Dette grècque : ce que risquent les banques françaises

Trois grandes banques françaises qui ont fait des placements hasardeux voire carrément foireux risquent d’en subir les conséquences, et si jamais elles sont au plus mal, qui va payer pour les sauver si jamais cela tourne vraiment mal? 😉 Maintenant, l’information qui suit est à prendre avec des pincettes pour un raison toute simple: les agences de notation ne sont qu’une arnaque, pourquoi la note de certains pays n’a pas encore été officiellement dévaluée alors que la situation financière des pays en question est au plus mal, comme les États-Unis ou la France par exemple…

La Grèce sombre dans le chaos. Hier, des milliers de personnes ont manifesté violemment contre les mesures d'austérité annoncées par le gouvernement./ Photo AFPLa Grèce sombre dans le chaos. Hier, des milliers de personnes ont manifesté violemment contre les mesures d’austérité annoncées par le gouvernement./ Photo AFP

La BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole sont dans le collimateur de l’agence d’évaluation financière Moody’s. Les trois banques françaises sont rattrapées par leur exposition au risque grec.

La crise grecque pourrait avoir des conséquences pour les trois principales banques françaises cotées : BNP Paribas, la Société générale et le Crédit Agricole. Car elles sont désormais sous la menace d’une dégradation par l’agence Moody’s, qui envisage de plus en plus une faillite de la Grèce.

L’agence de notation financière souhaite baisser la note des trois banques. Ce passage au crible ne devrait pas entraîner d’abaissement de la notation de plus d’un cran pour la BNP Paribas et le Crédit Agricole. Mais, il pourrait atteindre deux crans pour la Société Générale. L’exposition au risque grec n’est pas de même nature pour les trois banques.

Dans le cas du Crédit Agricole, elle tient avant tout à sa filiale Emporiki et concerne donc pour l’essentiel des créances privées. Selon l’agence, « l’effet secondaire d’un défaut de l’État grec pourrait être significatif pour la banque en raison de cette exposition à l’économie locale ». Pour BNP Paribas et la Société Générale, « c’est avant tout le portefeuille de titres d’État qui est concerné ». Il atteignait 2,5 milliards d’euros pour la Société Générale et 5 milliards pour la BNP Paribas. Il est de 600 millions pour le Crédit Agricole.

Par ailleurs, la Société Générale possède également une filiale en Grèce, Geniki, mais avec un portefeuille de prêts au secteur privé nettement plus restreint que celui d’Emporiki.

Baroin n’est « pas inquiet »

Hier, cette annonce a entraîné la baisse les titres des trois banques. Elle était de l’ordre de 2 % pour la Société Générale, et se situait autour de 1,5 % pour les deux autres banques Hexagonales.

« Cette exposition au risque n’est pas une nouveauté », a commenté hier, sous couvert d’anonymat, un analyste financier. « Le risque est cerné et il est absolument gérable », a-t-il ajouté, estimant que « les fonds propres des banques permettraient d’absorber une décote éventuelle sur la dette de l’État grec ».

La France a réitéré son opposition à toute restructuration de la dette de la Grèce. C’est le porte-parole du gouvernement qui est monté au créneau. François Baroin s’est voulu rassurant : « Cela ne nous inquiète pas. Les banques françaises sont parmi les plus grandes banques internationales les plus solides. Elles ont résisté à tous les tests internationaux ».

Demain, à Berlin, la Grèce sera au menu de la rencontre entre Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel. Sur ce dossier, Paris et Berlin ne sont pas sur la même longueur d’ondes !


Le chiffre : 28,4

milliards d’euros > d’économies. D’ici à 2015, le gouvernement grec pourrait même envisager des privatisations massives pour sortir de la crise.


Papandreou remanie

En réponse aux milliers de manifestants rassemblés, hier, devant le Parlement d’Athènes, le Premier ministre grec Georges Papandreou a annoncé un remaniement. « Demain, je formerai un nouveau gouvernement et je demanderai la confiance au Parlement », a-t-il déclaré dans une brève déclaration télévisée, prenant acte du refus de l’opposition conservatrice de parvenir à un accord pour former un gouvernement d’union nationale.

