Accueil » Écologie, environnement et animaux, Médical et alimentation, Réflexion » A. Gundersen, les fusions de cœurs à Fukushima pourraient causer un million de cancers..

A. Gundersen, les fusions de cœurs à Fukushima pourraient causer un million de cancers..

Même si Arnie Gundersen parle de Fukushima et des centrales américaines, ça ne rassure pas pour autant, avec la fuite et l’arrêt automatique de deux réacteurs chez nous….. Ecoutez bien Mr Gundersen, vous semble t-il qu’il y ait maitrise quelconque, ou affaire de gros sou..Il est dommage que la journaliste lui coupe la parole à la fin…..

Image de prévisualisation YouTube

Arnie Gundersen passe sur Democracy Now pour parler des effets à venir des radiations sur le peuple japonais et de sa contribution récente au rapport de Greenpeace « Les leçons de Fukushima »
Auteur
Vidéo source : http://fairewinds.com/content/gundersen-fukushima-meltdown-could-result-one-m…
Traduction & sous-titrage par mes soins, avec l’autorisation de Fairewinds.
Merci à Eyael pour son aide.

Du tritium détecté pour la première fois dans un puisard

D’après la conférence de presse de 18h de TEPCO du 4 avril :
  • 1,6 x 10^0(?) becquerels/cm3 de tritium a été détecté pour la première fois dans l’eau d’un puisard.
  • Son taux est à peu près le même que celui détecté dans les fossés souterrains.
  • Le puisard se trouve à environ 500 mètres à l’ouest des réacteurs, à une élévation de 30 mètres au-dessus du niveau de la mer, et 20 mètres plus haut que les bâtiments des réacteurs.
  • La nappe phréatique coule de ouest en est, il est donc improbable que le tritium provienne de l’eau contaminée des bâtiments de réacteurs/turbines.

Je n’ai pas encore trouvé les données de TEPCO sur leur site, bien que Matsumoto ait dit que cela avait été publié.

De nouvelles fuites à la centrale, toujours de l’eau traitée après osmose inverse

TEPCO va tenir une conférence de presse spéciale à 11h le 5 avril.

Informations par le Jiji Tsushin (5 avril) :

  • Une fuite d’eau traitée après désalinisation a été découverte.
  • Une partie de l’eau a pu s’écouler dans l’océan par le fossé.
  • À 1h05 le 5 avril, une augmentation soudaine d’eau venant de l’appareillage de désalinisation vers un réservoir d’eau traitée a été remarquée et l’appareil a été fermé manuellement 5 minutes plus tard.
  • Un ouvrier de TEPCO a trouvé la fuite sur un tuyau à 1h50.
  • 30 minutes plus tard, la fuite a cessé.
  • L’eau contient probablement une grande quantité de béta nucléides y compris du strontium-90. Une analyse de l’eau est en cours.

================================

Conférence de presse de TEPCO du 5 avril à 11h :
12 tonnes d’eau traitée (avec une grande concentration de beta nucléides) a pu fuir dans l’océan.

Le tuyau en Kanaflex a été découplé.

Ce que le Jiji a rapporté parlait de la dernière (sur un total de 3) tentative de TEPCO de redémarrer le système. Le système a stoppé pour la première fois une heure plus tard.

Coïncidence : SARRY (tour d’absorption du césium de Toshiba) s’est arrêté à 1h05.

Chronologie :
0h00 : l’appareil de désalinisation est entré en service, l’eau traitée allant de l’appareil vers un réservoir de stockage au rythme de 50 m3/heure.

0H06 : le rythme d’écoulement est monté subitement à 70 m3/h. C’est dû au découplement du tuyau en Kanaflex mais TEPCO ne l’a pas réalisé.
0h13 : le système s’est coupé automatiquement.
Entre 0h50 et 1h10 TEPCO a tenté de redémarrer manuellement, trois fois. À chaque fois, le système se coupait automatiquement. Temps opératoire total 10 minutes.

Donc, 70 m3/h x 1/6 = 11,67

TEPCO pense que la majorité de l’eau est partie dans le fossé et dans l’océan.

Une analyse des nucléides est en cours à la centrale de Fuku II.

Toyota est impatient d’aider à l’élimination des débris sur le site de son usine dans la préfecture d’Aichi

L’usine Tahara de Toyota dans la préfecture d’Aichi fabrique des Lexus (haut de gamme de Toyota). L’usine se trouve sur un site de la baie de Mikawa et la société dit qu’il y a plein de place pour les débris de Tohoku.

(…) Toyota a démarré des pourparlers pour construire un site d’élimination dans l’enceinte de son usine de Tahara. Une fois le consentement des résidents et de la municipalité, il discutera des détails avec le gouvernement préfectoral d’Aichi.

