Annuler les dettes illégitimes, créer une société post-extractiviste…

L’organisation du monde repose sur quatre piliers : l’extractivisme, le productivisme, le consumérisme et les profits. Une sorte de plateforme est posée à leur sommet à la manière de celles qui servent à extraire le pétrole, l’énergie principale de ce système. Ni en pleine mer ni sur la terre, les piliers sont maintenant tellement hauts que la plateforme est au-delà des nuages.

Là, une très petite partie de la population -que certains nomment oligarchie– vit comme dans un paradis (fiscal), totalement déconnectée des problèmes quotidiens de la majorité des habitants et des questions écologiques. Bien sûr, ce monde organisé par et pour ces gens vivant au-dessus, produit des déchets, des pollutions et du réchauffement. C’est le cinquième pilier, « l’alien », celui que l’on ne veut pas voir, celui des externalités négatives.

L’extractivisme est le plus imposant, celui sans lequel les autres n’auraient pu être érigés, ni la plateforme montée si haut. Il est constitué par le pillage des matières premières fossiles, minérales, agricoles, sylvicoles et halieutiques : l’appropriation, par quelques uns, des 4 éléments que sont l’air, l’eau, la terre et le feu (pétrole, uranium, charbon), des biens communs appartenant à tous.  

Il a été construit avec le pillage de la force de travail des esclaves et des peuples colonisés de l’ancien temps comme celui des employés et des petits producteurs d’aujourd’hui qui n’ont pas les moyens de nourrir, éduquer et soigner leur famille.

A l’image de ces ouvrièr(e)s de Foxconn qui fabriquent les i phone, i pod, etc. en Chine. Ou, pire encore, celles du textile au Bangladesh qui travaillent -pour Zara et bien d’autres marques connues- plus de 200 heures, pour 30 ou 40 euros par mois. Des femmes, voire des enfants de moins de 15 ans, qui périssent trop fréquemment dans l’écroulement de leur usine mal construite ou dans l’incendie de ces ateliers dont les portes sont cadenassées afin de les contraindre à travailler devant leur machine, tard le soir.

Privatiser les ressources naturelles, sous-payer le travail, et surtout ne jamais porter la responsabilité des pollutions et des désastres environnementaux, impliquait de trouver une solution de remplacement après la fin de l’esclavage puis la décolonisation de l’après dernière guerre.

 

Alors l’endettement des pays et la corruption de leurs élites dirigeantes ont été soigneusement organisés par les gouvernements et les oligarchies du nord aidés par les institutions internationales à leurs soldes, Banque Mondiale, FMI, OMC pour assurer la continuité de l’extractivisme. La grande crise de la dette des années 80 a permis de parfaire le travail en imposant le libre échange à tous : une vraie concurrence faussée.

Aujourd’hui les pays les plus riches en ressources naturelles ont les populations les plus pauvres. La malédiction des matières premières s’est abattue sur le Congo RDC avec une telle violence que selon le NY Times c’est près de 7 millions de congolais(es) qui sont morts assassinés depuis 15 ans dans l’est du pays, là où les sous-sols sont les plus riches du monde, là où l’IDH (indice de développement humain) est un des plus bas au monde.

Les PED (pays en développement) ont été envahis et conquis par les transnationales extractivistes. Elles laissent si peu de miettes que le remboursement de la dette publique, cet outil de l’asservissement des peuples, n’en finit jamais.

Au nord, l’extraction, par les actionnaires des plus values produites par les salariés, avait déjà fortement augmenté depuis la contre révolution conservatrice entamée dans les années 80. Mais la grande crise de la dette privée qui a débuté en 2007 avec les prêts « subprimes », conséquence de l’appauvrissement des salariés, a permis de renforcer encore ce processus.

Pour sauver les banques privées, obèses et malades de leurs créances toxiques, les états les ont transformées en dettes à rembourser par les contribuables. La majorité des états associés en Europe à la BCE et au FMI, ont imposé ce transfert.

Traduction : baisse des salaires et des retraites, détérioration et privatisation accélérée des services publics, hausse de la TVA, baisse des impôts des plus riches, maintien des paradis fiscaux, augmentation de la dette publique sont quelques aspects de la croissance de l’extractivisme au nord au profit de l’oligarchie protégée par l’opacité des nuages qu’elle fabrique. Cela contre l’avis de grands penseurs de l’économie comme Paul Krugmann ou Joseph Stiglitz qui connaissent la spirale récessive que ces décisions créent.

