Accueil » Argent et politique, Écologie, environnement et animaux, Réflexion » La Hague : secrets et mensonges d’une usine nucléaire française….

La Hague : secrets et mensonges d’une usine nucléaire française….

On a le droit d’être pour ou contre le nucléaire, on peut se dire que sans cette énergie mortifère, la France devra dépenser encore plus dans les énergies fossiles, on peut faire confiance aux instances chargées de la maintenance et du retraitement des déchets. On peut aussi fermer les yeux, et croire ceux qui ne veulent surtout pas que les énergies renouvelables soient disponibles. Le nucléaire a tué et tuera encore, ce n’est qu’une question de temps, mais surtout de l’inconscience ou de l’incompétence des « ir-responsables » qui  veulent et vont sous-traiter les installations. Au lieu d’un personnel qualifié et performant suite à « des retours d’expérience » comprendre par là des accidents graves, qui n’ont pas été médiatisés, on va donner la gestion à des « bleus » qu’il faudra former, des « bleus » qui seront en possession de la théorie, sans la pratique. Les InRocks ont fait un excellent dossier que je vous conseille de lire. Détaillé, concis, il met en évidence les carences et le danger permanent auquel, sans état d’âme, les « fous furieux » qui prétendent nous protéger, nous soumettent en silence. Lisez à quoi nous avons échappé en 1980, ça fait froid dans le dos….

 

La Hague : dix mille tonnes de combustibles irradiés, soit la plus grande concentration de matière fissile au monde

A l’usine nucléaire de La Hague, un simple toit de tôle abrite dix mille tonnes de combustibles radioactifs. Une attaque terroriste pourrait provoquer un accident équivalant à six Tchernobyl. Où l’on apprend aussi que l’usine a caché pendant trente ans au gouvernement les causes du plus grave incident de son histoire.

C’est officiel depuis le 15 septembre, le ministre de l’Industrie Eric Besson l’assure avec aplomb : « Le niveau de sûreté des centrales nucléaires du pays est élevé. »

Après Fukushima, l’Europe a imposé à chaque pays européen de soumettre ses installations nucléaires à des « stress tests ». Areva a remis, il y a quinze jours, ses évaluations de sûreté dites « post-Fukushima » pour l’usine nucléaire de La Hague. Trois cents pages pour imaginer les « événements redoutés » ou les « agressions externes » d’origine accidentelle ou naturelle. Grand absent : le scénario terroriste.

Ce risque d’attentat, la Commission européenne voulait pourtant, en mars dernier, qu’il soit inclus dans les tests imposés aux installations nucléaires européennes. La France et l’Angleterre s’y sont opposées. La raison ? Un stress test de nos centrales sur la menace terroriste aurait mis au jour une grave vulnérabilité dont l’Etat français ne veut pas entendre parler : à côté des réacteurs nucléaires, les piscines d’eau réfrigérée dans lesquelles on entrepose le combustible nucléaire usé avant son retraitement ne bénéficient d’aucune protection solide contre les chutes d’avions ou une attaque terroriste.

Une enquête des Inrocks avait déjà pointé cette faille dans la sécurité de chaque centrale française. Preuve de ce talon d’Achille, dans les futurs réacteurs EPR, que Nicolas Sarkozy est en train de vendre en Asie, en Europe ou en Afrique, les piscines seront désormais intégrées sous une coque de béton antiaérienne.

(…)

La Hague n’est pas une centrale nucléaire. C’est une usine qui récupère le combustible usé des centrales pour en séparer les éléments radioactifs, tels le plutonium et l’uranium. Au fil du temps, se sont accumulées en son sein différentes casseroles radioactives : soixante tonnes d’oxyde de plutonium –l’élément le plus dangereux de la planète– enfouies dans le sol, divers produits de fission et surtout l’équivalent de cent huit coeurs de réacteurs nucléaires faisant trempette dans ses quatre piscines.

