Mensonges dans la gestion du suivi de la catastrophe nucléaire de Fukushima…

Rien de neuf à l’horizon! magouilles, bidouillages pour montrer que la situation est sous contrôle. Ceux qui ont suivi la tragédie depuis le début savent que ça peut « basculer » d’un instant à l’autre…Quand on pense qu’ils vont remettre des réacteurs en route et qu’Areva a passé un contrat le retraitement et le recyclage (MOX) du combustible usé………..Dans le cadre de cette stratégie, les compagnies électriques japonaises ont signé des contrats de traitement et de recyclage de leurs combustibles usés avec AREVA en France et la Nuclear Decommissioning Authority (NDA) au Royaume-Uni

Un ancien journaliste du NY Times a relevé des niveaux de radioactivité dix fois supérieurs à ceux annoncés officiellement dans la « zone interdite » de Fukushima

Le journaliste Takashi Uesugi a pénétré récemment dans la zone interdite de Fukushima-Daiichi afin de relever de manière indépendante les niveaux de débits de dose ambiants dans les environs immédiats de la centrale accidentée de Fukushima-Daiichi ; le téméraire aventurier n’a pas hésité à s’approcher au plus près des grilles du site pour vérifier les niveaux de dosimétrie annoncés par Tepco.

Selon Tepco : moins de 10µSv/h sur le dosimètre MP-7 (Bâtiment de «mesure environnementale»)

Relevés Tepco : moins de 10 µSv/h sur Mp-1 à MP-8, dose maxi de 220µSv/h au niveau d’un des point de mesures « temporaires »

Le détail du relevé du dosimètre MP-7 indique un niveau curieusement constant (1) de 9.3 µSv/h

Selon le relevé indépendant effectué à quelques mètres de MP-7 : plus de 100 µSv/h

La clef de l’énigme : Tepco a procédé à des « travaux de construction » au printemps pour réduire artificiellement les niveaux de dose officiels :

-« Nous avons « amélioré » les conditions de mesure au niveau des points MP-2 à MP-8 pour obtenir des relevés de dose ambiante plus précis »

« Divers travaux de « construction » (sic) ont été réalisés comme l’abattage des arbres proches, l’enlèvement d’une couche superficielle du sol ou l’établissement de murs de « protection »

« En conséquence, les niveaux relevés sur ces points sont inférieurs à ceux relevés dans d’autres points du site ».

En fait, il semble que l’opérateur a principalement axé ses « travaux » sur les balises les plus irradiées, à savoir MP-2, MP-6, MP-7 et MP-8. Tepco a bâti autour de ces capteurs des murs de 2 m de haut et de 30 cm d’épaisseur. Voilà une technique bien rodée et extrêmement pertinente : pour qu’il y ait moins de radioactivité ambiante, il suffit de réduire l’exposition des balises par des blindages ou des travaux de « décontamination » du sol ou des arbres proches.

L’efficacité du mur de « protection » en béton est prodigieuse : sur la balise MP-8, le débit de dose « ambiante » est ainsi passé de 56µSv/h à moins de 10 µSv/h ; notez sur le document ci-dessous comme Tepco arrive à remplir ses « objectifs » (target) de dosimétrie, par tous les moyens possibles, y compris peut-être –si nécessaire– par un sous-étalonnage des appareils de mesure ?

De mémoire, très peu de personnes compétentes en radioprotection se sont élevées devant cette manière de « bricoler » les dosimétries à Fukushima au printemps 2012 : même si l’objectif était, comme l’assure Tepco, de repérer facilement les moindres élévations des doses ambiantes habituelles –enfin extraordinaires, on ne sait plus trop comment définir la situation à Fukushima– la protestation s’est limitée à quelques remarques discrètes : après tout, s’il n’y avait plus de radioactivité, il n’y aurait plus de radioprotectionnistes…

 

(1) Si le débit de dose est aussi constant, c’est que la mesure n’est pas instantanée mais « pondérée » sur une période de 10 minutes, vieux truc de dosimétrie pour lisser les écarts affectant naturellement les mesures instantanées et produire des chiffres stables : en 10 minutes, on relève par exemple 100 fois le débit de dose puis on divise la somme des mesures par 100

 

Pour en savoir plus sur les bidouilles de Tepco sur les balises de radioactivité : ICI Un excellent dossier du blog de fuksuhima du 22 avril 2012

Auteur : gen4

Source : gen4.fr

Article relayé par : kannie pour TerreSacrée

5 commentaires

  • d.vile

    la façon dont les japonais gèrent cette crise est tout bonnement honteuse…
    depuis les premiers jours ils nous mentent comme des arracheurs de dents!

    heureusement qu’il existe des citoyens nippons responsables qui tentent d’informer la population et le reste du monde.

    je sais pas si vous connaissez mais deux très bons sites d’info sur le sujet (complet et mis à jour fréquemment):

    – Fukushima diary (blog d’un habitant):
    http://fukushima-diary.com/

    – Fukushima information:
    http://www.scoop.it/t/fukushima-informations

  • olivier qui aime le miel

    Et la en continu: http://www.stop-nucleaire56.org/category/actualite/
    Les Japonais sont trés en colère mais malheureusement et comme toujours la masse ne s’est réveillée que devant le fait accomplie. Il y a toujours eu des activistes anti-nuke mais trop peu nombreux et ce qui devait arriver areva. On assiste là à un génocide, l’extinction d’une culture (je n’ose croire que ceux qui ont encore un lien avec le passé gênent les puissants). C’est bientôt notre tour.
    Les questions fondamentales sur ce choix énergétique et l’aveuglement des scientifiques, leur entêtement, sont admirablement exposées dans ce film (et je n’exagère pas): http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php#NAVIGATION

  • hopix

    Hollande à Avignon: Le citoyen antinucléaire toujours suspect et réprimé

    http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31937

    Extrait :
    « Sous l’ère socialiste les méthodes de la droite dure n’ont pas disparues et le changement sera pour demain ou après-demain si certains y croient encore. D’autant que ce qui attend les françaises et français c’est la poursuite des projets des nucléocrates, c’est la continuelle soumission des politiques aux voeux et décisions du lobby militaro-nucléaire qui fait le lit du fanatisme nationaliste.

    Au programme de ce festival nauséabond : ITER à Cadarache, EPR en Normandie, ASTRID à Marcoule, poubelle de Bure dans l’est du pays, stokage Iceda dans l’Ain et autres dégueulasseries sournoises concoctées avec l’aval et l’approbation du nouveau pouvoir en place auquel une escouades d’arrivistes estampillés « écologie » donne quitus.

    Et pendant ce temps là, chaque jour, chaque heure les 58 réacteurs nucléaires de l’hexagone rejettent dans l’air et dans l’eau leur criminelle radioactivité, portent atteinte à la santé et provoquent des cancers multiples, contaminent la faune et la flore, polluent nos territoires.

    Des antinucléaires ou des centrales nucléaires : qui sont les plus dangereux ? »

  • je pense @ vous les moutons, en complément :

    36% des enfants de Fukushima présentent des excroissances anormales

    http://www.crashdebug.fr/index.php/international/5115-36-des-enfants-de-fukushima-presentent-des-excroissances-anormales

    bises voltigeur,

    Folamour,

    • voltigeur voltigeur

      Merci Folamour!♥♥ On en sortira pas de cette horreur, si le réacteur n°4 ne tient pas
      le coup, ça mettra le monde entier d’accord!