Faire tomber la plateforme, un rêve ! Voyons plutôt comment nous, les 99%, pourrions déconstruire les piliers…….

[…]

Pour lire la suite de ce… riche (!) article, cliquer ICI

Auteur : Nicolas Sersiron

Source : www.cadtm.org via TerreSacrée

32 commentaires

  • boris

    bonjour, à voir sur la dette http://youtu.be/FhkqN6KTtJI
    très intéressant

  • dudul

    bonjours tt le monde,

    très belle article.
    je reviens sur une phrase précise de l’article:
    « Pour sauver les banques privées, obèses et malades de leurs créances toxiques, les états les ont transformées en dettes à rembourser par les contribuables. »

    la plupart savent exactement se que ça veux dire, pour les autres cette phrase peux être un peu complexe… en simple voila se que ça veux dire:

    je privatise les profits, et nationalise les pertes…
    c’est comme si vous jouiez au casinos, mais que si vous perdiez, l’état payaient à votre place.
    « le casinos gagnant-gagnant (sauf pour le peuple) »

  • Maverick

    La Guerre est si belle, vue depuis les gratte-ciels de Wall Street et de la City …

  • phenix

    cela revient exactement à ce que disait JOHN PERKINS dans la confession dans ancien assasin économique,
    « il y a deux façon d’asservir un peuple ou une nation, l’une par la dettes l’autre par la guerre ! »

  • Scouby

    Dans cette vidéo, nos pragmatiques voisins parlent très bien de la dette de l’Etat français :

    http://www.youtube.com/watch?v=KGZfAo9yiSs

  • Maia

    Bonjour,
    un article, qui offre, en effet, matière à réflexion voire prise de conscience au moment où un nouveau glissement sémantique à le vent en poupe : « productivité » disparaît au profit de « compétitivité » (cf pub edf) ; sous-entendu probable : de la compétition de tous contre tous.

    Et peut-être ne faut-il pas oublier que nous sommes aussi (plus ou moins) le matériau, dont sont faits les piliers évoqués : à travers nos modes de consommation par exemple.

    Argh ! Comment faire ?
    Indignation ?
    Cela ne suffit pas (pas de relais politique du fait de la trahison des politiques).
    Insurrection (récent glissement sémantique de Stéphane Hessel passé d’un « indignez-vous » à un « insurgez-vous » à propos du nucléaire) ?
    Impossible si l’on considère les moyens de répression, dont disposent les tenants du pouvoir.
    Reste donc la sécession, une forme de désobéissance civile non violente la plus complète possible (pour imager : la mutation d’un mouvement ouvrier en un mouvement vivrier ?), qui impose de sacrément (terme employé à dessein en lien avec le caractère « sacré » de la vie) se retrousser les manches …

    Cela dit, peut-on se déprendre du développement s’il s’agit d’un système de croyance de type religieux et non d’un simple concept d’analyse aboutissant à la mise en œuvre d’un projet, qui s’avère, à l’expérience, insoutenable ?
    Est-il possible de faire éclater la structure « religieuse », qui le protège ?
    La charge mythique, qui surdétermine positivement la notion de croissance n’est-elle pas trop puissante pour que l’on puisse passer outre ?
    Là réside, peut-être, le fond du problème et l’on ne peut guère présupposer de la capacité future de nos sociétés à briser l’imaginaire économique.

    Un certain Gödel a dit (entre autres) :  » tout système atteint un point culminant à partir duquel les problèmes qu’il engendre ne peuvent être résolus, qu’en sortant du système. »

  • BOBN

    Partout, dans tout les pays, il faut refuser de payer la dette publique illégitime aux financiers et aux fortunes qui s’en engraissent. Ce qui signifie une expropriation de fait des banques et de tous les groupes financiers, leur saisie sans indemnité ni rachat. Arrachées des mains des intérêts privés, elles seraient alors unifiées en un seul service public financier, ou encore ce qu’un des « Économistes Atterrés », Frédéric Lordon, appelle un « système socialisé de crédit », c’est-à-dire sous le contrôle des travailleurs et de la population………
    http://2ccr.unblog.fr/2012/04/18/mettre-au-pas-la-finance/

  • ratgana

    Sacré jeux de mots :  » Be the change « 

  • À l’attention de tous: je suis en pane d’internet! Numéricable qui fait très fort ne peux pas venir me dépanner avant LE 10 MAI!!! Le souci est dans mon immeuble, pas chez moi, donc rien ne peux être fait chez moi, juste pour l’info.
    Autre chose, j’utilise mon vieux N95 comme modem mais loin, très loin d’être l’idéal, à 480ko/s environ, je ferai donc ce que je peux jusqu’à rétablissement de la ligne.

