Phénomène rare : un trou noir supermassif avale une étoile

La photo est vraiment unique et magnifique, donc à partager d’urgence!!!

 

Cette image de la NASA montre la gaz émis par une étoile en train de se faire aspirer par un trou noir.

 

Des astronomes ont eu le rare privilège d’assister « en temps réel » à l’aspiration par un trou noir supermassif d’une étoile qui s’approchait trop près de lui. Selon les scientifiques, un tel phénomène ne survient en moyenne qu’une fois tous les dix mille ans dans une galaxie donnée.

« Les trous noirs sont un peu comme les requins, on considère à tort que ce sont de perpétuelles machines à tuer. En réalité, ils restent calmes durant la majeure partie de leur vie. Mais occasionnellement, une étoile s’aventure trop près, et c’est là que la frénésie carnassière se déclenche », explique Ryan Chornock, du centre d’astrophysique Harvard-Smithsonian, coauteur de l’étude publiée mercredi dans la revue Nature.

Des trous noirs supermassifs, d’une masse comprise entre un million et un milliard de fois celle de notre Soleil, sont tapis au centre de la plupart des galaxies de l’Univers. On peut en détecter certains grâce au rayonnement intense qu’ils émettent lorsqu’ils aspirent des gaz situés dans leur voisinage. Mais si l’environnement des trous noirs est pauvre en gaz, ce rayonnement est faible. Il est donc particulièrement ardu d’étudier les trous noirs « dormants », sauf à les surprendre en pleine action, ce que sont parvenus à faire Ryan Chornock et Suvi Gezari, de l’université américaine Johns Hopkins.

« DIGESTION » DU CŒUR D’UNE GÉANTE ROUGE

Le 31 mai 2010, dans l’objectif du télescope Pan-Starrs 1 à Hawaï, ils ont découvert une lueur inattendue provenant du cœur d’une galaxie située à 2,7 milliards d’années-lumière. La lueur est devenue de plus en plus intense pour atteindre son point culminant le 12 juillet, avant de s’évanouir progressivement. « Nous avons observé la fin d’une étoile et sa digestion par le trou noir en temps réel », explique Edo Berger, qui a participé à l’étude.

Cette lueur émanait d’un trou noir supermassif qui était jusqu’alors à l’état « dormant », une masse d’environ trois millions de fois celle du Soleil, équivalent à celle du trou noir situé au centre de la Voie Lactée, notre galaxie. L’étoile engloutie par ce trou noir était tellement proche de lui que les « forces de marée » générées par le champ de gravité du trou noir l’ont littéralement démembrée. Les gaz qui la constituaient ont alors été aspirés par le trou noir, subissant une telle élévation de température qu’ils ont produit la lueur observée par les astronomes.

Les analyses du phénomène ont révélé qu’en l’occurrence le trou noir s’était gorgé de grandes quantités d’hélium. Cela signifie que l’étoile absorbée était le cœur d’une « géante rouge ». L’enveloppe d’hydrogène qui constituait son atmosphère avait vraisemblablement déjà été digérée lors d’un précédent passage aux abords du trou noir. « L’étoile avait de peu survécu à sa première rencontre avec le trou noir, et le deuxième round lui a été fatal », résume Ryan Chornock.

De son côté, « Sgr A* » (Sagittarius A étoile), le trou noir supermassif se trouvant au centre de notre galaxie, s’apprête à engloutir prochainement un gros nuage de gaz qui s’en approche. La vitesse de ce nuage a déjà quasiment doublé au cours des sept dernières années et atteint déjà 8 millions de km/h. Durant l’été 2013, le nuage s’approchera à 40 milliards de km de « l’horizon des événements » du trou noir, limite à partir de laquelle ce qui s’y passe reste inaccessible, aucune matière ni lumière ne pouvant s’en échapper pour nous le dévoiler.

