Pourquoi les carburants verts sont mal partis…

Si j’ai tout compris! non seulement ce n’est pas rentable, peu de moteurs  sont  fait pour les bio-carburants, et de ce fait, il faut passer à la pompe plus souvent pour un même kilométrage…..Heu! c’est qui le mougeon qui paye sans en être averti??

L’avenir des biocarburants s’assombrit. L’Europe vient de reconnaître à demi mot en mars que leur impact sur l’environnement n’est pas neutre, que leur compétitivité n’est pas démontrée. Une tuile pour les biocarburants qui se présentaient comme une source important d’énergie verte capable de nous aider à atteindre nos objectifs en la matière d’ici à 2020.

L’arrêt des aides aux biocarburants, l’arrêt d’une filière ?

biocarburants Les aides si elles sont remises en question risquent fort de plomber (sic) la filière. Or c’est bien ce qui la menace si on en croit les critiques énoncées par la Cour des comptes en janvier dernier. Elle dénonce l’opacité du système d’aides et le bilan pour le moins mitigé du bilan énergétique des biocarburants.  

3 milliards d’aide fiscale … payés par l’automobiliste

Selon la Cour des comptes, entre 2005 et 2010, la filière a bénéficié de 3 milliards € financés par des automobilistes qui n’en sont pour la plupart pas conscients. En effet, tous les carburants « normaux » ont l’obligation de contenir un certain pourcentage de biocarburants. C’est ce qu’on appelle le « taux d’incorporation » qui a tendance à augmenter au fil du temps en même temps que la hausse des exonérations fiscales accordées aux producteurs.

L’utilisation des biocarburants du fait de la politique d’incorporation a pour effet d’augmenter la consommation des véhicules : du fait de la moindre efficacité énergétique des biocarburants, il en faut plus pour faire le même kilométrage. Et donc en consommant plus, on paie plus de taxes !

Pour simplifier, les producteurs, les distributeurs et l’Etat enregistrent plus de recettes avec cet impôt caché dans notre (bio)carburant.

Biocarburants – des objectifs illusoires ?

En 2007, la France L’Agence européenne de l’environnement estime que pour la France la surface agricole qu’il était nécessaire de mobiliser pour les biocarburants était de 0,5 million d’hectares en 2010 et de 1 million ha en 2020. Cependant, en Angleterre, Goldman Sachs estimait qu’il faudrait consacrer ¼ des terres cultivables du pays pour atteindre les objectifs de biocarburants de 2010.

Aux Etats-Unis , George Bush a annoncé un objectif de produire 15% des carburants pour véhicules en biocarburants et la production explose. Les USA ont même annoncé une taxe pour freiner les importations d’éthanol brésilien pour favoriser leur production domestique, essentiellement à partir de maïs.

Les subventions aux producteurs d’agrocarburants n’arrivent pas à relancer une production au point mort :

Il y a des milliers de producteurs d’agrocarburants et tous profitent des subventions dérivées du système, notamment les principaux. Ceux-ci sont souvent adossés à des groupements coopératifs (Tereos, Cristalunion) ou bien des groupes agro-industriels (Sofiprotéol, Saria) qui collaborentavec des milliers de petits producteurs. Malgré cela, la production d’agrocarburants, multipliée par 6 entre 2004 et 2008, est quasi stagnante depuis. Pourquoi ce coup d’arrêt ?

tout d’abord, on ne peut plus ajouter plus de biocarburants à l’essence ou au diesel sans nuire à l’efficacité du carburant et des moteurs normaux. Seuls les moteurs flexfuel, qui fonctionne aussi bien à l’éthanol qu’à l’essence, sont très peu répandus.

Ensuite, la consommation de carburants en volume est freinée par la hausse de leur prix.

Enfin, les aides aux biocarburants diminuent tout comme les autres aides accordées aux autres énergies vertes (photovoltaïque, …). Entre 2006 et 2011, les aides accordées par hectolitres aux producteurs sont passées de 33 à 14 € pour l’éthanol et de 25 à 8 € pour le biodiesel. Or l’Etat risque fort de diminuer, voire d’arrêter complètement les subventions à la filière d’ici 2015, comme le préconise la Cour des comptes.

