Les prix des céréales atteignent des sommets avec la sécheresse aux États-Unis

La catastrophe était annoncée, inévitable et totale! D’un côté la planète n’est qu’intempéries et catastrophes aquatiques, de l’autre la sècheresse fait rage, et cela a de ce fait un impact sur les cultures mondiales. Faites des réserves, achetez que cela soit des pâtes comme d’autres aliments, les prix risquent de grimper de manière assez tragique…

Les prix des céréales atteignent des sommets avec la sécheresse aux Etats-Unis, qui est le principal exportateur mondial de soja, de blé et de maïs.

Les prix des céréales ont atteint des records jeudi dernier alors que les pluies trop rares dans le Midwest américain n’ont pas apaisé la pire sécheresse que connaît le pays depuis plus de cinquante ans.

Les météorologues du gouvernement ont indiqué qu’il était possible que la sécheresse dans le Midwest américain puisse durer jusqu’à Octobre voire plus, poursuivant ce qui est déjà la moitié d’année la plus chaude de l’histoire du pays.

« Il y a une plus grande probabilité qu’il n’y ait pas de soulagement possible ou en vue » pour le Midwest américain, a déclaré Dan Collins, du Centre de Prévisions Climatiques de l’Administration Nationale Océanique et Atmosphérique des Etats-Unis jeudi.

Plus de la moitié des Etats-Unis a enregistré une sécheresse modérée à grave la semaine dernière, d’après le dernier Rapport de Sécheresse publié jeudi.

Plus de 70% de la Ceinture de Blé du Midwest était en état de sécheresse la semaine du 10 au 17 Juillet, contre 63% la semaine d’avant. Cela s’ajoute aux pires conditions de sécheresse enregistrées par les Etats-Unis depuis au moins 1956, d’après les experts climatiques.

« Nous n’avons pas de raison de dire que cela va s’améliorer, a déclaré Kelly Helm Smith du Centre National de Limitation de la Sécheresse, ajoutant que des conditions plus chaudes dans les mois à venir pourraient bien aggraver les conditions actuelles.

C’est une mauvaise nouvelle pour les agriculteurs et les consommateurs ; le maïs, le soja et le blé américains étant en train de cuire dans les champs, les récoltes de l’année s’annonçant très maigres. Les Etats-Unis sont le principal exportateur mondial de ces céréales.

Les prix du maïs et du soja ont connu une augmentation record pour le mois d’Août et Septembre.

L’effet de cette augmentation des prix américains se fait déjà ressentir dans le monde entier, où la sécheresse a également frappé d’autres exportateurs de céréales qui ont commencé à annuler leurs ventes et affament les pays du Moyen-Orient et d’autres régions.

« Beaucoup d’acheteurs ont attendu dans l’espoir que des précipitations aux Etats-Unis et en Europe de l’est refroidiraient les prix » a déclaré un exportateur. « Mais ce n’est pas le cas et la sécheresse aux Etats-Unis n’est pas finie ».

Les deux grandes questions pour la Ceinture de Blé des Etats-Unis (à quel point les récoltes seront mauvaises et les prix élevés) sont toujours sans réponse. Mais les conditions s’aggravent alors que le maïs n’arrive pas à être pollinisé, et que les graines de soja, plantées plus tard, entament leur phase de croissance sans suffisamment d’eau.

L’Iowa et l’Illinois, qui produisent près d’un tiers de l’ensemble des cultures de soja et de maïs des Etats-Unis, sont toujours affectés par des températures extrêmes et une sécheresse intense.

« L’humidité des sols dans l’Iowa est presque nulle donc il n’y a pas grand-chose pour maintenir les cultures. Même si les températures redescendent de 5°C et si les précipitations augmentent de 50% pour le reste du mois, cela pourrait ralentir le taux de déclin mais ça ne va pas inverser le déclin des conditions de croissance des cultures et des récoltes finales » a déclaré Harry Hillaker, climatologue pour l’Iowa.

« Il ne reste pas grand-chose de la Ceinture de maïs qui soit en bon état ».

L’Administration Nationale Océanique et Atmosphérique a déclaré que la période de Janvier à juin était la plus chaude moitié d’année enregistrée aux Etats-Unis, avec 29 Etats gravement affectés par la sécheresse.

Dans le monde, le mois dernier a été le quatrième mois de Juin le plus chaud, d’après les experts de la NOAA. Les températures au sol ont été les plus chaudes jamais enregistrées et celles de l’océan ont été les dixièmes plus chaudes. L’Hémisphère Nord a connu son deuxième mois de Juin le plus chaud depuis le début des archives climatiques.

Un phénomène La Nina de refroidissement des eaux dans le Pacifique équatorial, qui amène généralement un temps plus froid et des conditions plus humides dans certaines parties des Etats-Unis continentales, a fini plus tôt cette année, et il y a de grandes chances pour que le phénomène El Nino puisse se développe avant la fin de l’année et prolonge la sécheresse au centre des Etats-Unis.

Via sott.net

12 commentaires

  • vanvoght

    m’en fout , il y as longtemps que je ne mange plus de pain et encore moins de maîs ou de sojas . les gents vont peut etre enfin se desintoxiquer de ce poisons qu’est le gluten .

  • dudul

    n’oublions pas non plus la spéculation sur les matière première, qui fait davantage de ravages….

    • Chègoku Chègoku

      Ca va pas manquer.
      On nous annonce les pires choses pour la rentrée. Du coup les matières montent et les spéculateurs vont s’y ruer.

      Comme en 2008. Je pense qu’on va assister à la même flambée des denrées avant le prochain cataclysme financier.

      Scénario identique ??

  • Jean-Christophe

    Des sécheresses il y en a toujours de par le monde.
    C’est marrant comme celle là, qui a lieu au US change la donne des autres pour faire avaler au « con sot mateur » qu’il va rincer son porte-monnaie.
    Celle qui a lieu en Chine, n’a pas tant d’écho sur la future spéculation, pas plus celles en Éthiopie ou au soudan pour lesquelles on nous appelle au don perpétuel, alors que des milliards sont soit disant dépensés pour l’aide au développement..
    Ce qui favorise la spéculation, c’est que,pour respecter des accords commerciaux, nous allons vendre notre blé avec plein de taxe donc moins aux US pour qu’elle nous vende de son bon maïs ogm pour gaver nos oies et nourrir du bétail bien cher mais sans taxe.
    AAAhhh les joie de la mondialisation.
    Alors que notre production suffirait très certainement à faire de la baguette pour tous.

  • Bébert

    Nous voyons ici la nature à l’oeuvre pour combattre celui qui pollue la nature et donc sa fertilité biologique primaire, quand une ressource abondance et de fertilité comme l’eau nuit à la santé de la terre (via l’économie de masse) alors des forces tentent de rétablir un équilibre en coupant cette ressource (dans ce cas l’eau).
    Dans la nature tout est équilibre et l’homme à rompu cette équilibre et il se perdra face aux gigantesques force de la planète terre car les lois de la nature sont au dessus de toutes les choses, ici pas de tribunal, pas de prison, pas d’avocat, la loi de la nature pour qui la viole est à terme l’anéantissement de ceux qui ont voulu la défier.

  • LesCharognards

    Plus de pain pour les hamburgers, sympa, nos amis zuniens vont maigrir. Merci pour cette bonne nouvelle.

    Nous sommes la nature, rien à craindre Bébert, tu peux retourner dormir.