La DCRI téléphone à Merah 2 heures après la tuerie d’Ozar-Hatorah

Que la vidéo soit réelle ou bidonnée, que la version officielle ou les témoignages soient également véridiques ou non, cela ne change en rien les manipulations de l’opinion publique qui a eu lieu. Le service de renseignement du ministère de l’intérieur était non seulement en contact avec Mohammed Merah mais lui a passé également 8 coups de téléphone entre le 22 octobre 2011 et le 19 mars 2012, jour de l’attaque dans l’école juive de Toulouse. Alors, qui a été manipulé? Nous? Lui? Tout le monde?

Le renseignement intérieur était bien en contact avec le tueur de Toulouse au point de l’appeler régulièrement.
Mohamed Merah.

Mohamed Merah. © France 2 TV / Sipa

Les fadettes de Mohamed Merah ont parlé. Les factures détaillées de son numéro de portable apportent leurs lots de révélations. On y apprend que la DCRI a eu huit contacts téléphoniques avec le tueur de Toulouse et Montauban entre le 22 octobre 2011 et le 19 mars 2012, jour où le djihadiste a assassiné quatre personnes, dont trois enfants, à l’école confessionnelle Ozar-Hatorah à Toulouse.

Ce 19 mars 2012, alors que le terroriste venait de commettre ses crimes, il reçoit deux appels qui sont directement transférés sur son répondeur, l’un à 10 h 49, l’autre à 12 h 2, soit quelques heures seulement après l’effroyable tuerie. Les fonctionnaires l’avaient-ils déjà identifié comme suspect ? Si oui, pourquoi avoir attendu qu’il se retranche chez lui, deux jours plus tard, pour procéder à son interpellation ?

Certains policiers de la DCRI sont soupçonnés par la Justice d’avoir fait fuiter, à TF1, l’enregistrement audio des négociations entre Mohamed Merah et un agent local de la centrale du renseignement, laissant croire à une faute personnelle de ce fonctionnaire pour sauver l’institution. À la lecture des fadettes, le mystère demeure entier concernant les liens entre la DCRI et Mohamed Merah.

En contact avec un djihadiste condamné

Au sein de l’antenne locale du service de renseignement, si on confirme au vu des fadettes que c’est bien un agent local qui a été régulièrement en contact avec Mohamed Merah, les rapports écrits ont tous été envoyés au siège à Levallois. « Tous nos documents sont à la disposition des magistrats, ils peuvent venir les chercher. Nous n’avons aucune raison de croire que la direction de la DCRI traîne les pieds pour aider à la manifestation de la vérité. »

Par ailleurs, la surveillance téléphonique de Mohamed Merah aurait pu intriguer les fins limiers de la DCRI. Durant la période qui précède son premier crime, il passe ou reçoit une vingtaine de coups de fil par jour. Outre sa famille, il est en conversation régulière avec Sabri E., qu’il appelle – une soixantaine de fois – beaucoup plus souvent que sa mère. Sabri E., un Toulousain, a été arrêté en 2006 à la frontière entre la Syrie et l’Irak alors qu’il s’apprêtait à combattre l’armée américaine. Il a été condamné en 2009 pour sa participation à une entreprise terroriste et a effectué quatre ans de prison à Fleury-Mérogis.

En décembre 2011, un nouvel interlocuteur de Mohamed Merah apparaît. Il s’agit d’Olivier Philippe C., soupçonné d’avoir régulièrement aidé des salafistes toulousains à se rendre au Moyen-Orient. Placé en garde à vue à plusieurs reprises, il n’a jamais été poursuivi. Des salafistes radicaux au banditisme, Mohamed Merah n’était, semble-t-il, pas très regardant dans ses relations. En épluchant son relevé téléphonique, les policiers ont identifié plusieurs personnes connues pour trafic de stupéfiants, vols à main armée et/ou violences. Des contacts réguliers vivant dans le Sud-Ouest, mais également à Paris et en région parisienne.

Source: Lepoint.fr

 

12 commentaires

  • chafy

    bonsoir tout le monde,
    l’art et la manière de balancer des leurs quand une menace pointe son nez. c’est aussi vieux comme le monde.