Conséquence de cette instabilité fiscale et des ces phénomènes, les producteurs et les industriels qui ont investi dans les agrocarburants sont en fort mauvaise posture face à ces 4 facteurs adverses : la stabilisation des ventes, la disparition des subventions, la hausse des coûts d’approvisionnement et l’intensification de la concurrence des biocarburants importés des Etats-Unis. Pas difficile de comprendre pourquoi les 15 000 emplois de la filière sont menacés.

 

Note

(1) L’éthanol incorporé dans l’essence sous forme pure ou d’ETBE et les esters méthyliques d’huiles végétales (EMHV) incorporés dans le gazole bénéficient d’une réduction de fiscalité (défiscalisation). Depuis 2006, les esters éthyliques d’huiles végétales (EEHV), les esters méthyliques d’huiles animales (EMHA), les esters méthyliques d’huiles usagées (EMHU) et lebiogazole de synthèse bénéficient aussi d’une défiscalisation.

Cette défiscalisation est accordée aux biocarburants produits par les unités ayant reçu un agrément après une procédure d’appel d’offre communautaire dans la limite des quantités fixées par l’agrément. Elle a représenté un montant global de 260 M€ en 2006, 500 M€ en 2007, 720 M€ en 2008 et 521 M€ en 2009 (sans tenir compte des effets de surconsommation liés au pouvoir énergétique plus faible des biocarburants).

Cette défiscalisation est conforme à la directive européenne 2003/96/CE sur la fiscalité de l’énergie, qui permet aux États membres d’avoir une fiscalité spécifique pour les biocarburants afin d’en assurer le développement et la promotion. (source : gouvernement)

 

Auteur : Jean Marie

Source : www.consoglobe.com

Article relayé par : mich pour Sos-Planète

32 commentaires

  • babs

    sinon, quelqu’un a analysé les gaz d’échappement … juste pour voir ?
    ensuite, si ca marche pas, chouette, on récupère des terres arables …
    enfin, quand les merdias nous font découvrir une avancée « technomerdique »,
    ben, c’est de la merde …
    comme d’habitude !!!

  • Chègoku Chègoku

    Mon garagiste m’a dit que utiliser du gazoil (avec 5% de biocarburant non annoncés) encrassait les filtres à mazout durant l’hiver. D’après lui, une espèce de film biologique se crée dans le filtre et bouche celui-ci.
    Il dit qu’il a de plus en plus de cas de dépannage à cause de ça.

    • guelop

      j ai vu rouler des hdi a l huile de friture et ils roulent encore et des essences de toutes sortes carbu, multipoint, monopoint motoculteur et meme des deux temps tourner a l éthanol ;ce qu il aurait du te dire c est que dans les grandes surfaces le carburant qu ils vendent est soit encrassé soit plein d eau , des fois vaut mieux payer un poil plus et se fournir a une bonne vieille station , de toute facon éthanol et biodiesel sont plus corrosif et de ce fait ils nettoyent ton réservoir de toute la crasse qui était entassée que les anciens carburant avaient déposés donc c est sur un changement des filtres s imposent au bout de quelques centaines de kilometres mais aprés c est tout propre et il y a surtout plus de dépannage qu avant parce que les voitures de maintenant c est de la daube c est des enfants malades en entretien

  • guelop

    plus de trois ans que je roule a l éthanol sur plusieurs véhicules et pour moi y a pas photo je m y retrouve même si la voiture consomme légèrement plus, 0,85 pour l ethanol contre 1,50 au minimum pour le sans plomb quasi le double

  • Bouffon

    Ha je vous l’avais dit que c’était moins chère d’affréter une supertanker Chinois depuis Ormuz pour acheminez ça en pipe-line depuis Marseille que de récuperer l’herbe en bas de chez soi… Logique non !

    C’est que de l’enfumage.
    Non seulement, mon gazon me permets de produire du méthane, mais en plus le jus me permets de faire tourner la tondeuse et le « tourteaux » qui reste fit un superbe terreaux pour mes légumes.
    Alors si faut pour ça faut changer les joints de mes moteurs et nettoyer plus souvent les filtres, ça compense même pas le temps que l’on perds dans la circulations pour aller jusqu’à la station essence.

    Autrement Y’a mieux, mais ça se passe sur Mars !

    • Chègoku Chègoku

      Le problème c’est que cette production piétine les cultures vivrières au détriment des prix de la nourriture et de sa disponibilité.
      On ne peut pas accepter que les prix des produits agricoles alimentaires flambent pour pouvoir fabriquer du carburant.

