La dépression liée aux fast-food et pâtisseries commerciales, confirme une nouvelle étude ..

la malbouffe est source de pas mal de déboires au niveau de la santé, elle influerait même sur le moral. La dépression à cause de la mauvaise nourriture ??

Psychomedia
sam., 31 mar. 2012 11:55 CDT

Les pâtisseries commerciales (croissants, beignes, biscuits et autres gâteaux…) et la malbouffe telle que hotdogs, pizzas, hamburgers … seraient liés au risque de dépression, selon une étude publiée dans la revue Public Health Nutrition.

Almudena Sánchez-Villegas et ses collègues de l’Université de Las Palmas de Gran Canaria (Îles Canaries) et de l’Université de Granada ont analysé les données concernant 8 964 personnes qui n’avaient jamais reçu de diagnostic de dépression au début de l’étude.Celles qui consommaient le plus ces aliments avaient un risque de dépression accru de 51% comparativement à celles qui en consommaient le moins. 

Plus la consommation était importante, plus le risque était élevé. Même une faible consommation était liée à un risque significativement supérieur.Les personnes ayant la consommation la plus importante étaient aussi plus susceptibles d’être célibataires, sédentaires, de consommer moins de fruits, de noix, de poissons, de légumes et d’huile d’olive, de fumer et de travailler plus que 45 heures par semaine.Ces résultats sont concordants avec ceux d’une étude précédente, publiée en 2011, menée avec 12 059 personnes dans le cadre du même projet. Celles consommaient le plus de gras trans avaient un risque jusqu’à 48 % plus élevé que celles n’en consommant pas. Alors que les gras polyinsaturés (ex. huiles de poisson, oméga-3) et l’huile d’olive étaient associés à un risque plus faible. Les vitamines du groupe B et le régime méditerranéen en général ont aussi été associés à un risque moindre, mentionnent les auteurs.

L’augmentation de l’incidence de la dépression ces dernières années, pourrait être en partie due, selon le chercheur, à un changement radical des sources de matières grasses dans l’alimentation occidentale, où certains types de gras bénéfiques ont été remplacés par les gras saturés et trans.

Bien que d’autres études soient nécessaires pour confirmer le lien entre les types de gras de l’alimentation et le risque de dépression, la consommation de fast-food et de pâtisseries commerciales devrait être mieux contrôlée étant donné son impact sur la santé physique et mentale, estiment les chercheurs.

Source via SOTT

Publié par BRUIJITAFR

30 commentaires

  • Maverick

    Moi c’est le Flamby qui me déprime ;)

  • Tex

     
    POUR CEUX QUI CROIENT ENCORE A LA BOUFFE INDUSTRIELLE, LISEZ CECI, ET C’EST JUSTE UN EXEMPLE:
    Finalement, si vous aimez la tarte aux cerises, ne lisez pas ce message !
    Osons prendre vraiment conscience de ce que nous mangeons …
    Information très intéressante !

    Voici un message de Marie -Monique ROBIN (et Claude BOURGUIGNON).
    J’ai le plaisir de vous informer que mon film « Notre poison quotidien » sera diffusé le 15 mars sur ARTE,
    à 20 heures 40. Le même jour mon livre éponyme sera dans les librairies ainsi que le DVD.
    Je commence aujourd’hui une série de papiers qui vont expliquer la démarche que j’ai suivie pour réaliser cette longue enquête qui m’a conduite dans six pays européens (France, Italie, Allemagne, Suisse,Grande Bretagne,Danemark), aux Etats Unis, au Canada, au Chili, et en Inde.
    Pourquoi cette enquête? Alors que je travaillais sur le passé et le présent peu glorieux de Monsanto et
    que je découvrais comment depuis sa création au début du XXème siècle la firme n’a cessé de cacher la
    haute toxicité de ses produits, je me suis posé trois questions:

     – Est-ce que le comportement de Monsanto constitue une *exception* dans l’histoire industrielle?

     – Comment sont réglementés les100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement depuis la fin de la seconde guerre mondiale?

    – Y-a-t il un lien entre l’exposition à ces produits chimiques et « l’épidémie de maladies
    chroniques évitables » que l’Organisation mondiale de la santé OMS) a constatée surtout dans les
    pays dits « développés » ( les termes que j’ai mis entre guillemets sont ceux utilisés par l’OMS)?

    Consciente que le champ d’investigation était très vaste, j’ai décidé de ne m’intéresser qu’aux seuls produits chimiques qui entrent en contact avec notre chaîne alimentaire du champ du paysan
    (pesticides) à l’assiette du consommateur (additifs et plastiques alimentaires).
    Avant d’entreprendre mon nouveau tour du monde, j’ai réalisé un long travail de recherche préparatoire qui a consisté à lire de nombreux livres (une centaine, essentiellement anglophones),rapports, études scientifiques et j’ai rencontré des experts (toxicologues, biologistes, représentants des agences de réglementation) , soit directement lors de rendez-vous personnels ou lors de colloques spécialisés. J’ai aussi consulté les archives d’organisations internationales comme l’OMS ou le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui dépend de la première.
    Des infos http://robin.blog.arte.tv/category/notre-poison-quotidien/marie-monique robin et pour illustrer et vous couper l’appétit : la « Recette de la tarte aux cerises »

    Voici, la liste des produits chimiques utilisés pour la
    fabrication d’une tarte aux cerises de supermarché, depuis le
    champ de blé jusqu’à l’usine agro-alimentaire.
    Bon appétit!
    Histoire de la Pâte :

    Le blé :
    Les grains de blé ont été enrobés d’un
    – fongicide avant semis.
    Pendant sa culture, le blé a reçu :

    – de 2 à 6 traitements de pesticides selon les années,
    1 traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afind’éviter la verse
    – et 1 dose importante d’engrais:
    – 240 kg d’azote,
    – 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium àl’hectare, tout de même !

    Le blé moissonné, dans le silo, après récolte, les grains sontfumigés
    – au tétrachlorure de carboneet
    – au bisulfide de carbone,
    – puis arrosés au chlopyriphosméthyl.

    La farine :

    Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl,
    puis de l’acide ascorbique,
    de la farine de fève,
    du gluten
    etde l’amylase.

    Ensuite, il faut faire lever la pâte.

    La poudre levante est traitée au silicate de calcium et
    l’amidon est blanchi au permanganate de potassium.
    Pas de pâte sans corps gras.
    Ceux-ci reçoivent un antioxydant (pour éviter le rancissement) comme
    – l’hydroxytoluène de butyl
    et un émulsifiant type
    – lécithine.

    Histoire de la Crème
    La crème sur laquelle vont reposer les cerises se fait avec
    des oeufs, du lait, et même de l’huile.

    Les oeufs proviennent d’un élevage industriel où les poules
    sont nourries avec des granulés contenant des :
    antioxydants (E300 à E311),- arômes,
    émulsifiants: alginate de calcium,
    conservateurs : acide formique,
    colorants : capsanthéine

    agents liants:
    – lignosulfate

    – et enfin des appétants :
    glutamate de sodium, pour qu’elles puissent avaler toutça.
    Elles reçoivent aussi des antibiotiques, bien entendu, etsurtout des anticoccidiens.

    Les oeufs, avant séchage,
    reçoivent des émulsifiants,
    desagents actifs de surface comme l’acide cholique
    et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

    Le lait

    provient d’un élevage industriel où les vachesreçoivent une alimentation riche en produits chimiques :

    antibiotiques :
    – flavophospholipol (F712) ou monensin-sodium (F714)

    antioxydants :
    ascorbate de sodium (F301), alphatocophérol de
    synthèse(F307), buthyl-hydrox-toluène (F321) ou
    éthoxyquine (E324),

    émulsifiants :
    alginate de propylène-glycol (F405)
    ou polyéthylène glycol(F496),

    – conservateurs : acide acétique, acide tartrique
    (E334), acide propionique(F280) et ses dérivés (F281 àE284),
    composés azotés chimiques :
    urée (F801) ou diurédo-isobutane (F803),

    – agents liants : stéarate de sodium,

    – colorants : F131 ou F142
    – et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout ça,
    comme le glutamate de sodium.

    Les huiles, quant à elles, ont été :

    – extraites par des solvants comme l’acétone,
    – puis raffinées par action de l’acide sulfurique,
    – puis lavage à chaud,- neutralisées à la lessive desoude,
    – décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate depotassium
    – et désodorisées à 160°C avec du chlorure de zinc.
    – Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

    La crème de la tarte, une fois fabriquée, reçoit :
    – des arômes et
    – des stabilisants comme l’acide alginique (E400).

    Histoire des Cerises (complété d’apres des éléments de
    « Aromatherapie » Jean Valnet 1990, Maloine)
    Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre 10 et 40
    traitements de pesticides selon les années.

    Les cerises sont :

    décolorées à l’anhydride sulfureux
    et recolorées de façon uniforme à l’acide carminiqueou à l’érythrosine.
    – Elles sont plongées dans une saumure contenant dusulfate d’aluminium

    – et à la sortie, reçoivent un conservateur comme lesorbate de potassium(E202).
    Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient debetteraves qui, comme les blés,ont reçu leur bonne dose d’engrais et de pesticides.

    Ce sucre est extrait par :
     > – défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux,
    > – puis décoloré au sulfoxylate de sodium,
    > – puis raffiné au norite et à l’alcool isopropylique.
    > – Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

    > Par ces traitements, les cerises ayant donc perdu tout leurgoût,
    il est nécessaire d’ajouter un parfum artificielalimentaire.

    Ce parfum est une recréation synthétique du goût et de l’odeurà partir d’éléments artificielsissus de la chimie du pétrole aux prix de revient extrêmementfaibles
    > – par économie d’échelle
    > – en comparaison du parfum naturel de fruit.
    L’exemple développé est ici la cerise, mais de tels composésservent à recréer aussi bien des parfums artificiels defraise, d’ananas, de framboise, de miel, de caramel, de
    muguet..etc.

    Le parfum artificel de cerise se compose donc des moléculessynthetiques (donc à la stéréochimie inversée) suivantes :
    > – acétate d’ethyle- acéthyl méthylcarbinol
    > – butyrate d’isoamyle- caproate d’ethyle
    > – caprylate d’isoamyle- caprate d’ethyle
    > – butyrate de terpenyle
    > – geraniol- butyrate de geranyl
    > – acetylacetate d’ethyle
    > – heptanoate d’ethyle
    > – aldéhyde benzoique
    > – aldéhyde p-toluique
    > – vanilline
    > – essence artificielle d’amande amère SAP
    > – essence artificielle de girofle Bourbon
    > – essence artificielle de cannelle Ceylan
    > – essence delie de vin .

    Ce texte, consacré à « la tarte aux cerises de supermarché » a été rédigé par Claude Bourguignon,un ingénieur agronome
    qui travailla à l’INRA, avant de quitter l’honorable maison pour cause de désaccord. Spécialiste de la microbiologie des sols, c’est lui qui
    démontra, pour la première fois, que les sols cultivés à grand renfort d’engrais chimiques et de pesticides,étaient biologiquement … morts.
    Tout ce qui fait la vie, et donc la qualité des terres, à savoir les populations microbiennes et fongiques,est détruit par les produits chimiques,
    conduisant à une perte des nutriments et à l’érosion des sols.
    Membre de la Société américaine de microbiologie – en France , il n’ y a plus aucune chaire de microbiologie des sols, y compris à l’INRA!
    – Claude Bourguignon a créé avec sa femme le Laboratoire d’analyse microbiologique des sols, qui intervient dans de nombreux pays,
     pour aider les agriculteurs à retrouver la fertilité de leurs sols.

  • Odile

    Je ne dis pas que la bouffe industrielle est bonne pour la santé.
    Mais je m’interroge, concernant cette étude, sur l’histoire de la poule et de l’oeuf.
    En effet, on peut se demander si les célibataires, ayant moins une vie familiale donc moins conduit à cuisiner de la popotte maison, ne sont pas plus susceptibles d’avoir recours à des plats industriels.
    De nombreuses personnes autour de moi ont commencé à cuisiner « maison » lorsqu’elles se sont mises en couple.
    L’étude dit que ceux qui mangent de la nourriture industrielle est plus susceptible de travailler plus !! effectivement c’est plutôt à ce public que de tels plats ( rapididté de préparation) est destinée, non ?
    En ce qui concerne la dépression, on est en droit de se demander si ce n’est pas le fait d’être célibataire, sédentaire, et de travailler plus de 45h par semaine qui amène à un état dépressif, plutôt que la nourriture industrielle ( qui, du reste, est critiquable sur bien des points, je suis d’accord) ….
     Enfin je dis ça, je dis rien…
     

    • Tex

      Tu as lu la composition de la tarte aux cerises????

    • michel

      ah ah pas faux et très bien vu !!!

    • observateur

      Ok avec toi Odile pour ce qui concerne la dépression,on peut dire que le style de vie depuis quelques année ,est en partie responsable de ce mal etre,mais par contre que fait tu de toutes les maladies nouvelles et du taux considérable des allergies depuis ces dernieres années?La chimie (chimère) a envahie nos assiettes de la base à la consomation et produits les effets attendus par les industriels(couleur,gouts,apparences,durée de vie plus longue etc….),c’est à dire de gros gains en asservissant le plus de monde possible.Les conséquances de l’absorbtion de produits chimiques peuvent apparaitre plusieurs années apres l’ingestion,et donc pour affirmer que les conséquences sont dut a ces produits chimique,il faut se lever tot et ne pas avoir peur de perdre un procès qui ne finira jamais,mais par contre les effets de ces produits chimiques sur la santé ,fera travailler les grosses industries pharmaceutiques,(médicament,vaccins etc………) et le plus marrant dans tout ça ,ceux qui nous empoisonnent et ceux qui font semblant de nous soigner ,sont souvent les memes personnes.

      • Tex

        Exactement.. nous payons pour aller travailler, (voiture, carburant, assurances, etc) avec l’argent durement gagné, nous payons pour nous empoisonner, puis nous payons pour nous soigner et nous payons en plus notre mutuelle et notre SECU par l’intermédiaire des taxes….
        Très chouette système….!!!

      • Tex

        Je voulais dire  :  « Et en plus on paie pour aller travailler…etc…

    • romulus

      Je vous suis dans votre raisonnement, Odile; cependant, comme la qualité d’un carburant pour un moteur, ce qu’une personne ingurgite joue influe dans sa qualité de vie. J’en sais quelque chose puisqu’étant très sensible à la qualité des aliments, j’ai dû notamment arrêter totalement le tabac et surtout l’alcool qui comme chacun sait augmente largement les risques dépressifs. Cependant, je pense que la dépression ne peut se développer qu’à cause d’autres facteurs tels que l’anxiété et les problèmes non dépassés. J’en arrive à la conclusion « empirique » que la qualité et le choix des aliments sont primordiaux parce que cela aide à la lucidité. Pierre PALLARDY avait mené et vulgarisé des études intéressantes à ce sujet, banissant notamment l’utilisation de farines blanches pour qui voulait remettre de l’ordre dans sa vie; j’ai pu vérifier par moi-même l’influence négative de cet aliment.

    • Tex

      Oui Odile, tu veux dire qu’on a tiré les mauvaises conclusions de faits visibles…C le même principe que ce qui suit :
      C une grenouille de laboratoire, qd on dit « hop » elle saute.
      Le biologiste lui coupe les pattes arrière et dit « hop », et la grenouille ne saute pas.
      Il écrit donc dans son cahier d e omptes rendus :  » Lorsqu’on coupe les pattes d’une grenouille, elle devient sourde »!

