Accueil » Écologie, environnement et animaux, Réflexion » Les semences, patrimoine de l’humanité ?…

Les semences, patrimoine de l’humanité ?…

 Pas encore appliquée mais votée l’automne dernier, une loi prévoit de faire payer la réutilisation de semences.

 

Le 28 novembre 2011, le parlement adoptait une loi sur les « certificats d’obtention végétale ». Elle prévoit que les agriculteurs devront payer une indemnité aux semenciers, ces entreprises qui, à force de croisement, ont élaboré les variétés de semences les plus performantes et utilisées dans l’agriculture.

Actuellement, un agriculteur achète ces semences pour se lancer dans une nouvelle récolte, par exemple. Et puis, pour les récoltes suivantes, il réutilise les semences gratuitement. Désormais, il devra payer pour chaque nouvelle récolte .

Outre l’aspect économique, la crainte est de voir disparaître peu à peu les « semences paysannes ». Car en replantant, ses propres semences, l’agriculteur favorise aussi l’adaptation des plantes et leur évolution naturelle vers plus de résistance aux parasites ou au mauvais climat. Cette pratique ancestrale qui a permis d’améliorer naturellement les récoltes est donc menacée.

 Voici le reportage :

Les semences, patrimoine de l’humanité ou de l’industrie ? (France 3 Bretagne)

Image de prévisualisation YouTube

Auteur : Antonin BILLET

Source : bretagne.france3.f via Sos-Planète

 

 

14 réponses à Les semences, patrimoine de l’humanité ?…

  1. Pour qui se prennent-ils ces semenciers, ça pue Monsanto, ça pue la cupidité, ça pue l’égoïsme, ça pue l’arrogance! Ils veulent à tout prix saigner à blanc l’humanité. Les semences sont la propriété de l’humanité, données par le Créateur des semences par amour pour l’humanité!

    • « Q’un sang impur abreuve nos sillons »… (Rouget de lisle)

    • Ca pue surtout la dictature des multinationales!!!

      Evidemment…. puisqu’on se laisse faire…

      • salut Tex,

        tu l’as dit : »on laisse faire ».
        pourtant il y a beaucoup à faire,
        notamment en organisant des réseaux parallèles de récolte et distribution de semences.

        • ça fait longtemps qu’il en existent et ça fait longtemps que je ne mets que des semences naturelles dans mon potager, certes c’est une goute d’eau mais j aime pouvoir gouter aux variétés anciennes aujourd’hui interdites à la vente (!) , j’aime pouvoir manger bio et non OGM ( les deux ne vont pas de paire, car le label Bio autorise 0,9% d’ogm !) et j’encourage tout les jardiniers en herbe et même les agriculteurs à se fournir chez Kokopelli.

  2. Mais si faut éradiquer les semences industrielles !

    • Il est désormais très facile d’exproprier, si besoin est, les exploitants agricoles.
      Ils seront remplacés par des employés des firmes qui auront, en catimini, pris possession des terres.
      Ca se passe comme ça partout où il y a des terres cultivables dans le monde.
      Le nain a fait ce qu’on lui a ordonné de faire. A la hâte…

  3. Le coup a déjà été fait pour les métiers par le grand capitalisme et à peu près en même temps par la finance pour les revenus à travers le système bancaire puis financier: le résultat est que même les entreprises à but social se comportent comme des voyous vis à vis de leur salariés et que les plus vulnérables doivent payer une dette imaginaire. J’en conclus que seules de petites unités relativement autonomes avec passerelles entre elles pour éviter les dérives sont viables, telles que suggérées dans la dernière partie du reportage. Mais ça ne viendra pas tout seul.

  4. notre sperme sera taxé .
    Monsanto brevette les semences ok ?

  5. Soutenons les associations telles que Kokopelli et mettons des semences bio et des variétés anciennes dans nos potagers!

  6. Voilà un domaine où notre pays peut se mobiliser ! Encore un domaine où le nouveau Président peut intervenir. La France doit sauver son agriculture… Elle nourrissait 40 millions de personnes sans OGM, sans engrais chimiques et sans pesticides il y a encore 60 ans… Alors tout redevient possible si nous chassons les marchands du temple !

  7. Le site http://www.grainesdetroc.fr est ouvert depuis peu, et propose un espace en ligne d’échanges de graines. J’espère qu’il sera un outil de plus contre l’appropriation.