      De plus, il parait que ( Si quelqu’un a des sources fiables pour confirmer) l’énergie nécessaire à leur production = à l’énergie dégagée par la combustion de ces carburants. Ce n’est donc pas très rentable sur le plan énergétique. (prendre en compte les engrais, travail du champs, récolte, transport, transformation…)

      Je crois plutôt que l’avenir réside dans les biocarburant de 2ème génération réalisés à partir de déchets.

      Mais mieux encore, le SOLAR FUEL. Projet en devenir très prometteur. Permettant de stocker l’énergie électrique sous forme liquide, de le transporter par le réseau gazier et de l’utiliser dans les moteurs au gaz.

      • Bouffon

        Connaissance n’est pas savoir.
        Tu es entrain de dire qu’il vaux mieux jeter son compost à la déchetterie de la ville qui nous le revends sous forme de terreaux à 65.- le m2
        Logique, mais pas cohérent.

      • Chègoku Chègoku

        Je ne parle pas du biométhane mais des cultures destinées aux agro-carburant.
        C’est pas exactement pareil.

      • Bouffon

        Ben ouais, je te parle d’agir à ton échelle et toi tu te prends pour le président de la république et tu veux péter dans du velours et en plus avec cette méthode tu pense réussir là ou il ont tous échouer.
        Au faites t’en a vu beaucoup des agro-carburant par ici ?
        Par ce que pour le moment c’est plutôt les huiles de palmes et les réfugier de Bornéo, les effets secondaire dont tu parles…

  • KermitteX

    Non mais c’est quand même terrible … on est prêt à planter des tonnes et des tonnes de « vegetaux » pour faire fonctionner notre voiture, et à coté de ça des gens crèvent par manque de nourriture! En attendant, vous savez que des tonnes et des tonnes de carburants sont jetés chaque année, car il s’agit de font de cuve … pas de fond de bouteille hein, de fond de cuve, et que dans 90% des cas ce carburant est bon !!! ça me fait vomir tout ce gaspillage et surtout tout ces mensonge autour du carburant pour continuer à faire fonctionner la machine à fric !

  • fotoulavé fotoulavé

    Bientôt tout fonctionnera à la radioactivité et plus besoin de faire le plein elle serat directement disponible tout autour de nous. faut juste inventé des combinaisons efficaces et confortable…

  • hé bééé

    Il existe un biocarburant à base d’algues , mais le problème c’est que ça ne finance pas les filières OGM qui elles veulent faire du biocarburant exclusivement à base de céréales destinés à l’alimentation humaine ou animale .

    Le pétrole étant un jus concentré de décomposition de végétaux , il doit être possible d’en créer à partir des montagnes de déchets verts de nos décharges . Le problème c’est qu’on en consomme plus que ce que l’on pourrait produire . A moins de trouver une astuce pour accélérer le processus .

    • hé bééé

      Peut-être par un procédé de fermentation comme pour le vin !

    • vanvoght

      ce bio petrol a ete inventé et fabriqué au bresil . il devait l’etre ( fabriqué ) en france , en bretagne . c’en est ou ????? ben nul par bien sur .
      quant ont vois la puissance financiere du katar par exemple , vous croyez pas quand meme qu’ils vont vous laisser faire ????
      vous etes bien naïf .

  • Sholva

    Le mieux serait de reprendre un bon cheval, un chariot, une carriole. Ça ne pollue pas, on réapprendrait à prendre le temps de vivre.

    Je sais que cette vision est utopique aujourd’hui, mais pourtant..

    • homme des bois

      demande pas aux gens de le faire, fais le! :)

    • MouteMoute

      Si on remplace les bagnoles par des mulets tu peux tout de suite suicider la moitié du pays… Qu’est ce que tu crois que ça mange un baudet ? Du pétrole ? Ben non il faut des terres pour produire le fourrage. Mais le problème c’est qu’il faudrait abattre toutes les forêts et mettre toutes les terres dispo en terre agricole pour pouvoir fournir autant de force animale qu’on a de force électrique ou thermiques actuellement.

      La solution c’est les économies d’énergie et restreindre activement notre société de consommation et rien d’autre !

      Sauf si ils se décident à mettre la fusion nucléaire au cœur des préoccupations du pays, on peut toujours rêver… L’humain est ainsi fait qu’il attend d’être au pied du mur pour agir, amen !