Du haut d’un perchoir en verre, vêtu d’une combinaison blanche intégrale et d’un masque à gaz porté à la ceinture au cas où, on domine l’immense piscine D, sorte de double bassin olympique d’un bleu fluo avec ses neuf mètres de fond, abritant, dans de multiples paniers, l’équivalent de deux mille tonnes de combustibles irradiés en train de refroidir.

Piscine D, par 9 mètres de fond : des paniers de combustibles usés

Cette piscine est la même que celle qui a été partiellement détruite à Fukushima, celle sur laquelle on a vu s’affairer des hélicoptères et des lances de pompiers pour empêcher qu’elle ne se vide. En vain. La piscine accolée au réacteur numéro 4 s’est mise à bouillir, son eau s’est évaporée, de l’hydrogène s’est formé, le toit a explosé et des éléments radioactifs ont commencé à se répandre.

A La Hague, les combustibles entreposés sont moins « chauds » qu’à Fukushima car ils ont entre six et neuf ans, mais la plupart des éléments radioactifs qu’ils contiennent mettant des dizaines et pour certains des milliers d’années à disparaître, ils sont tout aussi dangereux en cas d’accident.

Autre différence avec les piscines nippones : dans l’eau des quatre piscines de La Hague bâties côte à côte, on compte dix mille tonnes de combustibles irradiés, soit la plus grande concentration de matière fissile au monde, le double de ce que contiennent les cinquante-huit centrales nucléaires de l’Hexagone.
(…)

Pour lire la suite de cet inquiétant article, cliquer ICI

Auteur : Geoffrey Le Guilcher

Source : www.lesinrocks.com via Sos-Planète

18 réponses à La Hague : secrets et mensonges d’une usine nucléaire française….

  1. Je me souviens de Creys Malville.
    C’était encore un chantier. Les gendarmes mobiles étaient sur le coup. Il y a eu un mort. Et la centrale a été achevée.

  2. Pour une fois qu’en France on a quelque chose de plus gros qu’ailleurs, on ne va pas se plaindre non ? :)

    Plus sérieusement… Comme par hasard, le scenario terroriste n’est pas pris en compte ??? Ben pourtant, c’est vachement à la mode ça, le terrorisme non ? Faudra les prévenir, ils ont du oublier.

    J’ai une question; si un expert en ingénierie nucléaire peut répondre, ce serait cool (Maverick ? A moins que tu ne sois qu’arme conventionnelle…): quid d’un envoi d’une ogive nucléaire là-dedans ?
    Pourrait-il y avoir une réaction en chaîne dans ces matériaux dit « fissiles » ? En théorie, ça ne serait pas beau. Je doute que cela équivale une bombe de 10KT de plutonium, mais ça doit quand même être un résultat plutôt sale…? Genre, fin du monde ?

    • Même si je doute qu’une réaction nucléaire ne s’enchaîne, la mise « à feu » d’une arme atomique ne suivant pas le même processus que le fonctionnement d’une centrale… Mais bon…

      • Je ne suis pas expert, je précise.
        Mais il suffit qu’il y ait le feu et la dissémination serait massive. Une explosion n’est pas forcément non plus une réaction en chaîne.
        Rassuré ? ;)

        • Je sais que rien que la dissémination des « poussières » de 10.000 T de plutonium dans l’atmosphère suffirait à réduire la vie au néant sur terre (sauf peut-être les scorpions et les oursons-d’eau, et autres extrémophiles), mais je me demandais si quelque chose de plus cataclysmique, spectaculaire, était possible.

          C’est pour faire une surprise pour le 14 Juillet prochain :p

          • Bah comme le disait un certain lascar (connu comme le loup blanc) : ensemble tout devient possible.
            Y compris le feu d’artifice au 14 juillet, voire …

    • Faudrait demander à un physicien … Je pense que le risque est plus une fusion des matériaux qu’une réaction nucléaire, genre ce qui est arrivé à Fukushima: Explosion d’hydrogène, dispersion de radioéléments dans l’atmosphère, fuite du « corium improvisé » vers les nappes phréatiques et la mer … Honnêtement, utiliser une bombe nucléaire contre La Hague, ça n’aurait aucun sens, autant s’en servir directement contre Paris.

