91 ans et athlète de haut niveau

Chaque jour nous affrontons la vie comme elle vient avec plus ou moins de courage, affrontant les petits soucis, les petites douleurs, nous alimentant au mieux et espérant que nous atteindrons un âge vénérable auprès de nos petits enfants mais les exemples manquent parfois, en voici donc un, une touche d’espoir qui montre qu’être âgé ne signifie pas être diminué.
Olga Kotelko

Olga Kotelko | BBC NEWS

Plus de 600 médailles et des records mondiaux à la pelle. Olga Kotelko est considérée comme l’une des plus grandes athlétes au monde.

Vous ne l’avez jamais vu courir aux côtés de Marion Jones ou partager l’affiche avec Usain Bolt, et pour cause, Olga a 91 ans !

Véritable phénomène, cette canadienne d’origine ukrainienne réalise des performances exceptionelles. Jugez plutôt : Olga lance son javelot six mètres plus loin que le meilleur concurrent de sa catégorie d’âge et court le 100 mètres en 23,95 secondes (en 2009), soit deux secondes de moins que les finalistes des catégories d’âge inférieures.

Selon la grille de « records relatifs » établie par les responsables de l’athlétisme senior pour comparer les performances, hors facteur âge, les performances d’Olga – au rythme de cinq à six compétitions par an – explosent toutes les statistiques.

(Source : eldiariopositivo sur Youtube)

Pourtant la sémillante mamie n’avait pas particuliérement la fibre sportive. Ce n’est qu’à 77 ans qu’Olga a commencé l’athlétisme. Si elle ne force plus autant qu’à ses « débuts », elle continue à s’entraîner avec application raconte The New York Times.

Sa méthode : trois fois dix pompes et trois fois vingt-cinq abdos chaque jour, de l’aquagym, un peu de course à pied, et des exercices de respiration et réfléxologie… Pour voir Olga à l’entraînement, c’est par ici.

Pour le plus grand bonheur des scientifiques, « Olga semble vieillir moins vite que la normale », note le quotidien américain. Tests d’aptitude, prélévements sanguins, les physiologistes se penchent avec beaucoup d’intérêt sur les performances d’Olga : ils espérent pouvoir ralentir plus efficacement les mécanismes du vieillissement.

« Olga n’est tout simplement pas comme nous », résume The New York Times. Avec une masse musculaire presque intacte et impressionnante pour son âge, « elle doit posséder une forme de résistance » estime un chercheur qui l‘étudie. Une autre hypothèse fait son chemin parmi la communauté scientifique : l’entrainement physique intensif permettrait au corps de se régénérer tout seul.

Quant à la principale intéressée, elle n’explique pas son incroyable longévité : « J’ai la même énergie qu’à 50 ans » estime Olga. « D’où me vient-elle ? Honnêtement, je n’en sais rien. C’est un mystère pour moi aussi ».

« Increvable », « infatigable », les superlatifs ne manquent pas dans la presse au lendemain du 58e titre national de Jeannie Longo. À 52 ans, la cycliste française domine toujours sa discipline. Cela pourrait durer…

Source: lepost.fr

3 commentaires