Grèce : le ministère du Travail veut geler la dérégulation du marché du travail

Le ministre grec du Travail, membre du cabinet intérimaire chargé de mener le pays aux législatives du 17 juin, souhaite geler jusqu’à fin juin l’application de mesures de dérégulation du marché du travail demandées par l’UE et le FMI, a-t-on appris mardi auprès de son ministère

Issu de la gauche, le ministre, Antonios Roupakiotis, va tenter d’obtenir un accord des employeurs en ce sens, au cours de rencontres avec les partenaires sociaux d’ici à la semaine prochaine.

Interrogé ultérieurement à ce propos, le Premier ministre intérimaire, Panayotis Pikrammenos, a appelé les partenaires sociaux à s’entendre (…) pour trouver des solutions ne dynamitant pas le climat social.

Dans le cas où employeurs et employés ne réussiraient pas à conclure de nouvelles conventions, les premiers pourraient en conséquence imposer des contrats d’entreprises ou individuels supprimant de nombreux acquis des salariés. Les médias chiffrent entre 15% et 40% les coupes salariales qui seraient ainsi imposées.

La question est devenue brûlante en Grèce, alors que quelque 120 conventions sectorielles ont expiré en mai, concernant environ 900.000 salariés, notamment dans le secteur de la restauration, en pointe pendant la saison touristique.

L’objectif est à la fois de maintenir le calme sur le marché du travail et d’aider à la relance de l’économie en ne réduisant pas davantage le pouvoir d’achat, ont expliqué les mêmes sources.

Source: AFP via realinfos

6 commentaires