  • Ezekiel

    dans les années 40 il y avait deja des systèmes qui se mettaient en route automatiquement des qu’on prononcer certain mot au téléphone .
    de nos jours tout est enregistrés , si deja dans les années 40 de tel systèmes étaient Op , imaginez de nos jours , donc une mec avec son portable qui parle de meurtre( un iphone en plus , y’a rien de plus  » fliker qu’un iphone ) , de soit disant al qaida etc etc , les systemes d’écoute on du tourner rouge rapidos , donc bon , qui est derrière le controle de ses machines ? les états . donc enfumage total pour nous . aujourd’hui ils peuvent lire lheure sur une montre à partir de l’espace, ont des machines qui voient a travers les murs ,ecouter quelqu’un parler chez lui en l’ecoutant de la rue tranquillou dans sa voiture , des systemes pour des écoutes téléphonique de partout , tout est informatiser , une voyage en iran et je suis sur qu’on est directement lister et mis en rouge( tu paies pas ton téléphone et tes deja black lister , alors pour des choses nettement plus importante j’imagine les systemes qui doivent se mettent en route ) et envoyer au service secret français , americain anglais etc etc , donc nous faire croire qu’apres avoir eu des deplacements dans des pays dit super dangereux pour les autres etats , des coups de tel avec des soit disant mec d’al qaida et en prime avec les services français qu’on savait pas exactement qui etait ce gamin et ce qu’il faisait ? mouarf , mouarf mouarf .

  • Et puis si les flics peuvent chopper un dealeur grâce à son portable alors un mec qui vient de tuer 3 militaires et qui est en ligne dans la même journée avec la DCRI =__=

    C’est le monde des bisounours, il fait toujours beau, les oiseaux chante et le gouvernement ne veut que notre bien.

  • kalliia

    Surtout que les témoignages de la témoin du meurtre d’un des militaires à Montauban parlait d’un homme avec une cicatrice sur le visage, et que de l’autre on a des enfants de l’école juive à Toulouse qui disent qu’il avait les yeux bleux…chose étonnant Merah n’avait aucune cicatrice sur le visage ni des yeux bleus….De plus si c’était un islamiste comment cela se fait il qu’il a pu entrer sur le sol israëlien sans être inquiété….Sauf s’il était là pour une mission pour la DCRI, chose qui m’étonnerait à peine.
    C’est pour cela que je pense que l’affaire Merah a pas mal de zone d’ombre.
    Malheureusement nous ne saurons jamais la vérité car ceci n’est pas dans l’intérêt de l’Etat de divulguer des dossier et que ce dernier risque d’être classé en secret défense afin d’éviter d’autres fuites et divulgations qui pourraient entacher les services secrets français.

    • Ezekiel

      d’apres tes interrogations la vérité tu la connais deja . il faut juste l’accepter lol ( 9-11 i can be i can fly , i can be , i can touch the sky , nanana nanana )

  • Oui toute cette histoire me semble irréel et pourtant la vérité n’ai pas loin. Vivement que les vidéo de l’avocate de père soit mise en lumière mais ne les donnée que a la justice sait un risque de les voir disparaitre.

  • Ok

    Et pourquoi il n’existe aucune trace d’acte de naissance de Myriam Monsonego la fille du directeur de l’école soi-disant tuée? Et qu’est devenu le grand blessé de la fusillade de l’école dont le patronyme est variable?

    Dans l’affaire Merah la Vérité est du côté des victimes si victimes il y a eu . Pour Montauban ok pas de problème, mais pour Toulouse rien ne tient debout. Pourquoi c’est la secrétaire du CRIF Toulouse qui est la seule à avoir visionné les bandes des caméras du lycée? Pourquoi n’y a t-il eu aucune autopsie des « victimes » de l’école alors que les corps des militaires ont été autopsiés? Pourquoi les corps des victimes ont été enterré 36 heures après leur « décès » alors que l’un des militaires inhumé au Maroc l’a été plus de 15 jours après son assassinat?
    Qui était Jonathan Sandler? Un simple sayanim ou un agent du mossad? Est-ce son vrai patronyme? Et pourquoi toutes les « victimes » de Toulouse ont un lien direct avec l’hydre sioniste ?