      • hé bééé

        « Si on remplace les bagnoles par des mulets tu peux tout de suite suicider la moitié du pays »
        Avec en moyenne 120 chevaux sous le capot , il faudra un haras par automobiliste :D

        En attendant , le crottin de cheval c’est excellent pour fertiliser un potager alors que les déchets nucléaires , personne n’en veux même en très petite quantité .

      • Sholva

        Y’a même des cons qui inventeraient le tuning sur canasson avec des ailerons arrières et des bas de sabots fluo… Monde de merde !!!! :)

  • hammel

    pour ceux qui sont interressés, j’ai travaillé à une étude sur le sujet en Afrique qui démontre l’impact catastrophique des agrocarburants dans différents pays.

    vous le trouvez sur ce lien http://www.rolandhammel.com/page25.php

    et aussi sur http://realinfos.wordpress.com/

  • MouteMoute

    Avec toute la bonne volonté du monde rouler au bio carburant est un crime contre l’humanité ! Combien d’être humain crèvent de faim ? C’est du gaspillage de terre agricole ! Le pétrole lui ne se bouffe pas !

    Sinon que ce soit huile végétal ou éthanol elles n’ont pas les mêmes propriétés chimiques que gasoil et essence donc il faut toujours quelques modifications mécaniques pour permettre un bon rendement et une usure normal… Sur des vieux modèle ça peut marche sans modif mais ça marche pas longtemps (enfin tout est relatif)

    • Sholva

      je ne sais pas si c’est vrai mais le fait de faire le plein d’une grosse voiture genre 4X4 avec des biocarburants suffirait à nourrir une famille de 4 personnes en céréales pour une année entière. Vive la rentabilité..

      • MouteMoute

        Avec 1t de blé on fait max 400 L d’éthanol, donc ça fait 4 pleins d’un très gros 4×4.
        On peut nourrir un humain (du moins pour les glucides) avec 100g de blé par jour, donc 36,5kg par an.
        Donc en simplifiant à la louche sans prendre tous les facteurs de rendement, avec 4 pleins d’éthanol on peut nourrir un humain pendant 25 ans… bon après j’ai survolé les chiffres mais ça pourrait au minimum représenter 5 ans de nourriture pour un seul homme…

        Donc on est bien dans l’échelle de grandeur que tu donnes !
        Ce qui nous aide bien à prendre conscience de la gravité du problème.

      • Sholva

        Si tu voyais les champs de Colza qui parsèment la cambrousse ou je vis, tu en serais sur le cul. C’est vrai qu’en fleur c’est beau à voir ce jaune transgénique, mais quand tu sais que cela va servir aux biocarburants, ça donne envie de tout brûler.

        Ce que je vais dire va paraître idiot, mais il n’y a rien de plus classe qu’un champs de blé parsemé de coquelicots, ça me fait penser à une peinture de Corot. Et surtout cela permet de savoir si une parcelle de culture est traitée aux produits chimiques ou pas. En effet, les coquelicots n’aiment pas les traitements chimiques.

        J’veux être réincarné en coquelicot ! :)

  • The world peace invitation and release of technology

    Détails Catégorie : News

    The text below is the copy of the official invitation to the leaders of your governments through their embassies in Belgium.

    These emails will start leaving the Foundation and will be forwarded to every ambassador in Belgium in the next two weeks.

    We will publish the name of the country and the email address used so that you can follow the progress of your government’s response.

    From now on it is up to you to see that the implications of this technology are understood in your country of origin.

    The world peace invitation and release of technology

    Following the meeting of the Keshe Foundation with the world ambassadors invited to Brussels on 21 April 2012, now our invitation goes to the nations of the world through their ambassadors and their leaders to attend a gathering on 6 September 2012 at the Keshe Foundation Center in Ninove, Belgium (or in any other place the nations may choose).

    As your Excellencies have been aware, we invited representatives of every country to the first presentation of our technology on 21 April 2012. The ambassadors of some nations attended this meeting and others chose to ignore the call, due to pressure from other nations, and decided not to attend or withdrew at the last moment.

    With this second invitation we directly and unequivocally invite the leaders of your nation to appoint qualified individuals who can take part in the upcoming meeting at the Foundation on 6 September on behalf of their governments.

