Dette américaine: échec des pourparlers entre les Républicains et Obama

Le feuilleton continue, échec des discutions qui, si elles ne trouvent pas de solution va engendrer une jolie dégringolade mondiale…Et la Grèce aura été *sauvée* pour rien?. Est ce que c’est une manœuvre et qu’un accord sera trouvé ou …..?

 

Le président républicain de la Chambre des représentants américaine, John Boehner, a annoncé vendredi qu’il mettait fin à ses discussions avec Barack Obama sur le relèvement du plafond de la dette faute d’accord avec le président qui a lui-même confirmé l’échec des pourparlers.

M. Boehner a répété vendredi soir dans une lettre adressée à ses collègues de la Chambre qu’un accord n’a « jamais été atteint, et n’a jamais été proche » et qu’il n’avait pu trouver de terrain d’entente avec le président en raison de « visions différentes pour notre pays ».

Lors d’une déclaration à la presse, Barack Obama a confirmé de son côté l’échec des pourparlers sur le relèvement du plafond de la dette avec M. Boehner et assuré que le marché qu’il avait proposé aux républicains était « extraordinairement juste ».

« Les Américains sont excédés » par l’incapacité du Congrès à agir », a lancé le président américain. Il a convoqué les responsables du Congrès samedi matin à 11H00 (15H00 GMT) pour reprendre les pourparlers.

Barack Obama a dit « continuer à être persuadé » que les Etats-Unis ne se retrouveraient pas en situation de défaut de paiement. « Je continue à être persuadé que nous allons réussir à relever le plafond de la dette et que nous ne nous retrouverons pas en défaut de paiement », a dit le président américain. Il a mis en garde contre tout immobilisme, sachant que « Wall Street rouvre lundi et que nous avons intérêt à apporter des réponses au cours des prochains jours ».

© 2011 AFP
source 20minutes

7 commentaires

  • Fleur de vie

    de toute façon il n’y a qu’après l’effondrement de ce château de carte que nous pourrons évoluer dans le bon sens je l’espère.

  • Fred

    @Fleur de Vie
    Hélas ! tu rêves ! Techniquement la faillite d’un pays n’existe pas : c’est un mirage. 

    Dans le pire des cas, Le président peut décider que les » bons du trésor » qui ont été émis pour obtenir un crédit ne valent plus 100 mais 1 ou 10. C’est une dévaluation qui coûterait seulement à la FED.

    Autre possibilité : déclarer la dette nulle et non avenue ; le critère de la compensation réelle n’ayant jamais été respecté.

    Tout cela est un LEURRE pour le prochain « enculage de mouches »

  • mémé

    C’est une occasion pour diminuer les plans sociaux des USA, en disant qu’ils y sont obligés à cause de la dette.
    L’idée, c’est peut-être de concurrencer la Chine et ses bas salaires. Why not?

  • candide

    Ben ça, ya longtemps qu’on a compris qu’on était en concurrence de bas salaires. Quand il aurait fallu boycotter tous les produits, produits chez des gens n’ayant aucune garantie sociale. Très franchement, je me demande ce qu’on a à perdre si le système s’écroule. La seule chose qui me fait peur est la mise en place d’une guerre pour relever l’économie. Le reste…

  • Kikaha

    Ils (les élus qui doivent se dire effectivement qu’ils sont des « Elus ») la veulent cette crise. Ce crash. Ca arrangera bien leurs petites affaires. Ils pourront imposer la loi martiale entre-autre (même chez nous, en France, la constitution permet au président de la république de prendre tous pouvoirs en cas de crise majeur).
     
    Il n’y aura pas d’élections présidentielles en 2012, seulement un étât policier afficher..
     
    M’enfin, mes opinions n’engage que moi…
     
    Bonne journée !  :D

  • Yano

    C’est du bidon tout ça, ils se sont arrangés depuis longtemps…Ils font monter la pression pour imposer plus de restrictions à une population apeurée.
    Bon…On a fini par trouver un accord à la dernière minute mais j’ai dû faire des concessions…blabla…blabla…
     
    Comédia del Arté…

  • Antoine

    Oui comedia dell’arte, surtout lorsque l’on sait qu’Obama peut tout à fait passer « en force » et relever le plafond limite de la dette.
    Obama tente un coup politique avant les élections, en faisant signer les Républicains il les bloque de facto sur la critique du budget puisque approuvé par Boehner, évidement ça ne marchera pas…