      • Le vrai scénario catastrophe que je vois pour La Hague, c’est la méga-éruption solaire : L’installation devient incapable de fonctionner, et il n’y aurait pas moyen d’intervenir, vu que tout le matériel serait mort, à commencer par les compteurs Geiger, les téléphones, les camions, les pompes à essence. Ca ou un truc du genre séisme, tsunami ou météore.
        Pour ce qui est des terroristes, on pourrait envisager plein de scénarii, mais ça devient vite hollywoodien, trop de moyens, de gugusses … Impossible à monter sans se faire attraper ou intercepter (y compris par une paire de « Rafale »). Et une attaque informatique ? On a vu que Israel et les USA n’ont (apparemment) pas pu faire grand-chose en dehors du virus StuxNet contre le programme nucléaire iranien… autant dire rien. (les savants assasinés, c’est autre chose).

  3. Le mensonge de Fukushima Édifiant, stupéfiant !!!
    http://911nwo.info/2012/04/29/no-comment-le-mensonge-de-fukushima/
    Et si c’était pareil chez nous ? C’est pareil? Et bien………

  4. si ce sont les même stress test que pour les banques…. on n’est pas dans la merde …

  5. Ben là, ont a tous un trés, trés gros prôblème ! (tiers)

  6. Et puis là c’est pas l’histoire de types qui niquent les autres en leurs faisant croire que leurs images ont une valeurs.
    C’est du lourd (comme l’eau qu’ils utilisent), c’est pas le truc qu’on arrête quand on veux.
    Même si on stop la production de matières radioactives maintennant, ce qu’on a déjà en stock va nous faire que des soucis pour un gros paquet de siècles avenir.

  7. Bah, je suis sure qu’une ménauposée brune gaucho et un petit chevelu blond ne peuvent entrer dans une centrale nucléaire française comme ça, encore moins un syrien, une corse ou un israélien sympa !!!

  8. bonsoir,pour repondre a john de 16 h44,ne suis pas espert nucleaire du tout,mais le probleme d une hypothetique explosion d une piscine a la hague ou sur un site regroupant beaucoup de matiere fissile ,nous l avons actuellement avec la piscine du r4 de fukushima daiichi,c est a dire que si il s ecroule ou si l exemple du missille ou autre « joyeusete » et bien la quantite de carburant nucleaire alors a l air libre et donc se consummant ferait que cela rendrait inaccessible l entierete du site nucleaire (l ensemble de la hague)ou pour fukushima :et daiichi et daiini(a cote)a cause des radiations (aucun humain ne survivrais a l approcher et aucun robot dont l electronique ne supporte pas un certain niveau,donc impossibilite de s occuper du reste des sites et reaction en chaine,piscine ,reacteur,etc etc,,ce scenario d extinction de la vie sur terre est actuellement en cours au japon,si la piscine du 4 s ecroule,on ne peu plus s approcher a moin de plusieur km ,,et là c est tout qui brule , bingo ,imparable,,,une urgence mondiale que l on laisse traiter par une compagnie privee(nationalisee depuis peu je croit),,c est « ubuesque »,,de l ordre du cauchemar eveillé,,il faut absolument là bas des moyen en consequence et mondiaux depuis 13 mois,,on est bien loin d un probleme d argent,,et bien , »non »on en cause tres peu et tres peu est fait apparement,,une farce,,comment peut on encore donner une once de confiance aux gens a qui l on as delegué(hum) le pouvoir de decider,,nous sommes dans le domaine de la folie furieuse a ce niveau je trouve,,mais bon,,
    bien a vous tous,au revoir
    tieri.

  9. et que dire des rejet en mer autorisé.voici un document sur une etude de la criirad qui porte sur les controles radiologiques dans l’environnement des installations nucléaire de la hague http://www.criirad.org/actualites/communiques/rapports-etudes/grnc/annexe1-1.pdf