  • boono boono

    Excellent article,
    qui explique trés bien l´imminence d´un changement de paradigm, ou plutot la nessecité de démanteler cette croyance que seule le profit régis ce monde…

    … Ils y a tellement d´autres choses qui ont de la valeur!

    Sur AgoraVox un autre article que j´éspère vous n´avez pas manqué, genialissime pour son contenu, ca ma mis direct de bonne humeur, un trés haut des administrations américaine, medecin et militaire qui pour Alex Jones débale tout le 9/11 avec des preuves colossales… Faut l´entendre, avec l´excellente traduction de hussarddelamort (merci), c´est ahurissant et cela correspont bien ce que l´on voit aujourd´hui aux etats unis, les actes d´accusations sont en train de s´écrire et bientot seront présenter fasse aux tribuneaux… J´ESPERE!

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/d-une-source-haut-placee-du-115891

    • Maverick

      Steve Pieczenik est bien docteur, mais pas en médecine … A priori, il a été sous-secrétaire d’état (genre chef de cabinet) avec des grosses pointures comme Schultz et Kissinger, et connait bien les questions de renseignement. Pour ce qui est du triomphe de la vérité, je partage tes espoirs, mais j’ai du mal à comprendre pourquoi ils auraient gardé Oussama au frigo, alors que le macchabée d’un sosie aurait aussi bien fait l’affaire (surtout avec une balle dans le portrait) ? Il suffisait de garder des échantillons d’ADN, et de brûler le reste …
      Je veux bien que le « croque-mitaines » Ben Laden a pu être utile toutes ces années, que sa cavale fait un peu penser à la mort d’Elvis, et que c’est vraiment pas de chance que tous ces SEALs soient morts dans le crash de leur hélico peu de temps après l’opération, mais … Mais … Il faut noter que ce Mr Pieczenik semble avoir pas mal travaillé avec des gouvernements Républicains ?
      Je me demande quand même si ces « révélations » ne sont pas plutôt destinées à nuire à Obama (Démocrate), en lui volant le bénéfice politique de la mort de Ben Laden et en faisant de lui un complice objectif du 11 Septembre et un menteur (ce que les américains détestent). N’oublions pas que là-bas aussi, 2012 est une année d’élection présidentielle.

      • volnitza

        sauf que les seals de l’opération ou ben laden a été liquidé ne sont pas mort dans le crash…
        Même unité ,mais pas la même section…

      • Maverick

        Bah, de toutes façons, c’était facile de faire une opération dans l’opération (3 agents dont la vraie mission était d’éliminer Benny en profitant du bordel ambiant, ni vu ni connu). Donc pas besoin d’éliminer tout le monde. Une section de SEAL, il doit bien falloir 5 ans pour la remplacer, c’est pas comme du matériel … Et puis ça se saurait, la motivation des troupes en prendrait un sale coup.
        Par contre, j’ai des doutes sur la candeur et l’indignation de Pieczenik.

    • Maverick

      Autant pour moi, il dit bien « physician », (médecin généraliste)… Ca semble un peu bizarre de faire des études de médecine pour ensuite faire de la politique, mais bon. Par contre les vidéos données en lien par agoravox ne sont que 3 sur les 5 disponibles sur Daily Motion (chercher le profil de Super_Resistence) Voilà le lien vers la première; les 5 sont traduites par hussarddelamort et CaptainAnderson.

      http://www.dailymotion.com/video/xiop97_dr-steve-pieczenik-temoigne-sur-ben-laden-1-5-a-voir_news

      • boono boono

        Oui j´ai vu le truc et je recommande la visio des cinqs video.

