BCE vs Les agences de notation: Qui a raison sur la crise au Portugal?

Non content de mettre les pays en difficulté, les agences de notations en baissant la note de confiance, n’aident pas vraiment……

Le drapeau du Portugal à Lisbonne en août 2009. STEVENS FREDERIC/SIPA

Bruxelles estime que le Portugal va s’en sortir, mais l’agence de notation Moody’s a adressé une très mauvaise note au pays…

La guerre est ouverte entre la Banque centrale européenne (BCE) et les agences de notation. C’est l’agence Moody’s qui a lancé les hostilités mardi soir en dégradant de quatre crans la note souveraine du Portugal. En clair, elle assure aux investisseurs qu’acheter de la dette portugaise est très risqué et qu’une faillite de cet Etat est possible.

Autant dire que le Portugal n’a plus aucune chance d’emprunter, ou alors à des taux très élevés. La BCE, qui dispose pourtant des mêmes chiffres sur la situation économique portugaise, estime, elle, que l’Etat portugais peut sortir de la crise d’ici la fin 2013. Pour elle, le message de Moody’s est donc anxiogène et auto-réalisateur. En effet, si le Portugal ne peut plus émettre sa dette, elle aura effectivement à nouveau besoin d’aide ou risque la faillite. Pour comprendre ce débat, 20Minutes a comparé les arguments de chacun.

Le déficit est-il trop élevé?

Oui pour Moody’s. Le vote du plan d’austérité a provoqué de graves troubles politiques, et plusieurs mesures ont été repoussées à 2012. L’agence Moody’s estime donc que le Portugal ne pourra pas tenir ses engagements de réduction du déficit en 2012.

Non pour la BCE. Le déficit budgétaire portugais, c’est-à-dire la différence entre les recettes et les dépenses de l’Etat,  atteint 8,7% du PIB sur les douze derniers mois. En 2010, le déficit atteignait 9,2%. L’objectif de réduction des déficits, grâce à un plan d’austérité très sévère, est en marche même si l’on reste encore loin de l’objectif de 5% à la fin 2012. Ce dernier reste atteignable pour la BCE, puisque plusieurs mesures notamment des taxes ont été avancées, et que l’activité notamment industrielle se maintient bien.

La dette est-elle trop élevée?

Non pour la BCE. La dette grecque s’élève à 126 milliards d’euros soit  76% du PIB. C’est beaucoup, mais cela reste moins que de nombreux pays européens, comme la France dont la dette représente 85% du PIB. Rien à voir non plus avec la dette grecque, qui culmine à 300 milliards d’euros, soit 115% du PIB.

Oui pour Moody’s. Des doutes subsistent sur le montant réel de la dette grecque. Comme beaucoup de pays, le Portugal a réalisé beaucoup de travaux avec partenariats entre secteur public et privé, qui ont l’avantage de ne pas apparaître dans les comptes nationaux. Sauf que le Portugal pourrait en avoir abusé, et certains experts estiment qu’il faudrait réévaluer la dette portugaise de 20% pour tenir compte de ces astuces comptables, révèle l’Expansion.

La situation portugaise est-elle aussi grave qu’en Grèce?

Oui pour Moody’s. L’agence a dégradé la note dans une catégorie spéculative, c’est-à-dire très risquée. Pour elle, l’économie portugaise est déjà peu compétitive, et l’austérité risque de plomber son activité. Pour Moody’s, l’activité va baisser de 2% par an, et donc aggraver encore le déficit. Il faudrait alors un nouveau plan d’aide, voire une annulation d’une partie de la dette.

Non pour la BCE. Plusieurs dirigeants européens, ainsi que le PDG de BNP Paribas Michel Pébereau, ont rappelé que la situation des deux pays est très différente. Le Portugal a une dette moins élevée, et surtout ne souffre pas des mêmes problèmes d’économie souterraine. La BCE juge par ailleurs trop sévère l’estimation de 2% de baisse de l’activité.

Thibaut Schepman pour 20minutes

L’agence de notation chinoise Dagong abaisse la note de la France

L’agence de notation chinoise Dagong Global Credit Rating Co. a déclaré mercredi avoir abaissé la note de la France de « AA- » à « observation négative », en raison de la faible demande domestique, de la dette élevée et du système financier fragile de la France.

La situation financière du gouvernement français pourrait s’empirer à moyen terme, car sa dette continuera à augmenter et le gouvernement n’a qu’une marge limitée de mesures pour réduire son déficit.

La dette du gouvernement représentait 81,7% du PIB de la France en 2010, en hausse de 17,9 points de pourcentage par rapport à 2007.

Dagong estime que la dette du gouvernement continuera à augmenter en raison des dépenses massives et des intérêts de la dette.

Selon Dagong, le déficit du gouvernement français représentera entre 3% et 5% du PIB durant les cinq prochaines années.

En juillet 2010, Dagong a donné à la France une note de « AA- » avec une perspective négative.