    The reasons for this invitation and the meeting are as follows:
    1.On 21 September 2012 the Keshe Foundation will release the first phase of its space technology and the gravitational and magnetic (Magravs) systems it has developed, to all scientists around the world simultaneously, for production and duplication.

    From that point on, international borders will cease to have any real significance. This is because, once the first flight system has been built and put into operation for the public, the time of travel for example from Tehran to New York will be about 10 minutes maximum.

    The new airborne systems will enable every individual to make the same length of journey in the same time and at hardly any cost from any point on this planet. The craft will not be detectable with present radar technology.

    2.The energy crisis will be resolved at a stroke, and once the technology is put into practice the powers that control energy supplies and through them the present financial structures will find their hands empty.

    3.The world water shortage will be addressed and resolved by presenting this technology to the public soon after the release of our energy and space technology.

    How we have done this?
    For the past six years we have used the international patent system to make sure that every nation and major scientists around the world have a copy of our patents in their possession. (Please check the European patent and international servers downloads for number of downloads.)

    Thus we have prevented any possible blocking of this technology by any individual or group and now most nations are in possession of our patents for energy generation, medical systems and space travel.

    In this way the methods used in the past to prevent international development have been circumvented and now all nations have the same opportunity to work together to see that this technology is developed safely.

    The principal point is that our technology is intended to be freely available to every government for the benefit of all its citizens. Through the systems we have developed every nation can have access to as much energy, water and food as they need, as well as to new methods of health care and of transport, all at very little cost.

    According to its charter the Keshe Foundation and all its technologies are owned by the peoples of the world. The patents are the assets of every individual on this planet and cannot be claimed by any one person or organization or nation. This means that all income generated by the technology belongs to the nation that makes use of it.

    We will release the list of countries invited to the meeting on 6 September 2012 and the full e-mail addresses of those who receive invitations, so it will be up to you as a government to make it known who from your nation will be attending this meeting.

    By the time this email arrives at your embassies a copy will be posted on the Foundation forum and website so your citizens will be aware of the offer that has been made to you. Then it will be for you to make your response known to them, as well as to the Foundation, and we will gather the names of the delegates appointed and let your officials know where and how to meet.

    Following this meeting, the presentation on 21 September 2012 will be the first step in the Keshe Foundation’s teaching program to share its knowledge and put it into the hands of the people worldwide. Once these new technologies and their benefits are known to the general public, the leaders of every nation will need to decide how they are going to implement them for the betterment of everyone.

    At that point there will be two choices: either we all work together to change the life of everybody on earth for the better through the correct patterns of conduct, or the advanced nations of the world will see in the near future a flood of immigrants in tens of thousands flocking to the major cities.

    We are prepared to present the technology to your representatives in any setting so that they can understand its implications and the changes it will bring about.

    From now on, we can make sure that no child or adult will die of thirst or hunger and that no nation will be attacked by another, because the potential military applications of the new technology are so horrendously destructive that we will have no choice but to accept that fighting over the resources of the planet is a thing of the past.

    There has been nothing wrong with protecting national assets, but now as the leaders of small regions of the Earth it is your responsibility to see that its resources are available to be shared, and that with the help of our technology everyone’s basic needs for energy, water, food and health care are met.

    The Keshe Foundation takes no account of color, nationality, religion or political affiliation, thus our call is going out to every government to appoint a team of scientists to come and see our technologies at first hand. Then they can decide whether or not to make use of them. If you ignore this invitation your nation will soon have no choice but to follow the lead of the nations who have decided to develop them.

    We call on your nation to start the process of world cooperation as soon as possible because once these systems are in operation, the frontiers that separate one country from another will have no meaning.

    We have set the scene for a change of course for humanity and in the coming months we will see it through. In the near future people will come to realize that we are here to serve each other and not to be served, as all resources will be available to everyone at the same time and in the same measure.

    M T Keshe
    The founder and caretaker director of Stichting the Keshe Foundation

  • vanvoght

    je suis fatigué de remetre toujour la meme chose .
    LE RECYCLAGE BORDEL .
    ma caisse a 12 ans et elle roule a 50 / 50 gazou huile recyclée . ça me fait le litre a 0.75 ct . meme si je change mon filtre a gazou plus souvent , excusez moi , mai je suis tres largement gagnant .
    quant aux voiture essence reste le hho . possible de diminuer sa conso de 50 % . facil a faire pour un bon bricolo .
    tous ces articles sont de l’enfumage intellectuel .
    arretez de vous faire manipuler .

