Chili, l’étrange phénomène du lac Cachet qui disparaît en quelques heures…

Que d’eau! que d’eau! qui disparait d’un coup..

SANTIAGO – En quelques heures, l’énorme lac Cachet II en Patagonie chilienne disparaît, comme avalé par la Terre, un phénomène naturel surprenant qui s’accélère dans plusieurs lacs de la région en raison du réchauffement climatique, selon les experts.

Pour la seconde fois cette année, le lac qui contient quelque 200 millions de litres d’eau a commencé à se vider soudainement peu avant minuit le 31 mars dernier.

En quelques heures, il s’est asséché complètement, laissant derrière lui quelques flaques et des morceaux de glace provenant du glacier qui l’alimente. 

Assistante de recherche au centre d’Etudes Scientifiques (CECS), Daniela Carrion, se trouvait sur les lieux lorsque le phénomène s’est manifesté.

Quand nous nous sommes réveillés, nous avons vu un changement total dans la vallée, raconte-t-elle à l’AFP. Les zones que nous parcourions étaient inondées, jonchées de gigantesques morceaux de glace.

Le Cachet II se forme grâce à la fonte du glacier Colonia, qui avec ses énormes parois de glace fait fonction de barrage naturel de retenue.

Mais selon les scientifiques, le réchauffement des températures affaiblit peu à peu le glacier qui, quand il ne peut plus supporter la pression du lac qu’il enserre, laisse s’écouler l’eau par un tunnel se formant entre la roche et le glacier.

L’eau se déverse alors d’un seul coup dans le fleuve Baker, qui voit son débit habituel multiplié par trois.

Lorsque ce phénomène se produit, un système d’alerte se déclenche automatiquement pour avertir les rares habitants de la zone qui peuvent ainsi mettre leurs animaux à l’abri et rester attentifs à la montée des eaux.

La dernière fois, le dénivellement occasionné a été supérieur à 31 mètres selon un rapport de la Direction Générale des Eaux (DGA), qui surveille le lac avec un système satellitaire.

[…]

Lire la suite de l’article

Auteur : AFP

Source : www.romandie.com via TerreSacrée

22 commentaires

  • carole vachon

    Euh, je sais pas trop là…le réchauffement (?!?) climatique a le dos large je trouve!

    • Gayel

      Vachement d’accord avec toi. Dès qu’il y a un phénomène naturel inhabituel, c’est forcément la faute au réchauffement climatique.

      Je n’oublie jamais l’avis de certains scientifiques qui affirment que finalement, le réchauffement climatique n’est pas dû à la pollution, mais un changement d’ère, tout simplement.

  • Eagleeyes

    Hello,

    Effectivement le réchauffement à bon dos, si tel est le cas comment expliquer la persistance de débris de glaces là où l’eau à disparue.
    « En quelques heures, il s’est asséché complètement, laissant derrière lui quelques flaques et des morceaux de glace … « 

  • Tex

    Une faille, un sinkhole par où l’eau s’en va??

    Pompée par les E.T.??

  • pokefric pokefric

    Ils ont sacrément soif la dessous,je vous dit pas la taille des pailles !
    Trêve de plaisanterie, cette écoulement d’eau est un sacré phénomène naturel,comme quoi la nature…

  • MANQUEPASDAIR

    c est qu il y a une poche ,voir une caverne vide assez vaste et a proximité du lac . ensuite un tunnel s est formé et l eau a été siphonner le tunnel peut être assez vaste pour que l eau disparaisse en une nuit
    l aven armand dans le Périgord fait 11 km je croit et la hauteur est considérable voila une cause il ni a pas de mystère l espace a horreur du vide

  • walter kurtz walter kurtz

    Peut etre que là , il font des recherches , pour trouver des richesses sous terraines avec l’aide de la tecnologie harrp.
    Il y a trop d’evidences …. des dauphins qui crevent …des pelicans ….
    Je dis bien peut etre .
    salut.

  • Eagleeyes

    Si le cachet a disparu durant la nuit, c’est que l’aspirine fut prise avec de l’eau ! (accessoirement avec un peu de glace) ptdr

  • V pour Vendetta

    L’eau n’a pas disparue ; )

    Le Cachet II se forme grâce à la fonte du glacier Colonia, qui avec ses énormes parois de glace fait fonction de barrage naturel de retenue.
    Mais selon les scientifiques, le réchauffement des températures affaiblit peu à peu le glacier qui, quand il ne peut plus supporter la pression du lac qu’il enserre, laisse s’écouler l’eau par un tunnel se formant entre la roche et le glacier.
    L’eau se déverse alors d’un seul coup dans le fleuve Baker, qui voit son débit habituel multiplié par trois.
    Lorsque ce phénomène se produit, un système d’alerte se déclenche automatiquement pour avertir les rares habitants de la zone qui peuvent ainsi mettre leurs animaux à l’abri et rester attentifs à la montée des eaux.
    La dernière fois, le dénivellement occasionné a été supérieur à 31 mètres selon un rapport de la Direction Générale des Eaux (DGA), qui surveille le lac avec un système satellitaire. La rapide descente du niveau de l’eau s’est répercutée sur le début du fleuve Baker, qui est passé de 1.100 m3/seconde à 3.511 m3/s indique la DGA dans un communiqué.

  • Nevenoe Nevenoe

    Le diable a pris une douche ?