        C´est sur le gars est du TEA PARTY, il est republicain, super patriote et il déteste Obama plus que tout mais pour comprendre il faut le mettre son discours et le personnage dans un contexte americain.

        Et selon les rumeurs il me semble que bien des choses on avancé dans l´ombre cette derniére année… Qu´en pense tu?

      • Maverick

        J’en pense surtout qu’il faudrait savoir quand exactement est attendu le « Peak Oil ». Parce que les changements en Méditérrannée, la pression sur l’Iran, AQMI qui s’agite au Mali et au Nigeria, Le Soudan, le regain de tension autour des Malouines, ça ressemble à une razzia sur les derniers bons gisements de pétrole. Après il ne restera plus que la fracturation hydraulique et l’Off-Shore …
        Et le programme nucléaire iranien, ça ressemble à « comment économiser notre pétrole pour quand ça sera vraiment devenu rare et cher ».
        Si ça se trouve, on est déjà au point où l’extraction de pétrole ne pourra plus augmenter, mais baisser à cause de l’épuisement de la ressource …

      • boono boono

        Y´en a beaucoup qui le dise, le PEAKOIL c´est deja là…
        Je suis d´accord qu´il a l´air de mener un combat personel et son appartenance aux TEAPARTY nous seulement colore vivement son discours mais aussi le compromet.

  • pokefric pokefric

    HS Dans quel monde vit on ?
    Que penser de l’affaire Amine Bentounsi ?

    Amal Bentounsi, la soeur de l’homme tué par une balle dans le dos samedi dernier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) par un policier mis en examen pour homicide volontaire, est formelle : cela fait longtemps que son petit-frère était devenu « l’homme à abattre ». Selon elle, il a été délibérément liquidé par la police qui « lui en voulait » depuis plus de 10 ans.

    Le Parisien.fr rapporte ainsi qu’en 2000, le jeune Amine Bentounsi, alors âgé de 16 ans, « avait prétendu au commissariat de Meaux recevoir de l’argent liquide de la part d’un responsable de l’office HLM local pour brûler des voitures dans les quartiers afin de justifier la politique sécuritaire de Jean-François Copé, le maire UMP.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/mon-frere-a-ete-assassine-27-04-2012-1974370.php

    Ses déclarations enregistrées sur procès-verbaux avaient été reprises par des médias nationaux, avant que des sanctions soient prises à l’encontre du commissaire et de son adjoint ». Sanctions que les policiers n’auraient, selon Amal Bentounsi, « pas digéré ». A l’époque, Jean-François Copé avait crié à la manipulation policière.

    http://www.leparisien.fr/maison-rouge-77370/le-caid-de-meaux-avait-debute-sa-carriere-a-12-ans-24-04-2012-1969580.php

    Vendredi, , la jeune femme a réitéré ses accusations au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC : « Mon frère a été assassiné (…) C‘est un meurtrier qui a volontairement tué mon frère en lui tirant dans le dos, c’est une bavure, ce n’est pas du tout de la légitime défense et il y a des témoins, une autopsie qui le prouvent ».

    http://www.menly.fr/buzz/news/75910-amal-bentounsi-soeur-amine-colere-rmc-frere-assassine-bavure/

    • hopix

      le truc très tendance de Copé à présent : il délocalise ses « racailles » (guillemets) de barres d’immeubles de Meaux vers les villages alentour et même assez loin.
      Je suppose que là aussi y’a des incitations en tous genre.
      y’a t-il un lien de causalité avec ce qui précède ? hum ;)

    • Maverick

      J’ai du mal à comprendre comment les flics pourraient en vouloir à Bentousi pour la fuite dans la presse de P.V. dont ils avaient la charge ? Et ce n’est pas lui qui a sanctionné le commissaire et son adjoint. Si les flics avaient une raison de le « fumer », c’est peut-être qu’ils en avaient marre de ce petit caïd qui se croyait protégé ? (Encore qu’à leur place, j’aurais arrangé l’affaire plus discrètement)
      A moins que ce ne soit encore une provocation éléctorale, l’occasion pour Sarko de rouler des mécaniques face au laxisme des juges et contre l’insécurité ?
      Cela dit, attendons de voir ce que donnera l’enquête. Et abstenons-nous de travailler pour la DCRI ou les politiciens; c’est trop précaire, et bonjour les accidents du travail …