Sans les anciens réacteurs nucléaires, l’Allemagne produit juste assez d’électricité pour couvrir ses propres besoins

Si j’en crois l’article, l’abandon du nucléaire par l’Allemagne pourrait nous mettre nous Français en difficulté, surtout en été où la baisse du niveau des fleuves créerait des soucis pour le refroidissement des réacteurs. Déjà des allusions à la pénurie d’électricité, aux coupures? Quand aux accidents pas la peine de les mentionner, ce sont des broutilles ( Saint-Laurent-des-Eaux en en 1969 et 1980, Blaye en 1999 et le Tricastin en 2008 !)……..

Une centrale nucléaire à Phillipsburg, en Allemagne, en 2007. RUFFER/CARO FOTOS/SIPA

La fermeture des plus vieux réacteurs nucléaires en mars ne permet plus à l’Allemagne d’exporter de l’électricité…

Pour sortir du nucléaire, il faut faire quelques sacrifices. Depuis qu’elle a éteint ses plus anciens réacteurs nucléaires, l’Allemagne n’est plus exportatrice d’électricité et couvre tout juste ses besoins, a indiqué lundi le président de l’Agence allemande des réseaux. «Cela fluctue mais depuis (la mise à l’arrêt en mars des plus vieux réacteurs) nous sommes à l’équilibre alors qu’auparavant nous étions nettement exportateurs d’électricité», a dit Matthias Kurth lors d’une rencontre avec la presse étrangère. L’Agence pour les réseaux est l’autorité contrôlant en Allemagne les réseaux d’électricité, de gaz, mais aussi de télécommunications et de chemin de fer.

L’impossibilité d’importer de l’électricité allemande crée de la «nervosité» en France

L’Allemagne a, depuis la catastrophe japonaise de la centrale de Fukushima, condamné huit réacteurs nucléaires et n’en compte plus que neuf en activité, qui devront à leur tour s’éteindre d’ici fin 2022 en vertu d’une nouvelle loi sur l’abandon de l’atome civil. Matthias Kurth a reconnu que cette situation créait de la «nervosité» dans certains pays européens habitués à acheter de l’électricité allemande, «et notamment en France, où pendant les mois d’été, le bas niveau des fleuves oblige parfois à réduire la production d’électricité nucléaire» faute de pouvoir assurer le refroidissement des réacteurs.

Alors que la décision unilatérale de Berlin d’abandonner l’atome civil fait grincer des dents dans certaines capitales européennes, qui s’inquiètent d’une déstabilisation de tout le marché européen de l’électricité, Mattias Kurth a appelé chaque Etat à balayer devant sa porte. «Certains autres pays européens n’ont pas fait ce qu’ils avaient à faire pour assurer leur sécurité énergétique: regardez par exemple l’Italie qui dépend d’importations d’électricité», a-t-il dit, rappelant que l’Allemagne s’était engagée à compenser l’abandon du nucléaire en construisant notamment des centrales à gaz.

En hiver, «les Français n’auraient rien à nous vendre»

A l’inverse, Matthias Kurth a reconnu qu’il était «faux de croire que l’Allemagne (pourrait) importer beaucoup d’électricité nucléaire de France» en cas de grand froid et de pénurie hivernale, car «les Français se chauffent beaucoup à l’électricité et n’auraient rien à nous vendre». L’Agence des réseaux met régulièrement en garde contre le risque de coupures de courant à grande échelle cet hiver en Allemagne.

© 2011 AFP

Source 20minutes

16 commentaires

  • erreur du lien il a disparu…

  • Dans un sondage (je n’ai pas le lien je fais de mémoire), les français étaient contre l’arrêt du nucléaire par peur de la pénurie d’électricité, la presse va dans ce sens, une peur en chasse une autre…

    • C’est ce que je disais il n’y a pas longtemps, on refuse de changer nos mode de vie, c’est sans issue et les pro-nucléaires mettent l’accent sur la peur du manque….Et comment ils faisaient avant?? bien sur ça n’a rien à voir, pas toutes les pièces étaient chauffées, mais niveau santé, il y avait un peu moins de rhumes et autres *chaud et froid*, on résistait beaucoup mieux…..Aujourd’hui on a fait une génération **chocolat Meunier** ils craignent la chaleur et l’humidité… :(

      • mickye

        Comment ils faisaient avant ?
        Eh bien, en hiver, il fallait une personne courageuse, qui malgré le froid (en Auvergne) qui faisait dans la maison, se levait et allumait le fourneau : du papier froissé, du petit bois, puis lorsque le tout avait bien pris, il fallait ajouter le charbon, et aussitôt, une bonne chaleur envahissait la maison et tout le monde se levait.

        Je l’ai fait pendant assez longtemps dans ma jeunesse !

        Des ampoules pour s’éclairer, une radio, la machine à laver lorsque la première est apparue (famille nombreuse obligeait), je crois que j’ai fait le tour des « appareils » électriques que nous avions.

        Le plus dur était l’hiver et le fameux hiver de 1956 (moins 29°C, le record) !

