Redémarrage de centrales nucléaires au Japon : les critiques…

Des fous furieux, complètement inconscients!!!

Titre initial :
Redémarrage de centrales nucléaires au Japon : les critiques fusent de toutes parts

Un an et demi an après la catastrophe de Fukushima, des élus japonais se rebellent contre la politique nucléaire du gouvernement. Un groupe de parlementaires, toutes tendances politiques confondues, ose mettre en doute les assurances fournies par le gouvernement du Premier ministre, Yoshihiko Noda, justifiant le redémarrage de 2 réacteurs dans la région d’Osaka.

Ce groupe s’appuie sur une étude consacrée à la dangerosité des 50 réacteurs japonais. Les élus affirment que près de la moitié d’entre eux sont situés sur des failles sismiques en activité ou présentent d’autres risques majeurs et doivent être au plus vite démantelés.

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles :   

Plus d’un an après l’accident de Fukushima, la plupart des parlementaires japonais ne remettent pas en cause le nucléaire. Et cela en dépit du fait qu’après le puissant séisme du 11 mars 2011 (force 9 sur l’échelle de Richter), les sismologues avertissent aujourd’hui qu’une secousse aussi puissante augmente le risque d’autres tremblements de terre de force 8 ou 9 sur l’échelle de Richter.

Les mêmes sismologues qui, avant l’accident de Fukushima, se gardaient d’être aussi alarmistes, car seul l’Etat japonais pro-nucléaire finance leurs recherches, disent aujourd’hui que la moitié des centrales nucléaires sont construites sur des failles sismiques actives. A commencer par les deux réacteurs sur le point d’être réactivés dans la région d’Osaka.

Ces parlementaires japonais anti-nucléaires, -une nouveauté ici- sonnent le tocsin. Les travaux de renforcement des centrales au séisme et au tsunami ne seront achevés que dans trois ans.

Mais l’Etat et le puissant lobbying nucléaire entendent réactiver les 48 réacteurs encore à l’arrêt aussi vite que possible avec le soutien des grands médias japonais qui font tout pour faire oublier Fukushima dans l’opinion publique.

Source : www.rfi.fr

Article relayé par : kannie pour TerreSacrée

5 commentaires

  • Le gouvernement jap. Sait que Fuku a ete victime d une attaque informatique, pour cette qu ils ne craignent pas les tremblements de terre. Aujourd hui ils ont securise leurs ordis et se sentent hors de portee des pirates sionistes.
    L aide francaise va beaucoup @compter avec
    une politique nouvelle et de confiance qui permettra au groupe Areva de mieux infiltrer le marche asiatique.
    Quant a Israel, il doit s attendre a un retour de baton de l empire levant.
    La guerre vient de commencer avec l attentat de bulgarie.

  • Phiippe

    Bien fait ! Oui bien fait !
    Enfin une puissance qui va se casser la geu… toute seule !
    Impensable, irréaliste, impossible, interdit ! pas assez de mots pour juger ce choix STUPIDE mais indispensable pour nous les FRANCAIS au moins nos tête pensantes pourrons se rendre compte combien il faut dire STOP au nucléaire ! Ca nous rapport rien, que des ennuis et nous rapportera de gros soucis dans plusieurs centaines d’années…
    Que ces tête d’abrutis mentent encore à leur peuple, qu’ils leurs fasse croire que tout va bien, que tous risques de contamination est écarté, qu’ils peuvent recommencer à vivre « normalement » !
    Qui pourrait arrêter ce genre de décision ? personne sauf l’homme. Oui l’homme. Pas cet espèce de bipède qui pense que la vie c’est de l’argent !
    Un physicien me disait « Le temps c’est de l’argent… » alors pensons intelligeant maintenant pour demain.
    Une amie native de Fukushima (qui habite su la Côte d’Azur depuis 30 ans) ne cesse de me dire que ce sont tous des menteurs ! Même au au portes du Pays du soleil levant » il n’est pas dans leur coeur.
    Philippe Paysagiste

  • fotoulavé fotoulavé

    Avec 250% du PIB de dette il y a longtemps que le Japon ne décide plus de rien par lui même.