Source: lemonde.fr

21 commentaires

  • NEO

    Et dire qu’un jour ou l’autre, ce sera notre soleil qui, devenu tellement chaud en fin de vie, imposera des températures insoutenables à tout ce qui se trouvera autour de lui en devenant une naine blanche.

    D’ici là, la terre sera devenu inhabitable depuis des lustres et les êtres humains (s’ils en sont toujours) auront peu être déja quitté le système solaire pour aller exploiter d’autres planètes semblables à la notre, et les dellaisser une fois mortes.

    Tout ce qui se sera passé sur la belle planète bleue depuis sa naissance jusqu’à sa mort, n’aura de valeur que dans la mémoire d’êtres ou de machines qui ne sauront plus ou n’auront jamais su ce qu’il s’agissait de « vivre ».

    • Antinukciv

      Espérons que l’homme peut vivre heureux ailleurs que sur la terre! Nous l’aurons hélas surement détruite avant le soleil.

      L’homme doit quitter son berceau ! Et ce n’est pas une mauvais chose. C’est un espoir.

      Mais pour cela, il faudrait mettre toute notre intéligence dans navigation et la colonisation spatiale, pas dans la guerre…

      • Philippe

        Ainsi, il y aurait donc des trous noirs qui se baladeraient dans l’univers et qui se nourriraient d’étoiles et puis un jour l’un d’entre eux avalerait notre cher soleil… Mais on ne peut les voir car ils sont noirs, ce qui fait qu’ils ne sont pas directement observables … et ils sont faits d’antimatière, c’est-à-dire un truc qui attaquerait la matière… et ses fameux trous noirs doivent bien évidemment se trouver loin d’ici… ben ouais sinon demain, ceux qui les ont inventés, pourraient en se réveillant, avoir disparu eux-mêmes… Mais qui sont ceux qui ne les voient pas mais qui disent qu’ils existent ? Ceux-là même qui voient l’univers façonné avec l’explosion soudaine à un moment précis, d’une matière mystérieuse, existant de toute éternité et venant de nulle part, qui ne pouvait errer plus longtemps dans l’espace sans limite. Et cette explosion extraordinaire et le chaos qui s’en suivit, donna naissance aux galaxies bien ordonnées en mouvements et à tout ce qui s’y trouve… ainsi naquit la vie, et grâce à la fameuse évolution une algue marine choisie par le hasard fut progressivement transformée en poisson osseux qui, ne pouvant plus rester dans l’eau fut changé progressivement en rougeur terrestre, puis en singe moyen et, dans ces derniers temps, en grand savant…

    • Tex

      Ou bien l’humain se sera enfin libéré de son corps physique…

      • hopix

        Cette « possibilité » me semble bien impliquer le fait qu’alors, nous sommes déjà en partie dissociés de notre corps physique. :)
        Même si celui-ci nous occupe (presque) à « plein temps ».

  • Bouffon

    Ça arrive juste 10 millions de fois par années et les types essaient de nous faire croire qu’ils ont trimer dur.
    – Faut arrête le speed les gars !

  • Jevérifie

    Tellement beau… Mais essayer de photographier ! C’est juste une image de simulation (voir site Science et vie)

  • dudul

    si quelqu’un à des infos sur cette événement, le trou noir a-t-il ‘pulsé’ suit à l’absorption?

    • Maverick

      Ben à priori, la seule chose qui pourrait « pulser », c’est ce que le trou noir est en train d’avaler : Tout ce qui se passe au-delà de l' »horizon des évènements » est invisible.

  • fotoulavé fotoulavé

    Moi, les trous noirs ça m’inspire !

  • pokefric pokefric

    N’oubliez pas le spectacle de la super moon le soir du 5 (demain) et 6 mai.

  • algorythme

    Au vu des termes employés (carnassier, machine à tuer…), je vois surtout une grande incompréhension du monde scientifique pour le moment quant à ce que sont les « trous noirs ».

  • st malo q

    en temps réel …

    ça se passe à des milliards d’années lumière …

    ahhh kesski faut pas ecrire pour attirer le chaland …