      • sylval

        tout à fait d’accord.mes enfants et moi, depuis que nous sommes en appart surchauffé, on a jamais été autant malade … ils joue avec la peur et certains ont même peur des écolo.ils disent « sans nucléaire, c’est la bougie » . moi, ce sont eux qui me font peur….

  • C’est amusant, le grand public commence à voir apparaître la partie caché de l’iceberg nucléaire français… Certes il y a les « pépins » comme la baisse du niveau des cours d’eau en été. Mais ce que les français ne savent pas c’est qu’une bonne partie de notre parc nucléaire n’est là que pour assurer cette ahurissante idiotie qu’est le chauffage électrique présent dans 30% des foyers français… Pour se donner une idée, Greenpeace avait publié une étude indiquant qu’en hivers, cet « usage » représente 20GW, soit la production de 15.3 réacteurs…. Du coup, en hivers, on se retrouve à importer du jus pour satisfaire la demande de pointe. Sachant que nous avons 58 réacteurs en activité, cela représente 37% de notre parc gaspillé en calories sans travail.

    Vu autrement, nous augmentons ainsi de 1.3 les chances d’un accidents pour du chauffage aussi intelligent que de brûler des billets de banque dans une chaudière.

  • alalala

    Il y aussi autre chose a prendre en consideration, c’est le besoin totale de l’energie en France, et plus particulierement l’origine de l’energie finale consomme en France. (et autres pays).
    Il font donc considerer l’importance du nucleaire (ici le sujet qui nous interesse), pour la production de l’electricite (truc qui nous vient a l’esprit en premier), mais aussi plus largement dans la production totale de l’energie dont nous avons besoin, presente et a venir.
    Blablabla,

    Si on s’interresse a ca, voici ce qui l’en ressort.

    Premierement, et afin d’eviter des problemes de compréhension, 17% c’est la part de l’énergie electrique issue du nucleaire produite dans le monde. C’est un chiffre qui date de presque 10 ans, donc surement bien superieur actuellement.
    Pour le reste c’est des moyens bien plus nocifs pour l’environnement et condamne a disparaitre puisque tres limites en terme de ressource que l’on utilise : petrole en tete, puis charbon puis gaz.
    Et enfin un peu d’hydroelectricite, la meilleure de toute les sources d’ernergie, mais on a deja exploite ce filon en France a 100% de nos capacites depuis plus de 40 ans, concernant les cours d’eau a l’interieur du territoire. Merci EDF.

    Deuxiemement, la France consomme pour sa part 78% de son electricite via la source nucleaire. Ce qui est tout simplement impossible a remplacer par autre chose.
    Considerant qu’on a deja exploite l’hydroelectricite, que l’eolienne et le solaire presente plus d’inconvenient que d’avantage et sont tres peu performant, encore plus par rapport au climat en France, le nucleaire apparait comme la seule solution.
    (sauf a bruler du charbon ou du petrole)

    Troisiemement, si on parle d’energie finale consommee en France (et non plus seuleument d’electricite), et que donc on inclue quelques joyeusetes comme les transports en VOITURE et bien d’autres poles consommateurs d’energie, le nucleaire ne represente que 17% (un autre 17% pour le coup), de toute cette energie finale consommee.

    Et quel sont les autres sources ? Le PETROLE, a 45%, le GAZ a 21%, le charbon 5%, autres energies en vrac : 10% et reste de l’energie electrique non produite par le nucleaire pour terminer 3%.
    Donc 70% de sources fossiles amenees a disparaitre rapidement.

    Sources tres nocives pour l’environnement de plus.

    Lorsqu’il faudra les remplacer, et y aurait interet a pas s’y prendre a la derniere minute, on va faire comment??
    On va tout orienter vers l’electricite comme source d’energie principale. Voiture electriques, plus de transport en commun, et pareil pour les autres poles. il n’y aura peut etre guere plus que les avions et leur hydrocarbure qui utiliseront de l’energie fossile (peut etre).

    A ce moment la, le nucleaire qui apparait deja comme incontournable sera VITAL.


    A moins de changer completement de systeme economique. Decroissance, toussa.
    Evidement je suis pour, mais ce n’est pas demain la vieille que les enfoires vont lacher ce systeme qui les engraisse et leur permet d’exploiter 90% de la population humaine.

  • Sylvain

    Le problème est en France – 26-10-2011
    Cela se précise, la France risque de manquer d’électricité cet hiver 2011-2012 car si l’Allemagne peut se passer du nucléaire français, la France ne peut pas se passer de l’électricité allemande chaque hiver.

    Cela à déjà été dit : http://energeia.voila.net/electri/allemagne_passer_nucle_fr.htm

    Exportateurs nets d’électricité depuis des années, nos voisins garderont leur électricité pour eux cet hiver. Après tout, ce sont eux qui font des efforts pour développer les énergies renouvelables depuis plus de dix ans et sont en mesure de remplacer l’électricité nucléaire par l’électricité renouvelable avant 2020, sans augmenter le charbon (du moins si le gouvernement change dans deux ans).

    A ce propos : http://energeia.voila.net/electri/allemagne_renouv_2020.htm

    Et aussi, les économies d’énergie : http://www.negawatt.org

    Négawatt vous le dit depuis des années.