AREVA: -1000 emplois mais toujours beaucoup d’espoir…

1000 emplois en moins dans le monde pour AREVA! Encore des victimes du nucléaire…

Areva a supprimé environ un millier de postes à la fin juin, par rapport à un an plus tôt, dans le cadre de son plan d’économies décidé fin 2011, soit environ 2% de ses effectifs mondiaux, a annoncé vendredi le président du groupe nucléaire public Luc Oursel.

Conformément aux orientations du plan stratégique, le contrôle des effectifs au sein du groupe est maintenant beaucoup plus poussé, a déclaré M. Oursel lors d’une conférence téléphonique consacrée aux résultats semestriels du groupe.

Entre la fin du premier semestre 2011 et celle du premier semestre 2012, l’effectif global du groupe a été réduit de l’ordre de 1.000 personnes à peu près, soit environ 2%, a-t-il ajouté.

Selon une présentation diffusée par le groupe sur son site internet, les effectifs mondiaux d’Areva ont été ainsi ramenés à 47.206 personnes fin juin, contre 48.228 un an plus tôt.

M. Oursel a notamment rappelé que le groupe avait mis en oeuvre, dans le cadre de son plan stratégique, une rationalisation des effectifs industriels en Belgique et en Allemagne. Il prévoyait en effet la suppression de 1.200 à 1.500 postes outre-Rhin et la fermeture du site de combustible nucléaire de Dessel en Belgique (160 employés).

Le patron du groupe a également rappelé qu’Areva avait appliqué un gel des recrutements en France dans les fonctions support (c’est-à-dire les postes non industriels comme la finance ou les services administratifs), tout en réaffirmant son engagement à ne pas lancer de plan social dans l’Hexagone.

Ce gel des recrutements non industriels (dont la durée n’a pas été fixée) devrait, par le biais des départs naturels (évalués par le groupe entre 200 et 250 par an en moyenne), conduire de fait à une réduction des effectifs en France.

Source: Romandie

Cela ne les empêche pas d’espérer 10 nouveau EPR d’ici 2016, donc on continue allègrement dans le nucléaire malgré les dangers toujours croissants! De la folie pure, mais d’ici 2016, tant de choses risquent de bouger que finalement, les 16 EPR risquent d’être un peu moins nombreux, voire proches de zéro…

Areva espère toujours décrocher dix nouvelles commandes de réacteurs de troisième génération EPR d’ici 2016, comme il l’avait annoncé fin 2011, a déclaré vendredi le président du groupe nucléaire public Luc Oursel.

Areva continue à tabler sur des commandes pour dix EPR sur l’ensemble de la période, comme annoncé lors de la présentation de son plan stratégique en décembre dernier, a assuré M. Oursel lors d’une conférence téléphonique consacrée aux résultats semestriels du groupe.

Nous croyons en l’avenir du nucléaire et des renouvelables, a-t-il lancé lors de cette conférence, après avoir passé en revue les espoirs de commandes du groupe en matières de réacteurs.

La commande la plus proche qui devrait arriver est celle d’EDF pour la centrale d’Hinkley Point, au Royaume-Uni, a-t-il dit. Il a confirmé au passage que son groupe, en alliance avec des électriciens internationaux dont le chinois CGNPC, était candidat au rachat d’Horizon Nuclear Power, la coentreprise de projets nucléaires en Grande-Bretagne des énergéticiens allemands EON et RWE, dont ces derniers ont décidé de se séparer suite à l’abandon de l’atome en Allemagne.

De plus, Areva est déjà engagé dans des appels d’offres avec les électriciens finlandais FVO et tchèque CEZ, ainsi que dans des négociations actives en Inde pour deux réacteurs à Jaitapur, et se prépare au démarrage prochain d’appels d’offres en Pologne et en Afrique du Sud, ainsi qu’au redémarrage du programme d’autorisation de nouvelles centrales en Chine, et au lancement d’un programme nucléaire en Arabie saoudite, a-t-il détaillé.

Areva n’a vendu pour le moment que quatre réacteurs de type EPR dans le monde, les dernières commandes remontant à 2007. Il s’agit des réacteurs d’Olkiluoto 3 en Finlande, Flamanville 3 en France, et Taishan 1 et 2 en Chine. Le groupe nucléaire avait échoué fin 2009 à remporter un appel d’offres majeur pour quatre réacteurs à Abou Dhabi.

L’EPR est notamment en concurrence avec l’AP1000, un réacteur rival développé par l’américain Westinghouse (filiale du conglomérat japonais Toshiba).

Par ailleurs, Areva a également développé conjointement avec le japonais Mitsubishi Heavy Industry un réacteur de 3e génération de moyenne puissance, l’Atmea1, qui vient d’être préqualifié pour participer au prochain appel d’offres pour la construction d’une nouvelle centrale en Argentine, et est également en lice pour le futur programme nucléaire jordanien.

Source: Romandie

5 commentaires

  • kalliia

    D’un côté des licenciements et de l’autre la société AREVA se targue d’avoir dix nouvelles commandes, alors là il y a vraiment quelque chose qui cloche !

  • gatsu

    Non rien ne cloche, c’est parfaitement logique. C’est explicable, par la rentabilité. Scientifiquement et techniquement il est concevable de penser que l’homme pourrait ne pas avoir besoin de travailler ou presque. Les gens se battent pour leur travail, ils feraient mieux de s’occuper à ne plus avoir besoin de travailler. Ce qui à la limite en demande plus, du travail, mais quand on le fais pour soi ça devient libérateur!