Le site a une surface de 3,7 millions de m², ou l’équivalent de 80 dômes de Tokyo. L’usine assemble des voitures dont sa luxueuse  »Lexus ». La société dit qu’elle aimerait aider autant que possible pour participer au renouveau de Tohoku.


Le gouverneur d’Aichi, Hideaki Omura (photo) a décidé de dépenser 600 millions de yens pour un programme d’usine d’incinération, de stockage temporaire et de site final d’élimination, sans délibération ou approbation de l’Assemblée. Le gouvernement préfectoral utilisera une procédure spéciale appelée  »Senketsu » – action d’office.
La préfecture d’Aichi veut brûler 1 million de tonnes de débris.

Le ministère de l’environnement remboursera le coût des installations nouvelles qui traiteront les débris de la catastrophe.

Le gouverneur Omura est un autre diplômé de l’université de Tokyo (droit) et un ancien bureaucrate du ministère de l’agriculture avant de se tourner vers la politique.

Je pense que Toyota et le gouvernement japonais comptent sur l’OMC si des  »rumeurs sans fondement » mondiales faisaient chuter les ventes de Toyota.

Remarque incompréhensible de Goshi Hosono sur la radioactivité des débris

Ce ministre coureur de jupons est responsable de l’accident nucléaire, de la décontamination et de la propagation des débris de la catastrophe.
Interviewé pendant sa conférence de presse du 3 avril par un journaliste nommé Suwa, rapporté par le journaliste indépendant Ryusaku Tanaka :

Suwa: Vous pensez que les mesures du césium-134 et du césium-137 sont suffisantes. Pourquoi ?

Hosono : Ce qui peut être mesuré en mesurant le césium-134 et le césium-137, parmi toutes les mesures que nous avons faites jusqu’ici, si nous mesurons le césium utile, puis le reste des nucléides, plus que cela à un grand degré, dans les dénommés matériaux radioactifs, ou en becquerels, au niveau de la radioactivité, il n’y a pas de problème.

Vous avez pigé ce qu’il dit ?
Hosono a fait son maximum en utilisant tous les mots qu’il connaît, sans comprendre clairement aucun d’entre eux, depuis le 11 mars 2011 – césium, nucléides, matériaux radioactifs, becquerels, radioactivité. Il aurait pu s’épargner un embarras en disant simplement  »Je ne sais pas ».

Il est l’un de ces hommes politiques au début de la quarantaine que les médias de masse veulent faire figurer comme le prochain premier ministre, bien qu’il soit éclipsé ces jours-ci par le maire d’Osaka qui se comporte comme un tyran de maternelle dans son bac à sable. Un grand avenir d’une manière ou d’une autre pour le Japon et les japonais.

Un poisson pourrit toujours par la tête.
Auteur Hélios

Source Bistro-Bar-Blog vu  sur l’Eveil2011

16 réponses à A. Gundersen, les fusions de cœurs à Fukushima pourraient causer un million de cancers..

  1. Tout Va bien !
    (Vidéo du syndicat d’initiative de Fukushima  )

  2. dans quelques années je pense qu’il y aura de sacrés Tumultes la bas et un peu partout dans le monde, c’est loin de ce que cette pub veut nous orienter

  3. Ce type doit être imbattable au Bingo :)

    http://olivier.davy.free.fr/misc/bullshit/

    Au fait, on en est où, avec l’E-Cat ?

  4. je ne pense pas qu’on arrête la radioactivité en brûlant les éléments contaminés. On se retrouve juste avec de la cendres  radioactives encore plus instables

    • oh misère….
      les rois de la contrefaçon à l’oeuvre.
      http://worldtruth.tv/chinese-food-scandal/

    • M’en parle pas … J’ai essayé d’installer mIRC pour aller sur les « chats »voir d’un peu plus près ces histoires d’Anonymous, ça m’a foutu un trojan/spyware. (en plus c’était seulement une version limitée à 30 jours) Faudra que j’essaie de monter ça sur ma bécane Linux.

      • toujours télécharger les logiciels sur les sites officiels :p

        • Ben justement. Je télécharge toujours depuis le site « source », je déteste cnet (entre autres), parce que tout ce que tu y télécharges, c’est un mini-client qui va ensuite te chercher le programme en question. Et ça ne me plaît pas … En l’occurence, il s’agissait de la version 7.22 de mIRC. Le malware a été trouvé par spybot dans un répertoire qui apparemment n’avait rien à voir, donc j’ai un doute. Et quand j’ai un doute :zombiekiller:

  5. :heart: