Guéant réduit de moitié la liste des métiers ouverts aux étrangers

Depuis plusieurs années et encore plus depuis quelques heures avec l’attentat à Oslo, l’extrême droite est accusée de tous les mots et tous les torts. En France nous n’échappons pas à la règle, les notions de fascisme et de racisme sont représentatives de l’extrême droite, mais plus le temps passe, plus on se rend compte que finalement, certains font peut être bien pire que le FN lui même, et une nouvelle fois, c(‘est l’UMP qui se démarque dans le domaine!


Les ministères de l’Intérieur et du Travail ont arrêté la nouvelle liste des métiers en tension ouverts aux non européens. Le BTP et l’informatique sont les principaux secteurs touchés. L’objectif est de réduire de moitié l’immigration annuelle du travail, qui s’élève à 20.000 personnes par an.

« Il faut réduire l’immigration légale liée au travail ». L’annonce du ministre de l’Intérieur Claude Guéant, en avril, avait soulevé de nombreuses interrogations au sein du patronat. Les choses devraient se clarifier puisque la nouvelle liste des métiers accessibles aux ressortissants non communautaires et pour lesquels la situation de l’emploi n’est pas opposable, est désormais arrêtée. Le gouvernement, qui vient de la transmettre aux syndicats pour avis, est décidé à aller vite et boucler l’affaire cet été.

Le projet d’arrêté, que dévoile « Les Echos », réduit d’une petite moitié la liste, créée en janvier 2008, des 30 familles de métiers actuellement ouverts aux non-européens. « Il s’agit de circonscrire cette liste aux métiers les plus qualifiés ou les plus spécifiques, correspondant à des besoins significatifs de main d’oeuvre » impossibles à pourvoir à court terme avec des travailleurs déjà présents en France, explique le courrier de la Direction générale de l’emploi (DGEFP) adressé aux syndicats. Autre nouveauté : les préfets pourront désormais décider, pour leur région, de ne retenir qu’une partie des 15 métiers listés.  Voire, précise le projet d’arrêté, de se contenter d’un seul métier.

Restrictions dans l’informatique et le BTP

La nouvelle liste exclut des métiers pour lesquels l’immigration par le travail était déjà quasi inexistante, comme agent d’assurance, installateur d’ascenseurs ou géomètre. Les vraies restrictions se situent dans l’informatique (seules des fonctions pointues d’experts ont été conservées) et surtout dans le BTP, comme annoncé à l’ouverture du dossier. Les postes de chargés d’études, de chefs de chantiers et de conducteurs de travaux sortent ainsi de la liste, qui n’inclut plus, dans ce secteur phare, que le poste de dessinateur.

Le BTP, à défaut de soutenir une initiative qui lui compliquera la tâche, dit s’en accommoder. « A court terme, les tensions de recrutement sont encore limitées avec les suites de la crise. A moyen terme, cela peut poser problème. A nous, en réponse, de transformer cela en opportunités en s’attachant mieux à former et attirer les jeunes dans nos métiers », explique Patrick Bernasconi, patron de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP).

Pour le gouvernement, la priorité doit en effet être de former des chômeurs pour occuper les postes qui peinent à trouver preneur. L’objectif affiché est de réduire de moitié, dès cette année, les autorisations de séjour délivrées au titre du travail, qui s’élevaient à environ 20.000 en 2010, dont 80 % sont en réalité des changements de statuts de personnes déjà présentes sur le territoire.

La forme et le fond posent problème aux syndicats. La CFDT se dit « surprise » que le sujet revienne discrètement au coeur de l’été et que l’exécutif ait omis de l’évoquer lors de la réunion du conseil national de l’emploi le 12 juillet dernier. « Très réservée » sur l’approche « nationaliste » du gouvernement, elle réclame de plus amples concertations. Raymond Chauveau (CGT) dénonce une mesure « d’affichage » à « visée politique » mais qui « ne changera pas grand chose. » « Sur les postes d’experts évoqués, les grands groupes ont recours à la mobilité interne depuis leurs filiales à l’étranger », explique-t-il.

Si le signal politique est clair, l’impact réel sur le marché de l’emploi est incertain.  Par le nombre limité d’emplois « libérés » d’abord (10.000 à 12.000 postes au maximum) et par la difficulté, pour le gouvernement, à adapter cette liste aux fluctuations de l’offre et de la demande. La précédente liste des 30 métiers est ainsi restée inchangée pendant plus de trois ans (de 2008 à aujourd’hui). Une période pourtant marquée par de fortes mutation sur le marché de l’emploi. Cette fois, le gouvernement promet « une révision au plus tard  le 1er août 2013 ».

Les métiers qui restent ouverts
La nouvelle liste compte quinze familles de métiers restant ouverts à l’immigration par le travail. On y retrouve les métiers du téléconseil et de la télévente, les cadres de l’audit et du contrôle comptable, les ingénieurs en systèmes d’information ainsi que différents postes de techniciens du bois et de spécialistes de la transformation du verre. Les dessinateurs industriels (BTP, produits électriques et électroniques) restent recherchés, tout comme certains experts des produits mécaniques et de la production chimique et pharmaceutique.
Source: lesechos.fr
http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201525982152-gueant-reduit-de-moitie-la-liste-des-metiers-ouverts-aux-etrangers-197337.php

7 commentaires

  • Alti

    Quel foutage de gueule quand même !

    Réduire l’immigration de travail alors que ne représente que 10% de l’immigration légale et seulement 5% de l’immigration totale…  :roll:  

    Ce qu’il faut en France c’est réduire le regroupement familial (composé pour l’essentiel de « français » allant chercher des femmes au bled) et renvoyer chez eux les clandestins.

    En « important » des BAC -10 qui ne peuvent émigrer légalement la situation sociale de notre pays ne peut que s’aggraver, c’est peut être ce que veulent nos politiques  :?:

  • Antoine

    Les professions de santé ne figurent pas dans la liste?

  • candide

    La France pouvant être invivable, je me suis renseignée pour partir au Québec, il y une dizaine d’années. Ils sélectionnaient déjà les candidats à l’immigration, sur la base des professions, ou du pognon.

  • candide

    @ antoine
    je vois pas pourquoi les professions de santé figureraient dans la liste.
    La santé est déjà délocalisée sur l’Afrique du Nord ou l’Asie. Il n’y a plus vraiment d’immigration, sauf d’Afrique Centrale, avec des étudiants qui restent ici.

  • Joh

    je suis moi meme residente au Portugal et jái des amis qui sont partis travailler en france… Comparés au 500 euros de salaire normal ici, c’est clair que les salaires français sont allechants. Les conditions de vie pour ces travailleurs ne sont pas terribles: 3 mois ou plus loin de la famille, logés dans des gites comme les chantiers se font souvent a la campagne… Les seuls français qui travaillent pour cette boite (française) exigetn de rentrer chez eux le week end. C’est bien sur pour ça que c’est mieux de prendre des etrangers qui sont deja mentalisés a quitter leur pays et famille… que des français qui vont demander à etre traiter un minimum humainement. Et je parle de construction et pose de paneaux solaires. Maintenant si l’état français supprime dans cette branche, de gros problemes vont apparaitre pour les français, parce que vivre emmigré dans son propre pays yén a pas beaucoup qui acceptent…
    Au niveau du téléconseil c’est interessant… J’ai eu l’opportunité de travailler pour Apple (et oui…), service aide au client au téléphone (applecare bonjour), mais curieusement là c’était au Portugal!! payé 500 euros!! pour le marché suisse, belge et français… Et c’est vraiment marrant, mais 3 des pays dans lesquelles Apple sest installé pour la main d’oeuvre moins chere sont aujoirdhui en train de sombrer… Irlande, Grece, Portugal… Le pire c’est de faire passer un travail qui ne te permet meme pas de te payer l’appareil dont tu fais la promo comme un travail de reve! come l’opportunité unique dans ta vie! 
    En bref je doute que beaucoup de français acceptent les conditions de travail de beaucoup d’ immigrés, à voir donc…

    • candide

      Ben le problème Joh, c’est qu’on y vient. Peut-être raison pour laquelle on ne veut plus de d’étrangers dans certains secteurs. De nombreuses centrales de téléphonie sont déjà décentralisées. Quand tu vois les stagiaires, qui sont parfaitement formés et aptes au travail, qui travaillent gratuitement, dans l’espoir de trouver un vrai job… Si on leur propose 350 euros, ils les prendront, pour pouvoir survivre. C’est le salaire de chez Mac Do. Ils t’offrent un repas par jour. Comme ça, ils gardent la main d’œuvre.