L’urgence est de mise car dans le pays la situation se tend de jour en jour. Hier, des échauffourées entre protestataires et forces de l’ordre ont éclaté sur la principale place de la capitale faisant plusieurs blessés.

Le futur gouvernement va devoir faire adopter un nouveau plan prévoyant des hausses d’impôts, une réduction des dépenses publiques et des cessions d’actifs d’État pour bénéficier de l’aide de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI).

Source: ladepeche.fr

 

 

  • nucleargarden

    Le peuple ne les supportera plus, c’est impossible, tout ceci va dégénérer !!

  • pm

    ca va peter, et plus fort que prévu

  • shalk

    Je pense que si ces fameuses agences de notation ne baissent pas encore la note des US, France… sous AAA, c’est que cela engendrerait un monstrueux effet domino.
    Si les US perdent ne serait-ce qu’un cran, il faudrait dévalué tout ce qu’il y a en-dessous. bha oui: personne ne peut être au-dessus des Stats ! ! ! non mais…
    Et là, pas bien. Même si il n’y a pas assez d’or sur terre pour payer la dette US, ils garderont leur AAA. Parceque.
    Et sinon, ce serait sonner le glas de l’économie mondial.

    (AMHA)

  • polak93

    tout ca c calculer par les spéculateurs c pour qu il sent mette plein les poches, ils font peur au gens qui sont entrain de ventre leur petite action pendant qu ils en achètent pour des millions et lorsque ca va monté ils vendront et la c le jackpot, c’est comme chaque année depuis le début de la crise donc achetez du crédit agricole c le bon moment a 9,5€ pour la revendre par la suite vers 12.50€ 13€ (10000 investi aujourd’hui peut vous rapporté 14000€ = 4000€ en 6mois environ ) c tout benefffff, je fais ca depuis ces 3 dernières années

    • BARJABUL

      Tu es l’exact profile tu gars qui participe activement à la chute du systême !! Les Grecs te remercie

    • Antoine

      Arf arf arf, et ce tu es en train de faire/écrire ce n’est pas de la spéculation peut-être?

      La Grèce ne tiendra pas jusqu’à 2015, sauf à vouloir les endetter à 1000% de leur PIB, les taux sont déjà astronomiques et même en vendant, pardon bradant, l’ensemble de la Grèce ça ne suffirait pas (sans compter qu’ils n’auraient plus rien).

      Nous allons assister à un événement historique ces prochaines années, la chute violente d’un système, d’une idéologie qui nous conduira peut-être à un conflit globalisé.

      Quoiqu’il en soit si vous entendez que l’Irlande fait défaut soyez sûrs que la SocGen saute dans les heures qui suivent sauf GROSSE manipulation.

      Moodies & co sont des saltimbanques, les plus exposés à la dette souveraine Grecque sont les Allemands loin devant les Français, il suffira de donner la légion à un de leur chairman comme à un certain Marc Ladreit de Lacharrière pour éviter que Fitch ne descende la note Française… et juste au passage la situation US est totalement comparable à celle Grecque, on verra le tour de passe-passe qu’il se prépare pour le 2 aout avec la FED…

      Et dire que pendant ce temps certains s’imaginent que la crise, le chômage, les dettes, l’insécurité et la paupérisation sont uniquement dû aux immigrés et autres tenant d’une « religion sanguinaire et barbare » (C) mais LOL vraiment!!!

      • polak93

        la grece c’est 30% de travail au noir donc pas d’agent dans les caisses de l ‘état , ils préfèrent danser avec des pompons dans le derrière, le Portugal et l’Espagne c’est la meme chose , la pologne dont je suis originaire , il y a aussi beaucoup de travail au noir et c’est pour ca qu’ils ne veulent plus rentré dans l’euro car ils subiraient la meme crise

  • Zorg

    Bof…
    En toute franchise, on va voir arriver les EuroBonds d’ici la fon de l’année. Il n’y a pas d’autre solution.

    Ce qui signifie que c’est la BCE qui va emprunter sur les marchés, et soutenir anonymement les états de l’EuroZone (EuroLand).

    D’où va sortir cet argent?
    De nos poches et de celles de nos enfants.

    Quel est ce monde auquel je n’ai plus le sentiment d’appartenir?