  • delphine

    salut les moutons,

    tout le système moderne vise à engluer les individus dans le consumérisme.

    pourquoi a-t-on tellement
    poussé les femmes au travail
    car une femme qui bosse
    selon les critères de notre société
    et dans les conditions que le marché impose :
    n’a pas le temps de faire trop à manger,
    donc cela fait tourner à plein le système
    de l’agro alimentaire hyper industrialisé.

    doit se déplacer,
    donc avoir sa voiture
    ça fait marcher l’industrie automobile.

    n’a pas le temps de trop s’occuper de ses vêtements,
    donc doit les acheter tout fait
    vive l’industrie textile,

    le résultat,
    des populations qui travaillent pour s’endetter
    et se démolir la santé
    en contribuant
    chacun selon ses modestes facultés,
    à la pollution
    et l’instabilité économique du monde.

    tout en assurant au passage
    le remplissage continu des poches des actionnaires,
    des banques et des multianationales.

    Bien rôdé le système. :-(

  •   bonjours a tous ,

       On pourras trouver toutes les pires saloperies   dans les nourritures toutes faites prêtes a consommées … Plus c’est dégueu plus les gens vous disent WAHH   ques que c’est bon !!!

    Bon comment ???  pas cher   ???? 

     Sans me faire de conpliments j’estime etre une excellente cuisinière   … je me fais   un très bonne cuisine   , je suis jamais malade ….

     Je ne pourrais jamais m’ offrir tout ce que je fais   … Si je devais me l’acheter tout fait !!!!

    Ah c’est sûr je passe du temps  dans ma cuisine mais y a pas photos !!!!  Allez bon appêtit !!! 

  • delphine

    Histoire d’approfondir,

    un livre intéressant,
    toujours d’actualité :

    « TOXIC :
    obésité, malbouffe, maladies 
    enquête sur les vrais coupables  »

    de William REYMOND

    chez Flammarion 

    ce livre démonte les mécanismes
    qui provoquent la pandémie d’obésité mondiale ,
    avec toutes les maladies subsidiaires…
    que cela comporte.

    vous ne verrez plus jamais la nourriture industrielle du même oeil
    (pour ceux qui en consomment encore :-)  
    en vous souhaitant une bonne table donc une bonne santé. 

    comme le disait BRILLAT-SAVARIN , cité par REYMOND :

    « la destine des nations
    dépend de la façon dont elles se nourrissent »   :pig: :skeleton:

                                 in, la Physiologie du goût. 

    encore 10 ans comme ça,
    et la surpopulation ne sera plus un problème,
    mais on aura choisi comme toujours,
    la mauvaise solution! 

  • willy74150

    de toute façon même manger bio est un leurre un effet placebo si vous préféré !!! notre terre est ronde et fini donc tout les produits que vous citer se retrouve dans la chaîne alimentaire donc dans votre bio !!! d’accord ou pas d’accord c’est un faite point…

    vous voulez vraiment savoir ? vous êtes moins intoxiqué de 5à 8 % grand maximum …

    • Tex

      Willy
      En moyenne, rien que dans le vin non bio, il y a 5000 fois plus de produits chimiques que dans l’eau courante…!!C pas 5 à 8 % ça!!
      Depuis que je mange bio, je n’ai plus de problèmes de santé, plus de fatigue anormale, plus de douleurs inexpliquées, je récupère beaucoup plus vite etc etc… juste parce que je consomme 5 à 8 % de produits chimiques en moins? Je n’y crois pas une seconde!!
      Et tout les gens que je connais qui mangent des aliments bio, constatent les mêmes effets!!
       
      Méfie-toi des fausses statistiques et des manipulations des lobbies industriels!!
       

    • Maverick

      5 à 8 % d’arsenic, ça le fait bien. :rotfl: Comme quoi, les chiffres ont leurs limites ;)