du nord de l’Inde, dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, l’usine d’Union Carbide explose. Quarante tonnes d’isocyanate de méthyle sont libérées.

Les habitants de la ville sont réveillés par l’odeur de ce poison qui brûle la gorge et les yeux. Selon des chiffres officiels, quelque 3 500 personnes meurent les premiers jours, de suffocation pour la majorité. Plus de 15 000 personnes sont décédées dans les deux semaines qui ont suivi la catastrophe et 800 000 ont été touchées d’une manière ou d’une autre.

Les habitants de Bhopal demandent à ce que leur ville soit définitivement nettoyée mais Dow Chemical, qui a racheté l’Union Carbide en 1999, refuse d’assumer les conséquences de cette catastrophe.

Le groupe estime que les 470 milions de dollars versés par l’Union Carbide en 1989 versés aux victimes du désastre sont « équitables ». Un responsable du groupe a même déclaré au site de la BBC :

« On ne va pas se laisser terroriser et prendre la responsabilité d’un problème qui n’est pas le nôtre. »

Des survivants de Bhopal...

(…)

Colin, Ex-DJ devenu militant convaincu, raconte :

« Il y a trois ans et demi, j’ai vu une annonce dans (le journal anglais) The Guardian pour rejoindre Bhopal Medical. J’ai répondu parce que ça me paraissait intéressant. […]

« Chaque jour, les habitants boivent un peu de leur poison »

Le job consiste à communiquer sur les actions de l’association. En préparant son entretien d’embauche, Colin découvre l’horreur et les conséquences de cette catastrophe. Il s’en souvenait vaguement, mais ne mesurait pas l’étendue des dégâts.

Aujourd’hui, ce combat que Colin ne soupçonnait pas d’exister le passionne :

« Les gens meurent toujours des effets du gaz. D’autres sont malades et le seront toujours. Ils ont besoin de soins. Bien sûr, vous pouvez dire que 27 ans plus tard, on y meurt d’autres choses.

Mais quand la cage thoracique de plusieurs habitants s’est très mal développée, il est difficile de nier les effets du gaz. Beaucoup d’enfants sont nés handicapés. L’eau est toujours contaminée, et chaque jour, les gens boivent un peu de poison. »

Dow dépense 100 millions d’euros pour les JO tous les 4 ans

Alors Dow sponsor d’une compétition qui exalte les corps sains, c’est un peu le pompon !
 

(…)

Pour lire la suite, cliquer ICI

Auteur : Renée Greusard

Source : www.rue89.com

Article relayé par : kannie pour TerreSacrée

7 commentaires