Source: xinhua via french.peopledaily.com.cn  merci à Lolo

15 commentaires

  • Pic et Puce

    C’est curieux que les agences de notation soient anglo-saxonnes et qu’elles descendent les pays les uns après les autres… mais pas la Grande Bretagne et les USA dont les finances sont dans un étét désespéré…La Chine a son agence de notation et l’Europe devrait en avoir une aussi…

    • stefane

      Salut,
      Les agences de notation, ce sont juste les bras armés de la Mafia bancaire(du moins de quelques familles).
      Vivement que çà explose ce système pourri !

  • Les agences de notation américaines sont un regroupement d’escrocs de première qui font tenir les mensonges comme elles peuvent, jamais elles n’ont baissé la note des USA ou de l’Angleterre, rien! Elles attaquent les pays européens pour affaiblir l’euro et ainsi permettre au dollar de survivre, sans cela, l’explosion de l’économie américaine aurait-déjà eut lieu il y a bien longtemps!

    • geronimo87

      Salut Benji.
      Par hasard, aurais-tu des informations de qui sont les investisseurs de ces agences de notations. Je suis un peu léger dans mes recherches.
      Merci

      • Voici une réponse à la question : qui contrôle les agences de notation ?

        — Moody’s Corporation : l’actionnaire principal de Moody’s s’appelle Berkshire Hathaway qui appartient au méga-spéculateur « démocrate » Warren Buffet, membre du Club des milliardaires qui promeut la réduction de la population mondiale. Bill Gates, un autre malthusien, siège également à la direction de Berkshire Hathaway.

        — Fitch Rating Agency : Fitch appartient entièrement à la société française Fimalac (Financière Marc Ladreit de Lacharrière). Dans le conseil de Fimalac : Philippe Lagayette de JP Morgan, David Dautresme, senior advisor de Lazard Frères ou encore Henri Lachmann du groupe Schneider Electric.

        — Standards & Poor’s : la plus ancienne des agences, est une filiale du cartel médiatique (édition, télévision, etc.) McGraw-Hill Companies de New York. Le Président de S&P est Deven Sharma, un manager débarqué du bureau de consultants Allan-Booz & Hamilton en 2002. Cependant, l’homme fort chez McGraw-Hill semble être son vice président, le britannique David Murphy, ancien patron international des ressources humaines de Ford Motor Company.

        Source: Nouvelle Solidarité.

        A partir des noms cités, il n’est pas difficile de remonter la toile jusqu’à l’araignée: quelques familles emblématiques du cartel bancaire.

        http://liesidotorg.wordpress.com/2011/07/06/les-agences-de-notation-ne-sont-que-des-instruments-de-pouvoir/#more-2478

      • Merci pour les infos qui sont géniales, d’une clarté fantastique et qui démontre bien pourquoi elles ne sont pas fiables du tout!!!

      • geronimo87

        @MoOn
        Un grand merci pour ces informations.

        Salutations respectueuses.

  • Est ce qu’on doit se poser la question? Voir la situation des USA, et sa note ne laisse à mon avis aucun doute sur qui tire les ficelles…Ce doit être vachement amusant de jouer avec le devenir d’un pays, simplement en lui baissant sa note! un moyen supplémentaire de mettre les pays sous tutelle du FMI, au bénéfice que qui?? ;) combien de bases US en Europe!!
    Il est a noter que les agences de notations sont à priori indépendantes…..panier de crabes tout ça!

  • Antoine

    Les agences de notations (Fitch, Moody’s et Stadard & Poor’s), les banques d’affaires (JPMorgan et GoldmanSachs en tête bien que toutes soient à mettre dans le même panier pourri) sont des terroristes financiers en puissance, pour éviter que l’on regarde trop de leur côté où la situation est désastreuse (on vire les fonctionnaires à coups de milliers chaque semaine, les faillites, les saisies, les homeless, les gens ne survivant que grâce aux food stamps atteignent des records, rues et quartiers bloqués, niveau de violence digne d’un pays en guerre), les agences font diversion vers l’Europe.

    http://www.dailymotion.com/video/xah8uu_1-2-max-keiser-sur-goldman-sachs-s_news

    http://www.dailymotion.com/video/xah6hi_2-2-max-keiser-sur-goldman-sachs-s_news

  • TuPeuxPasTest

    Tu peux pas test.

  • Antoine

    Tiens je suis censuré à présent. Pfff les moutons….

    • Une garantie, ici pas de censure, le système qui gère le spam peut bloquer par moment des commentaires qui sont très bien, ce qui a du être le cas, je m’en occupe tout de suite.

      • Antoine

        Ah merci! Pas de censure c’est très bien, j’ai déjà été modéré sur beaucoup de forums de journaux (torchons!) qui traitent de l’économie et de la politique simplement pour avoir exprimé des avis contraires à ce qu’affirmaient des « journalistes »…

        Vous avez un très bon blog et faites un excellent travail pour remonter les infos! Merci à vous Voltigeur et Benji! Continuez comme ça!

  • Mon voisin a dit : La FRANCE sera en cessation de paiements en 2015.
    Alors, les Gouvernementaux ont encore de la marge pour dilapider…