  • 1974: le moteur à fusion froide d’Omero Speri

    juillet 6, 2012FusionfroidePas de commentaires

    En 1974 dans un village sur le Lac de Garde, deux chercheurs, le prof. Omero Speri et l’architecte Piero Zorzi, dans un laboratoire qui est resté tel quel après leur mort, ont mis au point un moteur à fusion froide dont ils déposèrent le brevet (http://www.scienzadiconfine.eu/frontiere%20scienza/tecnologie/brevetto%20omero%20speri.pdf). Selon Speri et Zorzi les fusions nucléaires pouvaient avoir lieu même en présence de fortes décharges électriques.
    Ils avaient constaté que même à température ambiante, dans un litre d’eau, six atomes de deutérium se transforment chaque seconde en hélium, ce qui veut dire que des fusions ont lieu. Speri construisit un cylindre à explosion où deux électrodes déchargeaient 30.000 volts avec un courant de dix milliampères. Ces électrodes pouvaient être orientées et distanciées. En entourant le cylindre d’un gros fil de cuivre et en y introduisant du courant électrique il avait obtenu un champ magnétique assez fort. En introduisant dans le cylindre un mélange quelconque contenant des atomes d’hydrogène, y compris de l’eau, il avait obtenu une explosion qui faisait tourner une turbine.

    Dans un second temps, avec l’aide de son ami Zorzi, il construisit un moteur à explosion à quatre cylindres. Ils se rendirent compte que non seulement l’explosion avait lieu avec une solution fort diluée, faite avec 90% d’eau et 10% d’alcool, mais que cela était également possible en n’utilisant que de l’eau si on utilisait comme catalyseurs de la fusion le lithium, le béryllium et le bohrium. Le rendement du moteur était extrêmement élevé et dépassait 90%. Si l’on considère qu’aujourd’hui nos moteurs n’atteignent pas même 40%. Qu’il se traitât alors de fusion cela était sans équivoque: avec des méthodes sophistiquées pour mesurer le gaz hélium produit ils se rendirent compte qu’il y avait une augmentation fort élevée de la production d’hélium.

    Une fois déposé le projet en 1974, ils furent tout de suite contactés par certains représentants de multinationales qui avaient vu le moteur. Ils ont voulu connaître son fonctionnement et avaient mis à disposition de Speri un avion pour l’amener plusieurs fois à Tel-Aviv dans une des universités de physique les plus grandes où il rencontrât les scientifiques les plus illustres. Ces derniers néanmoins ne se convainquirent jamais du fait qu’avec une décharge électrique il était possible d’obtenir des fusions nucléaires à 4500 degrés seulement.
    Speri a répondu à un des chercheurs les plus illustres: « vous pensez qu’une décharge électrique atteigne 4500 degrés ? Vous vous mesurez les effets mais vous ne vous rendez pas compte de l’énergie de l’électron; et puis le deutérium est instable et une décharge d’électron provoque sa fusion« . Mais le moteur était sous leurs yeux et ils ne pouvaient les contester. Il rappelât également que son moteur était allé pendant deux ans dans les alentours de Pedemonte (VR) pour satisfaire la curiosité de certains et ce, avant que ne fut déposé le projet. Mais ensuite les représentants des multinationales intervinrent et interdirent la production de ce moteur, du moins pas tant qu’ils ne l’auraient décidé. Ils imposèrent d’arrêter tous travaux et auraient décidé quant il aurait été possible de le lancer et quel nom il aurait eu.
    Et Speri dut se taire. Il eut simplement le temps de confier à quelques amis intimes ce qu’il avait réalisé.

    Quand Fleischmann et Pons réalisèrent ensuite la fusion froide en 1989, beaucoup se sont souvenus du moteur de Speri ce qui fit même la une des journaux. Le projet complet du moteur a été publié sur le Sole 24 ore le 15 avril 1989

    • vanvoght

      a lire et faire relir a ceux qui continuent de croire que l’E-CAT est une arnaque .
      mais si ces inventeurs , au lieu de vouloir gagner du fric absolument , metaient leur inventions plans et brevet en ligne sur le net ont pourait enfin faire la nique au petroliers . mais l’argent pourit encore tout , comme b’hab .